Age-related fertility decline and failure rates for fertility preservation after oocyte vitrification

Fertility preservation for age-related fertility decline

Miriam Zoll image
Reproductive health and rights advocate Miriam Zoll is the author of Cracked Open – Liberty, Fertility, and the Pursuit of High-tech Babies.

Dominic Stoop and colleagues discussed the application of fertility preservation techniques to counter natural age-related fertility decline. We are concerned about some factual rates presented by the authors.

  • Most importantly, the authors fail to mention that natural conception rates in women older than 30 years, although rarely studied, are actually quite good. Estimates of the probability that women will have a naturally conceived child when they initially attempt conception at the age of 35 years are 85%.
  • As the authors point out, for women aged 25 years, failure rates for fertility preservation after oocyte vitrification are 70%, and increase to more than 85% for women older than 40 years.

Unfortunately, the vast majority of clinics offering this service—including the authors’ own clinics—are not sharing these rates with potential consumers, nor are they discussing the potential health risks to infants or women.

In delicate matters such as reproduction, we would anticipate a clear distinction between clinicians’ various interests, including scientific, professional, and financial. Although the three authors are formally correct when declaring no competing interests, their work in large fertility centres that actively advocate fertility preservation might be perceived as such. ”

Sources: Miriam Zoll in The Lancet PIIS0140-6736(15)60199-4

The placebo effect

The amazing power of the mind over the body

Ben Goldacre, doctor and author of Bad Science and Bad Pharma, explains what the placebo effect is and describes its role in medical research and in the pharmaceutical industry.

More information

The phthalate DEHP undermines female fertility in mice

Prenatal exposure to DEHP increases male-to-female sex ratio in the F1 generation

Two studies in mice add to the evidence that the phthalate DEHP, a plasticizing agent used in auto upholstery, baby toys, building materials and many other consumer products, can undermine female reproductive health, in part by disrupting the growth and function of the ovaries.

Image of Jodi-Flaws
Comparative biosciences professor Jodi Flaws and her colleagues linked phthalate exposure during pregnancy to reproductive problems in mice parent and offspring, and to degradation of the function and structure of the ovaries.

2015 1st Study Abstract

This study tested the hypothesis that prenatal DEHP exposure affects female reproduction. To test this hypothesis, pregnant female CD-1 mice were orally dosed daily with tocopherol-stripped corn oil (vehicle control) or DEHP (20 μg/kg/day–750 mg/kg/day) from gestation day 11-birth. Pups were counted, weighed, and sexed at birth, ovaries were subjected to evaluations of follicle numbers on postnatal days (PNDs) 8 and 21, and fertility was evaluated at 3–9 months. The results indicate that prenatal DEHP exposure increased male-to-female ratio compared to controls. Prenatal DEHP exposure also increased preantral follicle numbers at PND 21 compared to controls. Further, 22.2% of the 20 μg/kg/day treated animals took longer than 5 days to get pregnant at 3 months and 28.6% of the 750 mg/kg/day treated animals lost some of their pups at 6 months. Thus, prenatal DEHP exposure alters F1 sex ratio, increases preantral follicle numbers, and causes some breeding abnormalities.

2015 2nd Study Abstract

Di(2-ethylhexyl) phthalate (DEHP) is a ubiquitous environmental toxicant found in consumer products that causes ovarian toxicity. Antral follicles are the functional ovarian units and must undergo growth, survival from atresia, and proper regulation of steroidogenesis to ovulate and produce hormones. Previous studies have determined that DEHP inhibits antral follicle growth and decreases estradiol levels in vitro; however, the mechanism by which DEHP elicits these effects is unknown. The present study tested the hypothesis that DEHP directly alters regulators of the cell cycle, apoptosis, and steroidogenesis to inhibit antral follicle functionality. Antral follicles from adult CD-1 mice were cultured with vehicle control or DEHP (1–100 μg/ml) for 24–96 h to establish the temporal effects of DEHP on the follicle. Following 24–96 h of culture, antral follicles were subjected to gene expression analysis, and media were subjected to measurements of hormone levels. DEHP increased the mRNA levels of cyclin D2, cyclin dependent kinase 4, cyclin E1, cyclin A2, and cyclin B1 and decreased the levels of cyclin-dependent kinase inhibitor 1A prior to growth inhibition. Additionally, DEHP increased the mRNA levels of BCL2-associated agonist of cell death, BCL2-associated X protein, BCL2-related ovarian killer protein, B-cell leukemia/lymphoma 2, and Bcl2-like 10, leading to an increase in atresia. Further, DEHP decreased the levels of progesterone, androstenedione, and testosterone prior to the decrease in estradiol levels, with decreased mRNA levels of side-chain cleavage, 17α-hydroxylase-17,20-desmolase, 17β-hydroxysteroid dehydrogenase, and aromatase. Collectively, DEHP directly alters antral follicle functionality by inhibiting growth, inducing atresia, and inhibiting steroidogenesis.

