The Link between Primodos and Malformations : Get the Figures

Westminster Hall Debate, 23 April 2019

Sir Edward Davey sets out the evidence to Jackie Doyle-Price, Minister for Mental Health, detailing the risk of malformation caused by Primodos.

More information

Primodos Drug and The MHRA : MP Yasmin Qureshi’s Request

Yasmin Qureshi MP asked for a fully independent assessment of Carl Heneghan’s systematic review and meta-analysis

More information

Behavioral disorders in kids with autism linked to reduced brain connectivity

Reduced Amygdala–Prefrontal Functional Connectivity in Children With Autism Spectrum Disorder and Co-occurring Disruptive Behavior

Reduced connectivity between the amygdala and ventrolateral prefrontal cortex has been identified in children on the autism spectrum who exhibit disruptive behaviors, compared to those on the spectrum who do not. Findings suggest this distinct brain network could be independent of core autism symptoms.

More than a quarter of children with autism spectrum disorder are also diagnosed with disruptive behavior disorders. For the first time, Yale researchers have identified a possible biological cause: a key mechanism that regulates emotion functions differently in the brains of the children who exhibit disruptive behavior.

Neuroscience News reports, 21/04/2019.

2019 Study Abstract

Background

Disruptive behaviors are prevalent in children with autism spectrum disorder (ASD) and often cause substantial impairments. However, the underlying neural mechanisms of disruptive behaviors remain poorly understood in ASD. In children without ASD, disruptive behavior is associated with amygdala hyperactivity and reduced connectivity with the ventrolateral prefrontal cortex (vlPFC). This study examined amygdala reactivity and connectivity in children with ASD with and without co-occurring disruptive behavior disorders. We also investigated differential contributions of externalizing behaviors and callous-unemotional traits to variance in amygdala connectivity and reactivity.

Methods

This cross-sectional study involved behavioral assessments and neuroimaging in three groups of children 8 to 16 years of age: 18 children had ASD and disruptive behavior, 20 children had ASD without disruptive behavior, and 19 children were typically developing control participants matched for age, gender, and IQ. During functional magnetic resonance imaging, participants completed an emotion perception task of fearful versus calm faces. Task-specific changes in amygdala reactivity and connectivity were examined using whole-brain, psychophysiological interaction, and multiple regression analyses.

Results

Children with ASD and disruptive behavior showed reduced amygdala–vlPFC connectivity compared with children with ASD without disruptive behavior. Externalizing behaviors and callous-unemotional traits were associated with amygdala reactivity to fearful faces in children with ASD after controlling for suppressor effects.

Conclusions

Reduced amygdala–vlPFC connectivity during fear processing may differentiate children with ASD and disruptive behavior from children with ASD without disruptive behavior. The presence of callous-unemotional traits may have implications for identifying differential patterns of amygdala activity associated with increased risk of aggression in ASD. These findings suggest a neural mechanism of emotion dysregulation associated with disruptive behavior in children with ASD.

Harms in Healthcare: Primodos, Vaginal Mesh Implants and Sodium Valproate

How concerned should we be about treatment side-effects, innovation and regulatory failures?

Prof Carl Heneghan discusses the evidence about three NHS treatments undergoing government review:

  • Primodos,
  • vaginal mesh implants
  • and the anti-epilepsy sodium valproate.

Oxford University Department for Continuing Education,
Open Event Dec 2018.

Prof Carl Heneghan is Director of the Centre for Evidence-Based Medicine. Information about the postgraduate courses and qualifications in EBHC can be found here.

More information

Lettre ouverte aux membres du conseil exécutif du groupe UCB Pharma

Sylvie et Loïc Le Cossec, avril 2019

Sylvie et son époux Loïc sont les parents d’un enfant lourdement handicapé, en cause, le Distilbène.

La famille Le Cossec entame un troisième procès contre le laboratoire UCB Pharma : ils veulent être reconnus comme “parents-victimes“.

Objet: Procès DES/ Parents Le Cossec:
Soyez JUSTE jusqu’au bout!

Cher Monsieur Fleurial,

En complément de notre courrier d’hier, nous souhaitions vous apporter quelques éléments supplémentaires pour votre réflexion compte-tenu du fait que vous êtes en coulisse très impliqué dans notre procès.

Nous ne reviendrons pas sur l’indemnisation de Julien que nous avons validée.
Julien va pouvoir vivre dignement malgré son handicap à vie mais après un combat judiciaire de 10 ans (pardon de ne pas vous remercier pour cette angoisse là!!!)

