Distilbene : pas encore de provision d’indemnisation pour préjudice professionnel

JT 19/20 Pays de la Loire, 28 mai 2019

Mi-avril 2019, la famille Le Cossec a entamé un troisième procès contre le laboratoire UCB Pharma ; ils veulent être reconnus comme “parents-victimes”. Fin mai 2019, le Tribunal de Grande Instance de Nanterre a refusé, de leur accorder une provision d’indemnisation pour préjudice professionnel.

28/5: Décision sanction pour la reconnaissance de notre préjudice de parents victimes du Distilbène

La juge de la mise en état du TGI de Nanterre a refusé de nous accorder une provision d’indemnisation pour préjudice professionnel. Elle indique que les questions soulevées dans cette procédure sont “un débat de fond qui devra être tranché par le tribunal et qu’il n’appartient pas au juge de la mise en état d’apprécier”.

Attendre, toujours attendre.
Nous sommes abattus face à cette décision qui après 12 ans de combat va nous contraindre à nouveau à souffrir.

20 ans qu’on se bat pour que Julien vive correctement. On s’est construits tout seuls, on n’a pas attendu le laboratoire UCB Pharma. C’est une évidence qu’il faut continuer de travailler même lorsqu’un tel bouleversement arrive dans notre vie.

On a essayé de rester debout. On nous reproche aujourd’hui d’avoir gagné nos vies au detriement de notre couple, de notre vie de famille.
On ne s’est jamais plaints, on s’est toujours battus, c’est aujourd’hui pour nous une prime de sanction.
Nous avons gardé la tête haute jusqu’en 2019 pour préserver notre couple et nos enfants mais cette décision nous effondre plus que tout notre combat au seul motif d’avoir des revenus corrects!
C’est à se demander s’il ne faut pas mieux sombrer dans la dépression pour pouvoir être reconnus comme victimes.

Mais nous ne lâcherons pas, nous irons jusqu’au bout avec les médias dont on a besoin dans ce combat tellement injuste et inéquitable de David contre Goliath.
Nous ferons appel pour que justice soit faite lors d’une nouvelle audience fixée le 15 octobre 2019.
Il est scandaleux que le laboratoire pharmaceutique UCB Pharma n’assume pas ses erreurs passées et toutes leurs conséquences. UCB cherche encore à nous asphixier avec ce sordide jeu de la montre.

On vous remercie Tous de nous avoir soutenus dans ce combat, on va encore avoir plus besoin de vous pour porter notre voix et en finir au plus vite avec UCB Pharma.

Chaleureusement.

Sylvie et Loic
Référence. Vidéo originale. Reportage Allodocteurs.

Distilbène : un couple veut être reconnu comme “parents victimes”

Le Distilbène DES, en savoir plus

Dry olive leaf extract attenuates DNA damage induced by DES in human peripheral blood cells in vitro

The protective potential of dry olive leaf extract could arise from the synergistic effect of its scavenging activity and enhancement of the cells’ antioxidant capacity

2018 Study Highlights

  • Antigenotoxic potential of DOLE was investigated on the human whole blood in vitro, using comet assay.
  • E2 and DES were used as DNA damage inducers, expressing a genotoxic effect.
  • DOLE exhibited antigenotoxic properties.

Abstract

Phenolic groups of steroidal or nonsteroidal estrogens can redox cycle, leading to oxidative stress, where creation of reactive oxygen species are recognized as the main mechanism of their DNA damage properties.

Dry olive (Olea europaea L.) leaf extract is known to contain bioactive and antioxidative components and to have an ability to modulate the effects of various oxidants in cells.

The main goal of this study was to investigate antigenotoxic potential of a standardized dry olive leaf extract on DNA damage induced by 17β-estradiol and diethylstilbestrol in human whole blood cells in vitro, using comet assay.

Our results indicated that both hormones showed a genotoxic effect at a concentration of 100 μM (P < 0.05, n = 6).

Dry olive leaf extract was efficient in reducing number of cells with estrogen-induced DNA damage at tested concentrations (0.125, 0.5 and 1 mg/mL) (P < 0.05, n = 6) and under two experimental protocols, pre-treatment and post-treatment, exhibiting antigenotoxic properties.

Analysis of antioxidant properties of the extract revealed moderate ABTS radical scavenging properties and reducing power.

Overall, our results suggested that the protective potential of dry olive leaf extract could arise from the synergistic effect of its scavenging activity and enhancement of the cells’ antioxidant capacity.

