Primodos EWG Report : Hannah Bardell MP Talks

Will the Primodos victims, and the new science evidence, be at the heart of the Government report ?

On 21 February 2018, Hannah Bardell, SNP MP for Livingston, raised concerns about the Primodos hormone pregnancy test drug, and asked important questions to the Health Secretary.

Primodos EWG Report : Emma Reynolds MP Talks

Will all Primodos victims be listened to ?

On 24 October 2018, Emma Reynolds, Labour MP for Wolverhampton North East, asked Health Secretary to guarantee women who took hormone pregnancy test Primodos will have time to tell their stories to review into claims it caused birth defects and miscarriages.

Families, including one in Reynolds’ constituency, must have confidence in the review. Answers long overdue.

Mental Health Medication Trends in the US, an Overview

Flooding the world with psychiatric drugs could boost the burden of mental disorders

Today in the United States, more than one in five adults — and more than one in 20 children and adolescents — take a psychiatric drug on a daily basis.

Overall, the number of Americans on medications used to treat psychological and behavioral disorders has substantially increased since 2001; more than one‐in‐five adults was on at least one of these medications in 2010, up 22 percent from ten years earlier. Women are far more likely to take a drug to treat a mental health condition than men, with more than a quarter of the adult female population on these drugs in 2010 as compared to 15 percent of men.

Women ages 45 and older showed the highest use of these drugs overall. Yet surprisingly, it was younger men (ages 20 to 44) who experienced the greatest increase in their numbers, rising 43 percent from 2001 to 2010.

The trends among children are opposite those of adults: boys are the higher utilizers of these medications overall but girls’ use has been increasing at a faster rate.

Read America’s State of Mind report and Flooding the world with psychiatric drugs could boost the burden of mental disorders on stat, OCTOBER 22, 2018.

Unbiased information on medicines : Why is it needed?

Pharmaceutical promotion practices HAI webinar, Oct 2018

Dr Barbara Mintzes (University of Sydney) joins Health Action International for an expert webinar on pharmaceutical promotion practices.

Touche Pas à Notre Sécu

La sécurité sociale expliquée à ma petite fille

Court-métrage d’animation produit par le Centre d’Education Populaire André Genot, 2017.

La sécurité sociale, un brol d’assistés qui coûte trop cher ?

Recycling plastics resulting in toys and other items being saturated with flame retardants harmful substances

European study exposing toxic e-waste chemicals in children’s products spurs calls for policy to end recycling exemptions for hazardous waste

Brussels, 16.10.2018 – Environmental health researchers released alarming evidence  that toxic brominated flame retardants, hazardous chemicals from electronic waste that are known to disrupt thyroid function and cause neurological and attention deficits in children, are contaminating recycled plastics in consumer products across Europe.

Oral hormone pregnancy tests and the risks of congenital malformations

A systematic review and meta-analysis, October 2018.
Includes Primodos drug victims testimonials.

Overview

  • Sources :
    • read and/or download the full study (free access) Oral hormone pregnancy tests and the risks of congenital malformations: a systematic review and meta-analysis, F1000Research, First published 31 Oct 2018, 7:1725, DOI:10.12688/f1000research.16758.1.
    • read and/or download the full study (free access) The Primodos components Norethisterone acetate and Ethinyl estradiol induce developmental abnormalities in zebrafsh embryos, nature, Published 13 Feb 2018, DOI:10.1038/s41598-018-21318-9.
  • Testimonials : read some real stories told by the Primodos victims, see the post comment section.
  • Commenting : scroll down this page until you reach the header “Have your say! Share your views” and the box “Enter your comment here…“.

Abstract

Background
Oral hormone pregnancy tests (HPTs), such as Primodos, containing ethinylestradiol and high doses of norethisterone, were given to over a million women from 1958 to 1978, when Primodos was withdrawn from the market because of concerns about possible teratogenicity. We aimed to study the association between maternal exposure to oral HPTs and congenital malformations.

Methods

I am fully supportive of this article on the effects of hormone pregnancy tests as it stands. I have no substantive criticism of the content or methods.

Dr David Healy, professor of psychiatry, psychopharmacologist, scientist and author.

We have performed a systematic review and meta-analysis of case-control and cohort studies that included data from pregnant women and were exposed to oral HPTs within the estimated first three months of pregnancy, if compared with a relevant control group. We used random-effects meta-analysis and assessed the quality of each study using the Newcastle–Ottawa Scale for non-randomized studies.

Results
We found 16 case control studies and 10 prospective cohort studies, together including 71 330 women, of whom 4209 were exposed to HPTs.

Exposure to oral HPTs was associated with a 40% increased risk of all congenital malformations: pooled odds ratio (OR) = 1.40 (95% CI 1.18 to 1.66; P<0.0001; I2 = 0%).