Mais aujourd’hui, c’est un autre combat: LE NÔTRE, celui de nos carrières abandonnées et des manques à gagner salariaux et retraite sans parler du préjudice moral pour moi et mon époux Loïc.

Et cessons de dire que les sommes versées pour le préjudice du polyhandicap de Julien couvrent ce dommage, ce qui est faux.
Pour l’Assistance par Tierce personne passée, ce sont nos soirées, nos week-ends et nos vacances consacrés à Julien qui ont été indemnisés et pour l’Assistance par Tierce Personne future, c’est la vie de Julien qui est protégée .

Mais NOUS parents victimes, dans tout ça, tout ce qui nous a été retiré: ma carrière internationale, celle de loïc: C’EST OÙ?
Et irez-vous jusqu’à continuer de dire que nous gagnons déjà bien notre vie!

Une lueur d’espoir reste dans les propos de votre propre avocat devant la presse.

Alors soyez JUSTE jusqu’au bout de ce procès!
Ne pas réparer, c’est cautionner les erreurs du passé.

Très sincèrement.

Sylvie et Loïc Le COSSEC

Référence.

Distilbène : un couple veut être reconnu comme “parents victimes”

Le Distilbène DES, en savoir plus

EU Parliament calling for the EU Commission to stop dithering and start acting on endocrine disruption

Endocrine disruptors drop the curtain on this European Parliament

On Thursday (18 April), the European Parliament adopted a non-binding resolution asking the European Commission to ensure a higher level of protection against endocrine disruptors (EDCs) by making a legislative proposal on the matter no later than June 2020.

It passed with 447 votes in favour, 14 against and 41 abstentions, and was actually the last text to be dealt with by this Parliament.

MEPs proposed treating EDCs or potential EDCs on an equal footing with substances classified as carcinogenic, mutagenic or toxic for reproduction, the so-called CMR substances prohibited in EU cosmetics legislation.

EDCs are a class of chemicals commonly found throughout our environment in children’s products, food containers, personal care products, pesticides and furniture. These hazardous substances alter the functioning of the hormonal system, having a negative effect on the health of humans and animals.

Close to 800 chemicals are known or suspected to be capable of interfering with hormone receptors, hormone synthesis or hormone conversion, according to a report drafted in 2012 by the United Nations Environment Programme (UNEP) and the World Health Organisation (WHO).

The EU started discussing the issue as early as 1996 and recognised EDCs as a health and environmental hazard in its “Community Strategy for endocrine disruptors” adopted by the Commission in December 1999.

The EU executive revamped interest in the topic last November publishing a new strategy for endocrine disruptors and launching a comprehensive screening of the legislation applicable to EDCs through a fitness check.

According to the lawmakers, the response is so far not adequate to the health threat, as the EU framework for EDCs suggested by the Commission in November lacks both a concrete action plan to minimise exposure to EDCs and a timeline for the next steps to move forward.

Plenary debate

Representing the EU executive before the plenary, Violeta Bulc defended the EU efforts:

“We can be proud of the progress we have achieved since there, we are recognised as one of the global leaders in dealing with these substances.”

“However, this is not enough: EDCs remain today a global challenge and a source of concern for many citizens,”

she said.

She added that the Commission adopted its communication in November in order to step up the EU approach and that the cross-cutting fitness check should be finalised in the first half of 2020, followed by a 12-week-long public consultation.

Before the end of the year, the Commission will also organise the first annual meeting of stakeholders and the launch of a new web portal, as part of the comprehensive set of actions to achieve the objectives included in the communication.

Although the resolution was backed by all the political groups within the Parliament, the European People’s Party (EPP) criticised a sort of “ideological hysteria” on EDCs and, in particular, the attempt of putting on the same level suspected and proven EDCs.

“This goes too far, goes too quickly and it’s not based on scientific evidence,”

said centre-right British MEP Julie Girling.

Green and liberal lawmakers strongly criticised the definition of EDCs included in the Commission strategy, as it seems to apply only to pesticides and other plant production products.

“Now we know that 80% of exposure comes through the food, so EDCs should be banned in all of the materials in contact with food but also in cosmetics and toys,”

said Belgian liberal Frédérique Ries.

Strong political signal

EURACTIV asked Prof. Barbara Demeneix, chair of Endocrine-Disrupting Chemicals Task Force at Endocrine Society and among the authors of a scientific report on EDCs commissioned by the Parliament’s PETI committee published last March, for her thoughts.

She hailed the call to take concrete action to regulate endocrine disruptors, which are so prevalent in our daily lives.