Sources and more information
  • The phthalate DEHP undermines female fertility in mice, news.illinois.edu, 16/04/2015.
  • Prenatal exposure to di-(2-ethylhexyl) phthalate (DEHP) affects reproductive outcomes in female mice, sciencedirect pii/S0890623815000349, doi:10.1016/j.reprotox.2015.02.013, 9 March 2015.
  • Di(2-ethylhexyl) phthalate inhibits antral follicle growth, induces atresia, and inhibits steroid hormone production in cultured mouse antral follicles, sciencedirect pii/S0041008X15000617, doi:10.1016/j.taap.2015.02.010, 18 February 2015.

Stilbosol increased my gains from 2,75 to 3,14 pounds per day

DES 1957 advert, FFA National Future Farmer, IUPUI archives

stilbosol-advert-1957 image
Stilbosol patenting turned the cattle feed industry upside down in the mid fifties with its phenomenal use by the farmers.
Image Sources:
Related posts:
Related books
More DES DiEthylStilbestrol Resources

Medicating normalness: saying “know” to drugs

Are we over-medicating ourselves and our children?
Video with Alan Cassels 6/6

Are we over-medicating ourselves and our children? Drug policy researcher Alan Cassels discusses the drug industry; the methods and practices on how they operate and he questions whether or not we need to take as many prescription drugs as we are lead to believe for that ‘quick fix’ in our lives.

More information

BPS and BPF Systematic Review and Comparison of the Hormonal Activity

Why ‘BPA-Free’ May Be Meaningless

plastics image
“We’ve got to do something about putting brand new compounds in products without having consulted with biologists about what they do,” said Cheryl S. Watson, a professor at the University of Texas. Image via Hindrik Sijens.

2015 Study Abstract

Background:
Increasing concern over Bisphenol A (BPA) as an endocrine disrupting chemical and its possible effects on human health have prompted the removal of BPA from consumer products, often labeled “BPA-free.” Some of the chemical replacements however, are also bisphenols, and may have similar physiological effects in organisms. Bisphenol S (BPS) and bisphenol F (BPF) are two such BPA substitutes.

Objectives:
This review was carried out to evaluate the physiological effects and endocrine activities of the BPA substitutes BPS and BPF. Further, we compared the hormonal potency of BPS and BPF to BPA.

Methods:
We conducted a systematic review, based on the Office of Health Assessment and Translation (OHAT) protocol.

Results:
We identified the body of literature-to-date, consisting of 32 studies (25 in vitro only, and seven in vivo). The majority of these studies examined the hormonal activities of BPS and BPF and found their potency to be in the same order of magnitude and of similar action to BPA (estrogenic, anti-estrogenic, androgenic, and anti-androgenic) in vitro and in vivo. BPS also has potencies similar to estradiol in membrane-mediated pathways, which are important for cellular actions like proliferation, differentiation, and death. BPS and BPF also showed other effects in vitro and in vivo, such as altered organ weights, reproductive endpoints, and enzyme expression.

Conclusions:
Based on the current literature, BPS and BPF are as hormonally active as BPA, and have endocrine disrupting effects.

Sources and more information
  • Bisphenol S and F: A Systematic Review and Comparison of the Hormonal Activity of Bisphenol A Substitutes, Environ Health Perspect; DOI:10.1289/ehp.1408989, 16 March 2015, full study PDF.
  • Why ‘BPA-Free’ May Be Meaningless, time, April 15, 2015.

Less Medicine, More Health

7 Assumptions that drive Too Much Medical Care

Less-Medicine book cover image
Less Medicine, More Health pushes against established wisdom and suggests that medical care can be too aggressive.

The author of the highly acclaimed Overdiagnosed describes seven widespread assumptions that encourage excessive, often ineffective, and sometimes harmful medical care.