Exposure to HPTs was associated with an increased risk of

  • congenital heart malformations: pooled OR = 1.89 (95% CI 1.32 to 2.72; P = 0.0006; I2=0%);
  • nervous system malformations OR = 2.98 (95% CI 1.32 to 6.76; P = 0.0109 I2 = 78%);
  • gastrointestinal malformations, OR = 4.50 (95% CI 0.63 to 32.20; P = 0.13; I2 = 54%);
  • musculoskeletal malformations, OR = 2.24 (95% CI 1.23 to 4.08; P= 0.009; I2 = 0%);
  • the VACTERL syndrome (Vertebral defects, Anal atresia, Cardiovascular anomalies, Tracheoesophageal fistula, Esophageal atresia, Renal anomalies, and Limb defects), OR = 7.47 (95% CI 2.92 to 19.07; P < 0.0001; I2 = 0%).

Conclusions
This systematic review and meta-analysis shows that use of oral HPTs in pregnancy is associated with increased risks of congenital malformations.

Reactions

Prof. Henegan’s systematic analyses of epidemiological studies, is a scientific review which members of the Association for children damaged by HPT’s have waited over 45 years for. The findings are incredible and mirror the congenital abnormalities suffered by our members. It is a scandal that this epidemiological study was not commissioned by the Government Health Authorities and we cannot thank Prof. Heneghan and his colleagues enough, for the comprehensive and utterly compelling review.

Marie Lyon,
Assocation for Children Damaged by Hormone Pregnancy Tests, UK

La responsabilité des médecins dans la sélection et non-prescription de certains médicaments sur le marché

Souvenirs de Mediator

Publié par Luc Perino, médecin généraliste, humeur du 06/12/2010

Le laboratoire Servier a toujours été un brillant marginal. Je me souviens que c’est le seul laboratoire qui m’a offert un livre écrit par son patron, Jacques Servier, un homme de conviction. Le titre du livre était : Le médicament, inventer ou mourir.
Le laboratoire Servier se positionnait franchement comme un laboratoire de recherche et d’innovation. Cette image était un point fort de sa stratégie marketing. En cela, il ne différait pas des autres, mais il le faisait avec un petit côté franchouillard qui n’était pas pour me déplaire. J’avoue avoir, moi aussi, une certaine tendance cocorico.

Servier, c’était bien évidemment le gliclazide alias Diamicron®. Quel généraliste n’en a pas prescrit des tonnes ? On l’opposait volontiers au glibenclamide alias Daonil®. Il y avait une tendance qui faisait du Diamicron le sulfamide hypoglycémiant des généralistes et du Daonil celui des spécialistes. Ce genre de subtilités sans véritable base scientifique est difficile à interpréter. Il résulte probablement du marketing. Les mini-jupes des visiteuses Servier auraient-elles eu plus d’impact sur les généralistes que sur leurs éminents confrères ? Il ne me plaît guère de l’admettre. Les omnipraticiens étaient-ils plus patriotes tandis que l’atlantisme scientifique gagnait déjà les spécialistes qui ne pouvaient décemment pas prescrire une molécule à la fois gauloise et généraliste ? Je n’en sais rien, mais à défaut d’être logique, c’était intéressant à décrypter.
Servier, c’était aussi le Daflon® sur lequel, bien évidemment, je n’ai rien à dire.

Servier c’était aussi, hélas, l’interminable déclinaison des dérivées amphétaminiques, Pondéral® et Isoméride®, entre autres, sur le marché juteux de l’obésité qui montre régulièrement sa propension à passer brutalement de la gloire à la déchéance. Je regrette encore les quelques boîtes de Pondéral® que j’ai prescrites dans ma fougueuse jeunesse. Le récent retrait du Sibutral et de bien d’autres à venir, oblige à se poser définitivement la question du curatif en matière d’obésité. La physiologie nous signifierait-elle ainsi certains domaines où seul le préventif aurait droit de cité ?

Servier c’est aussi le Mediator® dont on parle beaucoup en ce moment. Si je cède, à mon tour, au panurgisme – qui n’est pas mon plus gros défaut – ce n’est pas pour tirer sur l’ambulance, mais en raison de souvenirs précis autour de ce désormais bien triste benfluorex.

Je commençais par être quelque peu agacé par les méthodes de promotion de nos chers laboratoires, en particulier, je n’appréciais pas la fâcheuse habitude qu’avait pris Servier de toujours présenter des médicaments hors catégorie. Chaque molécule n’appartenait à aucune classe déjà connue et inaugurait un groupe original. Quelle surprenante créativité ! Mediator était de ceux-là : ni sulfamide, ni biguanide, il était proposé dans le diabète de type 2. Je disposais déjà du Glucophage® et du Diamicron® (précisément) pour une pathologie qui ne me paraissait pas justiciable de l’engouement curatif international qu’elle continue de susciter. On a proposé bien d’autres classes thérapeutiques depuis, dont l’Avandia®, avec les nouveaux déboires que nous savons. Tout cela pour de fort maigres résultats, en termes de gain de vie, et pour une pathologie qui mérite d’être redéfinie.