According to the scientist, the Parliament has sent a strong political signal to both European ministers and the Commission with the adoption of this resolution by a clear cross-party consensus.

“Their call for clear and prompt EU actions is fully justified by the available science-based evidence of increasing damage to public health and it can no longer be ignored by the EU and other countries,”

Demeneix said.

Asked about the Perfluoroalkylated substances (PFAS), she said that the topic is particularly worrying, as several thousand of them exist and only a couple are banned.

“The fact that these substances interfere with thyroid hormone homeostasis and affect immune responses is clearly demonstrated, both by epidemiology and laboratory tests,”

she concluded.

Reference.

Des Parents Victimes du Distilbène en Procès contre UCB Pharma

JT 19/20 Pays de la Loire, 16 Avril 2019.

Sylvie et son époux Loïc sont les parents d’un enfant lourdement handicapé, en cause, le Distilbène.

La famille Le Cossec entame un troisième procès contre le laboratoire UCB Pharma : ils veulent être reconnus comme “parents-victimes“.

Distilbène : un couple veut être reconnu comme “parents victimes”

Le Distilbène DES, en savoir plus

Parce que mon fils aura éternellement deux ans

Sylvie et Loïc Le Cossec, avril 2019

Sylvie et son époux Loïc sont les parents d’un enfant lourdement handicapé, en cause, le Distilbène.

La famille Le Cossec entame un troisième procès contre le laboratoire UCB Pharma : ils veulent être reconnus comme “parents-victimes“.

Le premier jour où nous avons déposé notre fils Julien dans une halte-garderie, dans la ville de Marq en Bareuil où nous habitions, il n’a fallu que trois heures pour que la responsable de la halte-garderie nous appelle pour me dire qu’il ne serait pas possible de garder Julien dans son établissement que c’était trop compliqué pour elle de le gérer. Il a fallu en urgence trouver une solution de garde pour pallier à ce problème.

Quand nous sommes arrivés à Nantes après avoir fait le tour de l’ensemble des écoles maternelles après avoir essuyé un certain nombre de refus j’ai réussi à inscrire Julien pour une durée de un an dans une petite section maternelle une durée de un an pas plus. Julien n’allait à l’école que le matin je devais m’en occuper l’après-midi.

Durant cette année j’ai été accompagné par le CAMPS pour identifier le plus justement le polyhandicaps de Julien ce qui clairement signifie que j’ai passé toutes mes après-midi avec des éducateurs des médecins Des avégistes des kinés des ergothérapeutes Des ophtalmologue Des ostéopathe Des orthophonistes (je peux continuer la liste est longue) …pour observer Julien et voir ses réels besoins.

Ensuite nous avons eu la chance de réussir à faire rentrer Julien aux hauts Thébaudières ou du personnel ultra compétent nous a accompagné cela dit les choses se sont pas fait du jour au lendemain par un claquement de doigts, les choses se sont fait petit à petit Julien a tout d’abord été sur place quelques heures ensuite une demi-journée quelques temps après une journée, mais j’étais présent au quotidien… disponible si il y avait le moindre problème en contact permanent avec les équipes qui entouraient Julien, je ne pense pas que le laboratoire et ses avocats imaginent la difficulté que l’on peut avoir en tant que parents a laisser un enfant « ultra vulnérable » dans les mains de personne Étrangère c’est compliqué ça demande du temps pour Julien mais aussi pour nous.

Les sept années où je me suis arrêté on était entièrement dédié à l’équilibre de la famille dans ce contexte complexe ou rien n’était écrit ou tout était à faire à découvrir, jusqu’à passer des semaines à tester des méthodes qui n’ont rien donné ..Mais bon on essayait, on rêvait à des jours meilleurs pour notre fils Julien. On pensait qu’on pouvait réussir à le libérer de ses anathèmes.

Un élément dont on a jamais parlé,
j’ai essayé à la fin de ses sept ans de reprendre mon activité professionnelle de vendeur de cuisine. L’expérience a duré un mois grâce à directeur de magasin compréhensif qui m’a « donner ma chance». La famille a perdu complètement son équilibre et c’est avec une souffrance que vous n’imaginez même pas j’ai arrêté cette expérience professionnelle qui me tenait à cœur, il a fallu du temps pour réussir à trouver une activité qui me permette de «m’épanouir » non pas financièrement je n’ai pas gagné ma vie mais j’avais une activité intellectuelle je voyais du monde. Et ce n’est pas parce que je suis stupide et que je ne sais pas m’organiser mais essayer de gérer une carrière quand vous avez toutes les contraintes que n’imposait le handicap de Julien, à gérer en parallèle .