You might think the biggest problem in medical care is that it costs too much. Or that health insurance is too expensive, too uneven, too complicated—and gives you too many forms to fill out. But the central problem is that too much medical care has too little value.

Dr. H. Gilbert Welch is worried about too much medical care. It’s not to deny that some people get too little medical care, rather that the conventional concern about “too little” needs to be balanced with a concern about “too much”: too many people being made to worry about diseases they don’t have—and are at only average risk to get; too many people being tested and exposed to the harmful effects of the testing process; too many people being subjected to treatments they don’t need—or can’t benefit from.

The American public has been sold the idea that seeking medical care is one of the most important steps to maintain wellness. Surprisingly, medical care is not, in fact, well correlated with good health. So more medicine does not equal more health; in reality the opposite may be true.

The general public harbors assumptions about medical care that encourage overuse, assumptions like it’s always better to fix the problem, sooner (or newer) is always better, or it never hurts to get more information. Less Medicine, More Health pushes against established wisdom and suggests that medical care can be too aggressive. Drawing on his twenty-five years of medical practice and research, Dr. Welch notes that while economics and lawyers contribute to the excesses of American medicine, the problem is essentially created when the general public clings to these powerful assumptions about the value of tests and treatments—a number of which are just plain wrong.

By telling fascinating (and occasionally amusing) stories backed by reliable data, Dr. Welch challenges patients and the health-care establishment to rethink some very fundamental practices. His provocative prescriptions hold the potential to save money and, more important, improve health outcomes for us all.

More information

On Flickr®

Medicating normalness: saying “know” to drugs

Are we over-medicating ourselves and our children?
Video with Alan Cassels 5/6

Are we over-medicating ourselves and our children? Drug policy researcher Alan Cassels discusses the drug industry; the methods and practices on how they operate and he questions whether or not we need to take as many prescription drugs as we are lead to believe for that ‘quick fix’ in our lives.

More information

Low-dose BPA exposure affects fertility in four generations of mice

BPA exposure in pregnant mice affects fertility in four generations

When scientists exposed pregnant mice to levels of bisphenol A equivalent to those considered safe in humans, three generations of female mouse offspring experienced significant reproductive problems, including declines in fertility, sexual maturity and pregnancy success.

BPA effect on mice image
In a study of mice, comparative biosciences professor Jodi Flaws and her colleagues linked BPA exposure during pregnancy to reproductive problems in the next three generations.

2015 Study Abstract

In utero Bisphenol A  (BPA) exposure affects reproductive function in the first generation (F1) of mice; however, not many studies have examined the reproductive effects of BPA exposure on subsequent generations. In this study, pregnant mice (F0) were orally dosed with vehicle, BPA (0.5, 20, and 50 μg/kg/day) or diethylstilbestrol (DES; 0.05 μg/kg/day) daily from gestation day 11 until birth. F1 females were used to generate the F2 generation, and F2 females were used to generate the F3 generation. Breeding studies at the ages of 3, 6, and 9 months were conducted to evaluate reproductive capacity over time. Further, studies were conducted to evaluate pubertal onset, litter size, and percentage of dead pups; and to calculate pregnancy rate, and mating, fertility, and gestational indices. The results indicate that BPA exposure (0.5 and 50 μg/kg/day) significantly delayed the age at vaginal opening in the F3 generation compared to vehicle control. Both DES (0.05 μg/kg/day) and BPA (50 μg/kg/day) significantly delayed the age at first estrus in the F3 generation compared to vehicle control. BPA exposure reduced gestational index in the F1 and F2 generations compared to control. Further, BPA exposure (0.5 μg/kg/day) compromised the fertility index in the F3 generation compared to control. Finally, in utero BPA exposure reduced the ability of female mice to maintain pregnancies as they aged. Collectively, these data suggest that BPA exposure affects reproductive function in female mice and that some effects may be transgenerational in nature.