Bref, j’avais provisoirement banni le Mediator de mes prescriptions. Ce bannissement est devenu définitif lorsque les indications de cette molécule ont, subrepticement d’abord, puis franchement ensuite, basculé vers l’obésité. Non pas que je néglige mes patients obèses, bien au contraire, je refuse d’ajouter un fardeau à celui qu’ils ont déjà à porter. Ainsi, la mollesse des hasards et la rigidité de mes principes ont réussi à m’épargner toute prescription de Mediator. C’est la vraie vérité. Pas un seul petit comprimé.

Pardonnez cette fierté dérisoire. Lorsque, comme tous mes confrères, je ressasse mes fautes, mes négligences et mes erreurs, dont certaines ont peut-être été des pertes de chances ou de vie, il est si bon de pouvoir s’extraire avec certitude d’une nouvelle culpabilité de la médecine.

Je souhaite de tout mon cœur que la liste des morts du Mediator n’augmente pas. Je compatis aux problèmes majeurs que doit affronter le personnel du laboratoire Servier. Je regrette pour eux qu’ils aient eu un ministère laxiste qui n’a pas su les arrêter à temps. Nous savons depuis bien longtemps qu’un marchand ne sait jamais s’arrêter tout seul, il faut l’aider. D’autres pays d’Europe ont réagi bien avant.

La franchouillardise, la peur d’augmenter le chômage ou de diminuer le PIB peuvent être des qualités… Jusqu’au moment de l’aveuglement.

En Savoir Plus

En médecine aussi, le mieux est l’ennemi du bien

Consistance des maladies virtuelles

Publié par Luc Perino, médecin généraliste, humeur du 31/10/2018

La morbidité se définit comme

  • un “état de maladie
  • ou un “caractère relatif à la maladie“.

Ces définitions sous-entendent que la morbidité est vécue par le patient avant d’être comptabilisée par la médecine. La troisième définition est statistique :

  • pourcentage de personnes atteinte d’une maladie donnée“.

Désormais, la médecine se propose d’intervenir avant les premiers signes de maladie. Le dépistage organisé et la détection des facteurs de risque créent ainsi une nouvelle morbidité qui n’est plus vécue par les patients. Une image suspecte, une cellule anormale, une prédisposition génétique, un chiffre élevé de pression artérielle, de sucre ou de cholestérol ne sont pas des signes ressentis par le patient mais des informations qu’il reçoit de la médecine. Cette morbidité est donc virtuelle pour le patient.

Si je peux comprendre l’intérêt de la biomédecine pour ces maladies virtuelles, je suis toujours surpris de la docilité avec laquelle ces patients “virtuels” acceptent ces nouveaux diagnostics et les vivent comme des maladies dont ils auraient réellement ressenti les symptômes. Ils les vivent même parfois avec une intensité dramatique supérieure à celle d’une maladie réellement vécue.

Pourtant, un grand nombre d’images ou de chiffres suspects, disparaissent comme ils apparaissent sous l’effet de multiples facteurs variables et labiles. On peut être hypertendu pendant deux ans et ne plus l’être pour tout le reste de sa vie. On peut avoir une cellule cancéreuse sans que jamais n’apparaisse ni tumeur ni métastase. Dans leur grande majorité, les prédispositions génétiques restent indéfiniment à l’état de prédisposition.

Le plus surprenant est la définition rétrospective de ces virtualités à partir d’une proposition théorique de soin. C’est exclusivement l’idée d’un soin qui leur confère une réalité morbide.
Cette inversion complète des processus diagnostiques et thérapeutiques répond merveilleusement aux nouvelles normes mercatiques et informatiques de notre monde auxquelles la médecine n’a pas de raison d’échapper. Ce n’est plus le patient qui vient proposer au médecin des symptômes vécus dans l’espoir qu’il ne s’agisse pas d’une vraie maladie, ce sont les médecins qui proposent des pathologies virtuelles que le patient va alors vivre comme de vrais maladies.

Avec cette nouvelle normativité, aura-t-on encore besoin de l’expertise clinique des médecins ? Si oui, quel sera alors l’utilité de ces nouveaux experts ? Nous avons de bonnes raisons de penser que leur rôle principal consistera à dissimuler un diagnostic de maladie virtuelle lorsqu’ils estimeront que le fait de la donner à “vivre” pourrait dégrader la santé plus que ne le ferait la maladie réelle supposée évitable…
Vaste programme à inscrire d’urgence dans le cursus universitaire médical…

En Savoir Plus

Prise en charge des enfants Distilbene : insuffisante, rappelle Catherine Fabre

Intervention de Catherine Fabre, Députée

Assemblée Nationale, Commission des affaires sociales, 24 Octobre 2018.

La prise en charge des enfants Distilbene est aujourd’hui considérée comme insuffisante par les victimes, qui réclament une réparation par la santé, un suivi en amont, un accompagnement gynécologique annuel accru et adapté, qui soit entièrement pris en charge.

Sources

Le Distilbène DES, en savoir plus