Alors oui peut-être que j’ai réussi à avoir une entreprise, à générer un chiffre d’affaires aussi petit soit-il …mais ce que l’on ne voit pas sur les chiffres.. C’est que les dessins et les devis je les faisais bien souvent dans les salles d’attentes des cabinets médicaux, dans les hôpitaux, dans la voiture en attendant Julien, et que je pourrais en faire des pages mais que ce n’ est n’est pas facile d’essayer de faire bien son travail dans ces conditions, toute sa vie mon fils aura deux ans… toute ma vie je m’occuperai d’un enfant de deux ans quand il aura 50 ans je m’occuperai d’un enfant de deux ans, si les personnes du laboratoire avocat ou cadres ne savent pas ce que ça veut dire qu’il demande à leur femme qui s’est occupé de leurs enfants …mon fils aura éternellement deux ans…

Avec beaucoup d’arrogance le laboratoire UCB PHARMA dit nous a déjà réglé des sommes aujourd’hui …

On parle du préjudice financier de Monsieur et Madame Le Cossec tout ce qui a été jugé et indemnisé n’a rien à voir avec le préjudice financier de Monsieur Madame Le Cossec que ce soit bien clair… ils ont avec beaucoup de perfidie fais en sorte de bien séparer les choses au moment du premier procès aujourd’hui nous voulons que le laboratoire UCB PHARMA prenne conscience… Des conséquences financières sur un couple qui se bat au quotidien, pour essayer de sortir la tête de l’eau professionnellement et personnellement, alors oui peut-être qu’on y arrive un petit peu mieux que certains… Mais c’est très dur et ça demande beaucoup d’énergie.

Pour conclure je tenais à te dire que cette partie me tient énormément à cœur.. et que je le lâcherai rien j’ai mis ma vie en parenthèse à cause de la cupidité d’un pseudo groupe pharmaceutique.
Je ne serai jamais en paix jusqu’à la fin de ma vie parce que mon fils aura éternellement deux ans, qu’il se fera pipi dessus la nuit que je lui essuierais le filet de salive tout les matins quand j’irai me promener sur le marché avec lui, pour qu’il soit beau et fier.
Que je lui essuierais les fesses avec 10000 lingettes tous les jours que je partage avec lui, parce que j’aurais trop peur qu’il soit sale et pas bien, parce que si c’est le cas si il est sale il ne me le dira pas et que je ne supporte pas ça…

Je ne sais pas dans quelle langue ils veulent que je leur dise tout ça mais oui ça à bouleversé notre vie à tous les deux .On ne peut pas être Monsieur Madame tout le monde, alors on a peut-être réussi aux yeux de certains mais on aurait fait :
Beaucoup mieux
si Julien n’ avait pas eu son polyhandicape….
Et clairement c’est ça qu’on leur demande de comprendre aujourd’hui comprendre mais aussi d’indemniser le préjudice financier de tous les parents qui comme nous accompagnent les victimes du DISTILBÈNE au quotidien.

C’est peut-être pas très bien écrit il y a peut-être beaucoup de fautes d’orthographe mais bon voilà c’est un cri du cœur..
Soyez en certain nous ne lâcheront rien…

Référence.

Distilbène : un couple veut être reconnu comme “parents victimes”

Le Distilbène DES, en savoir plus

Petits conseils au laboratoire UCB Pharma

Sylvie et Loïc Le Cossec, avril 2019

Sylvie et son époux Loïc sont les parents d’un enfant lourdement handicapé, en cause, le Distilbène.

La famille Le Cossec entame un troisième procès contre le laboratoire UCB Pharma : ils veulent être reconnus comme “parents-victimes“.

Il y a des moments clés, dans la vie des parents d’enfants polyhandicapés.
Celui-ci à été particulièrement difficile à passer pour moi.

Ça faisait déjà deux ans que les médecins nous conseillaient de nous faire aider pendant les vacances et d’essayer de trouver une place dans un centre de vacances adaptés au handicap, et particulièrement à la mal-voyance Les Hauts Thébaudières nous avait proposé de prendre contact avec le centre Grillons Et Cigale, sans tarder, j’avais demandé un dossier que j’avais rempli méticuleusement.

Mais deux ans de suite je n’ai pas été capable de poster l’inscription dans la boîte aux lettres pour inscrire Julien.