Sources and more information
  • BPA exposure in pregnant mice affects fertility in three generations, news.illinois.edu, 15/04/2015.
  • The effects of in utero bisphenol A exposure on reproductive capacity in several generations of mice, sciencedirect, doi:10.1016/j.taap.2015.03.003.
DES DiEthylStilbestrol Resources

Article 45: l’ action de groupe étendue à la santé avec effet rétroactif

Santé: les actions de groupe bientôt autorisées

L’action de groupe est étendue aux produits de santé, mais pas au tabac. Elle ­permettra surtout de soulager les plaignants du coût des expertises nécessaires à la procédure, mais les procès devraient demeurer difficiles à gagner pour les patients lésés. Il ­faudra prouver que le laboratoire a sciemment omis de mentionner le danger sur la notice du médicament.

assemblée-nationale
Les députés ont validé l’article 45 qui stipule que les individus ayant subi des dommages corporels dus aux traitements de santé tels que des médicaments, aient la possibilité d’intenter une procédure collective (action de groupe) via une association d’usagers du domaine de santé concerné. Image via Dennis Jarvis.

Projet de loi de modernisation de notre système de santé (AFSX1418355L)

Article 45

I. – Le chapitre III du titre IV du livre Ier de la première partie du code de la santé publique devient son chapitre IV et son article L. 1143-1 devient son article L. 1144-1.

II. – Après le chapitre II du titre IV du livre Ier de la première partie du même code, il est inséré un chapitre III ainsi rédigé :

« Chapitre III
« Action de groupe

« Section 1

« Champ d’application de l’action de groupe et qualité pour agir

« Art. L. 1143-1. – Une association d’usagers du système de santé agréée en application de l’article L. 1114-1 peut agir en justice afin d’obtenir la réparation des préjudices individuels subis par des usagers du système de santé placés dans une situation identique ou similaire et ayant pour cause commune un manquement d’un producteur, ou d’un fournisseur de l’un des produits mentionnés au II de l’article L. 5311-1 ou d’un prestataire utilisant l’un de ces produits à leurs obligations légales ou contractuelles.

« L’action ne peut porter que sur la réparation des préjudices résultant de dommages corporels subis par des usagers du système de santé.

« Art. L. 1143-2. – L’action de groupe est introduite et régie selon des modalités définies par décret en Conseil d’État.

« Section 2

« Jugement sur la responsabilité

« Art. L. 1143-3. – Dans la même décision, le juge constate que les conditions mentionnées à l’article L. 1143-1 sont réunies et statue sur la responsabilité du défendeur au vu des cas individuels présentés par l’association requérante. Il définit le groupe des usagers du système de santé à l’égard desquels la responsabilité d’un producteur, d’un fournisseur ou d’un prestataire est susceptible d’être engagée en fixant les critères de rattachement au groupe.

« Le juge détermine à cette fin les dommages corporels susceptibles d’être réparés pour les usagers constituant le groupe qu’il définit.

« Le juge saisi de la demande peut ordonner toute mesure d’instruction, y compris une expertise médicale.

« Art. L. 1143-4. – Le juge qui reconnaît la responsabilité du défendeur ordonne, à la charge de ce dernier, les mesures de publicité adaptées pour informer de cette décision les personnes susceptibles d’avoir subi un dommage du fait du manquement constaté.

« Ces mesures ne peuvent être mises en œuvre qu’une fois que la décision mentionnée à l’article L. 1143-3 ne peut plus faire l’objet de recours ordinaires ni de pourvoi en cassation.

« Art. L. 1143-5. – Dans la même décision, le juge fixe le délai dont disposent les usagers du système de santé, remplissant les critères de rattachement et souhaitant se prévaloir du jugement prévu à l’article L. 1143-3, pour adhérer au groupe afin d’obtenir la réparation de leurs préjudices. Ce délai, qui ne peut être inférieur à six mois ni supérieur à cinq ans, commence à courir à compter de l’achèvement des mesures de publicité ordonnées.

« La demande de réparation est, au choix de l’usager, directement adressée à la personne reconnue responsable ou par le biais de l’association requérante, qui reçoit ainsi mandat aux fins d’indemnisation.

« Le mandat donné à l’association requérante ne vaut, ni n’implique adhésion à cette association.

« L’usager donnant mandat à l’association lui indique, le cas échéant, sa qualité d’assuré social ainsi que les organismes de sécurité sociale auxquels il est affilié pour les divers risques. Il lui indique également les prestations reçues ou à recevoir de ces organismes et des autres tiers payeurs du chef du dommage qu’il a subi afin que ceux-ci puissent faire valoir leurs créances contre le responsable. L’association informe du mandat reçu les organismes de sécurité sociale et les tiers payeurs concernés.