Une année pourtant j’ai accepté de sauter le pas… avec la peur au bide j’ai posté cette lettre. Julien allait avoir 16 ans et nous allions passer les premières vacances sans lui…Bon une semaine c’est vrai, mais c’est quand même beaucoup… Vous pouvez imaginer …les seules semaines de répit que nous avions eu c’était le moment que Julien passait chez sa mamie dans la Sarthe… Alors laisser notre garçon à des étrangers c’est comme sauté de la tour Eiffel en n’étant pas certain d’avoir pris un parachute…

Quelques jour plus tard j’ai été contacté par une dame charmante qui me demandait si Julien partirais en train de Paris accompagné par des éducateurs ou si je préférais le déposer directement au Col Du Pilon à Ronno… je viens sur place bien sûr …je viens et si je peux dormir faites-moi une place….

jour J la mort dans l’âme je m’apprête à abandonner mon fils..
Le centre ouvrait à 8h30 j’étais le premier devant les portes, Julien, Arthur et moi avions dormi à l’hôtel la veille au soir.

– Bonjour nous venons accompagner notre fils Julien pour le séjour d’une semaine.

– Parfait enchanté je suis le directeur du centre c’est Charles qui s’occupera de Julien il ne devrait pas tarder maintenant.

Charles ouffff au fond de moi-même j’imagine déjà un petit jeune homme ainé d’une famille catho de 7 enfants « bonne éducation »pas de débordements… je suis soulagé..

– Et bien voilà Charles me dit le directeur.

A ma grande Stupeur mon chef scout, « petit castor malin », fit son apparition… un gaillard d’ 1,80m surmonté d’une coiffure digne des plus grands rastafari, les deux bras tatoué de haut en bas…

– Ça va bien se passer ça va bien se passer…

Et ça s’est très bien passé parce que ce mec-là était en or il s’occupera de Julien comme je m’en serais occupé, Bon certes il est revenu avec la dégaine de Johnny Depp affublé d’une casquette « Fuck down », mais heureux ultra heureux.

Alors messieurs les cadres du laboratoire pharmaceutique UCB PHARMA, prenez exemple sur ses hommes et ces femmes qui s’investissent corps et âme pour s’occuper de nos adultes et nos enfants handicapés. Et aidez les, c’est sans trop besoin d’argent pour accueillir nos enfants et nos adultes handicapés…

Aidez les se sera plus intelligent que d’essayer de nous faire souffrir….

Référence.

Distilbène : un couple veut être reconnu comme “parents victimes”

Le Distilbène DES, en savoir plus

Lettre ouverte à la Direction d’UCB Pharma

Sylvie et Loïc Le Cossec, avril 2019

Sylvie et son époux Loïc sont les parents d’un enfant lourdement handicapé, en cause, le Distilbène.

La famille Le Cossec entame un troisième procès contre le laboratoire UCB Pharma : ils veulent être reconnus comme “parents-victimes“.

Je ne sais pas si vous prenez réellement conscience de ce que vous avez fait en mettant sur le marché et en laissant des années ce poison qui allait donner la mort et empoisonner la vie de milliers de personnes. Prendre conscience de ce que vous avez fait et agir en conséquence !

On peut faire des erreurs bien que celle-ci soit grosse quand même!
Mais bon, un moment il faut l’admettre et corriger le tir à la hauteur des douleurs que vous avez occasionnées.

Vous persistez vous, les cadres dirigeants, les médecins, les experts, les avocats en lien avec le laboratoire UCB PHARMA à être arrogants, méprisants et à vouloir nous faire tomber, nous les victimes.
On connaît maintenant votre grand jeu!

Mais vous n’y arriverez pas car nous sommes forts Sylvie et moi, blessés mais forts!
Et nous nous battrons en notre nom mais aussi au nom des victimes que vous avez trop affaiblies par vos malversations.

Et vous devriez prendre exemple sur tous ces jeunes et moins jeunes volontaires qui consacrent leur vie à aider nos enfants et adultes handicapés, et qui nous aident au quotidien. Je veux parler des éducateurs des Hauts Thébaudières, on ne les remerciera jamais assez pour tout le travail, tout ce qu’ils ont apporté à Julien.
Mais aussi tous ces jeunes de l’association Grillons et Cigales, Maéva, Charles, Isadora et tous les autres qui nous soulagent et nous permettent de prendre un petit temps de souffle.

Prenez exemple sur tous ces femmes et toutes ces hommes, prenez exemple sur leur implication et surtout sur leur beauté intérieure si vous en êtes encore capables!

Référence.

Distilbène : un couple veut être reconnu comme “parents victimes”

Le Distilbène DES, en savoir plus