« Section 3

« Médiation
« Art. L. 1143-6. – A la demande d’une des parties, le juge saisi de l’action mentionnée à l’article L. 1143-1, après avoir examiné la recevabilité de l’action et les chances de succès d’une médiation, peut donner mission à un médiateur, dans les conditions fixées à la section 1 du chapitre Ier du titre II de la loi n° 95-125 du 8 février 1995 relative à l’organisation des juridictions et à la procédure civile, administrative et pénale, de proposer aux parties une convention réglant les conditions de l’indemnisation amiable des dommages qui font l’objet de l’action.

« Le juge fixe la durée de la mission du médiateur dans la limite de trois mois. Il peut la prolonger une fois, dans la même limite, à la demande du médiateur.

« Art. L. 1143-7. – Le médiateur est choisi par le juge sur une liste établie par arrêté du ministre chargé de la santé. Le juge peut décider que le médiateur est assisté d’une commission de médiation composée, sous la présidence du médiateur, dans des conditions déterminées par le décret prévu à l’article L. 1143-11.

« Les membres de la commission sont tenus au secret professionnel concernant les documents et informations reçus et les discussions tenues dans le cadre des travaux de la commission, dans les conditions et sous les peines prévues aux articles 226-13 et 226-14 du code pénal.

« Art. L. 1143-8. – La convention d’indemnisation amiable fixe, qu’elle comporte ou non la détermination des responsabilités, les conditions auxquelles la ou les personnes mises en cause assurent aux personnes ayant subi un dommage corporel en raison d’un ou plusieurs faits qu’elle identifie, le cas échéant pour le compte de qui il appartiendra, la réparation de leur préjudice causé par ce fait.

« Elle précise notamment :

« 1° Si les éléments à la disposition des parties et la nature des préjudices le permettent, le type de dommages corporels susceptibles de résulter du ou des faits mentionnés au premier alinéa ;

« 2° Les modalités d’expertise individuelle contradictoire ;

« 3° Les conditions dans lesquelles la charge des expertises mentionnées au 1° est supportée par la ou les personnes mises en cause ;

« 4° Les conditions de formulation des offres transactionnelles individuelles aux personnes intéressées ainsi qu’aux tiers payeurs ayant supporté des frais du fait des dommages subis par ces personnes ;

« 5° Le délai dans lequel doivent intervenir les demandes de réparation pour bénéficier des conditions qu’elle prévoit ;

« 6° Les modalités de suivi du dispositif ;

« 7° Les mesures de publicité mises en œuvre par la ou les personnes mises en cause pour informer les usagers du système de santé concernés de l’existence de la convention, de la possibilité de demander réparation aux conditions qu’elle fixe ainsi que des délais et modalités applicables.

« Art. L. 1143-9. – La convention d’indemnisation amiable est proposée aux parties par le médiateur après, le cas échéant, délibération de la commission.

« Elle doit être acceptée par l’association requérante et l’une au moins des personnes mises en cause dans l’action engagée en application de l’article L. 1143-1 et être homologuée par le juge saisi de cette action.

« Art. L. 1143-10. – L’homologation met fin à l’action entre les parties signataires de la convention.

« Les décisions prises par le juge en application des articles L. 1143-6, L. 1143-7 et L. 1143-9 ne sont pas susceptibles de recours.

« Art. L. 1143-11. – Un décret en Conseil d’État détermine les conditions d’application de cette section.

« Section 4

« Mise en œuvre du jugement et réparation individuelle des préjudices

« Art. L. 1143-12. – La ou les personnes déclarées responsables par le jugement mentionné à l’article L. 1143-3 procèdent, sur leur demande, à l’indemnisation individuelle des préjudices subis, du fait du manquement reconnu par ce jugement, par les personnes remplissant les critères de rattachement au groupe, ayant adhéré à celui-ci et demandant la réparation de leur préjudice sous l’une ou l’autre forme prévue par le deuxième alinéa de l’article L. 1143-5.

« Art. L. 1143-13. – Les usagers dont la demande n’a pas été satisfaite en application de l’article L. 1143-12 par la personne déclarée responsable peuvent demander au juge compétent la réparation de leur préjudice dans les conditions et limites fixées par le jugement ayant statué sur la responsabilité en application des articles L. 1143-3 et L. 1143-5.

« Art. L. 1143-14. – Le mandat aux fins d’indemnisation donné à l’association dans les conditions définies à l’article L. 1143-5 vaut également mandat aux fins de représentation pour l’exercice de l’action en justice mentionnée à l’article L. 1143-13 et, le cas échéant, pour l’exécution forcée du jugement prononcé à l’issue.

« Art. L. 1143-15. – L’association peut s’adjoindre, avec l’autorisation du juge, toute personne appartenant à une profession judiciaire réglementée, dont la liste est fixée par décret en Conseil d’État, pour l’assister.

« Art. L. 1143-16. – Le règlement amiable qui intervient entre le responsable et la victime, y compris en application de la convention mentionnée à l’article L. 1143-9, et le jugement statuant sur les droits à indemnisation de la victime sont soumis aux dispositions, selon le cas, des articles L. 376-1 à L. 376-4 et L. 454-1 à L. 454-2 du code de la sécurité sociale, de l’ordonnance n° 59-76 du 7 janvier 1959 relative aux actions en réparation civile de l’État et de certaines autres personnes publiques ou du chapitre II de la loi n° 85-677 du 5 juillet 1985 tendant à l’amélioration de la situation des victimes d’accidents de la circulation et à l’accélération des procédures d’indemnisation.

« Section 5

« Dispositions diverses

« Art. L. 1143-17. – L’action mentionnée à l’article L. 1143-1 suspend la prescription des actions individuelles en réparation des préjudices résultant des manquements constatés par le jugement prévu à l’articles L. 1143-3 ou des faits retenus dans la convention homologuée en application de l’article L. 1143-9.

« Le délai de prescription recommence à courir, pour une durée qui ne peut être inférieure à six mois, à compter de la date à laquelle ce jugement n’est plus susceptible de recours ordinaire ou de pourvoi en cassation ou de celle de l’homologation de la convention.

« Art. L. 1143-18. – La décision prévue à l’article L. 1143-3 a autorité de la chose jugée à l’égard de chacun des membres du groupe dont le préjudice a été réparé au terme de la procédure mentionnée aux articles L. 1143-12 et L. 1143-13.

« Art. L. 1143-19. – N’est pas recevable l’action prévue à l’article L. 1143-1 lorsqu’elle se fonde sur les mêmes faits et les mêmes manquements que ceux ayant déjà fait l’objet du jugement prévu à l’article L. 1143-3 ou d’une convention homologuée en application de l’article L. 1143-9.

« L’adhésion au groupe ne fait pas obstacle au droit d’agir selon les voies de droit commun pour obtenir la réparation des dommages n’entrant pas dans le champ défini par la décision du juge mentionnée à l’article L. 1143-3 ou d’un accord homologué en application de l’article L. 1143-9.

« Art. L. 1143-20. – Toute association d’usagers du système de santé agréée en application de l’article L. 1114-1 peut demander au juge, à compter de sa saisine en application de l’article L. 1143-1 et à tout moment au cours de l’accomplissement des missions mentionnées à l’article L. 1143-14 sa substitution dans les droits de l’association requérante, en cas de défaillance de cette dernière.

« Art. L. 1143-21. – Les actions prévues aux articles L. 1143-1 et L. 1143-13 peuvent être exercées directement contre l’assureur garantissant la responsabilité civile du responsable par application des dispositions de l’article L. 124-3 du code des assurances.

« Art. L. 1143-22. – Est réputée non écrite toute clause ayant pour objet ou effet d’interdire à une victime de participer à une action de groupe.

« Section 6

« Dispositions relatives à l’outre- mer

« Art. L. 1143-23. – Le présent chapitre est applicable dans les îles Wallis-et-Futuna. »

III. Les dispositions insérées dans le code de la santé publique par le présent article entrent en vigueur à la date fixée par les dispositions réglementaires prévues à l’article L.1143-2 du même code et au plus tard le 1er juillet 2016.

Ces dispositions ne sont pas applicables aux manquements ayant cessé avant leur entrée en vigueur.

Sources et plus d’information
  • Projet de loi de modernisation de notre système de santé (AFSX1418355L), legifrance, jeudi 16 avril 2015.
  • Les actions de groupe en santé pourraient être rétroactives, lecomparateurassurance, 14 avril 2015.
  • Ce que la loi de santé va changer pour les Français, lesechos, 14 avril 2015.
  • Loi santé : “L’action de groupe ne permettra pas une indemnisation rapide des victimes”, lepoint, 10 avril 2015.