DES DiEthylStilbestrol Resources

The effects of an EDCs cocktail of BPA + DES + NP

Analysis of individual and combined estrogenic effects of bisphenol, nonylphenol and diethylstilbestrol in immature rats with mathematical models

2019 Study Abstract

Background
Traditional toxicological studies focus on individual compounds. However, this single-compound approach neglects the fact that the mixture exposed to human may act additively or synergistically to induce greater toxicity than the single compounds exposure due to their similarities in the mode of action and targets. Mixture effects can occur even when all mixture components are present at levels that individually do not produce observable effects. So the individual chemical effect thresholds do not necessarily protect against combination effects, an understanding of the rules governing the interactive effects in mixtures is needed. The aim of the study was to test and analyze the individual and combined estrogenic effects of a mixture of three endocrine disrupting chemicals (EDCs), bisphenol A (BPA), nonylphenol (NP) and diethylstilbestrol (DES) in immature rats with mathematical models.

Method
In the present study, the data of individual estrogenic effects of BPA, NP and DES were obtained in uterotrophic bioassay respectively, the reference points for BPA, NP and DES were derived from the dose-response ralationship by using the traditional no observed adverse effect (NOAEL) or lowest observed adverse effect level (LOAEL) methods, and the benchmark dose (BMD) method. Then LOAEL values and the benchmark dose lower confidence limit (BMDL10) of single EDCs as the dose design basis for the study of the combined action pattern. Mixed prediction models, the 3 × 2 factorial design model and the concentration addition (CA) model, were employed to analyze the combined estrogenic effect of the three EDCs.

Results
From the dose-response relationship of estrogenic effects of BPA, NP and DES in the model of the prepuberty rats, the BMDL10(NOAEL) of the estrogenic effects of BPA, NP and DES were 90(120) mg/kg body weight, 6 mg/kg body weight and 0.10(0.25) μg/kg body weight, and the LOAEL of the the estrogenic effects of three EDCs were 240 mg/kg body weight, 15 mg/kg body weight and 0.50 μg/kg body weight, respectively. At BMDL10 doses based on the CA concept and the factorial analysis, the mode of combined effects of the three EDCs were dose addition. Mixtures in LOAEL doses, NP and DES combined effects on rat uterine/body weight ratio indicates antagonistic based on the CA concept but additive based on the factorial analysis. Combined effects of other mixtures are all additive by using the two models.

Conclusion
Our results showed that CA model provide more accurate results than the factorial analysis, the mode of combined effects of the three EDCs were dose addition, except mixtures in LOAEL doses, NP and DES combined effects indicates antagonistic effects based on the CA model but additive based on the factorial analysis. In particular, BPA and NP produced combination effects that are larger than the effect of each mixture component applied separately at BMDL doses, which show that additivity is important in the assessment of chemicals with estrogenic effects. The use of BMDL as point of departure in risk assessment may lead to underestimation of risk, and a more balanced approach should be considered in risk assessment.

References

  • Full study (free access) : Analysis of individual and combined estrogenic effects of bisphenol, nonylphenol and diethylstilbestrol in immature rats with mathematical models, Environmental health and preventive medicine, NCBI PubMed PMC6515622, 2019 May 13.
  • Image credit Helena Yankovska.
DES DiEthylStilbestrol Resources

The James Lind Library’s Introduction to Fair Tests of Treatments

JLL Book of Essays, About Fair Tests, May 2019

Introduction

At various times in our lives and to varying levels of intensity, we all use, provide or pay for health and social care. As we decide what to do, take, offer or buy, we need evidence that is reliable, robust and trustworthy about different options. Even before James Lind’s experiment comparing possible treatments for scurvy on HMS Salisbury people had recognised that getting this evidence requires strenuous efforts to reduce bias –but that achieving this is often not straightforward. This book of essays from the James Lind Library is our attempt to illustrate some of the challenges encountered and how to overcome them.

We will take you on a journey through the sometimes stormy waters of why treatments need to be tested, rather than being based on assumptions that “it must work” before the treatment has even been tried, or based on impressions after it has been used a few times, through to the need for fair tests comparing alternative treatment options. We will show why genuine uncertainties must be identified and addressed, and how research to find the most effective and appropriate treatments need to build on research to identify the most effective and appropriate methods for doing that research. We will navigate through the reasons why comparisons need to be fair at the outset, and then kept fair as the treatments being tested are given;outcomes are measured;and results are analysed, reported, and combined in systematic reviews of all the relevant, trustworthy evidence.

We have not cluttered the chapters with references to all the source material on which we have drawn. For that level of detail, please follow the links to the fuller essays on the James Lind Library website. Instead, where we know of reviews of methodology research which are relevant to a topic, we have listed these at the end of each chapter.

By the end of the book, we hope that you will recognise how, to bring benefits of research to patients and the public, systematic reviews of fair tests are needed to provide key elements of the knowledge needed to inform decisions about health and social care, while taking into account other important factors, such as values, preferences, needs, resources and priorities. We also hope that, as you finish the book, you will share the sense of enlightenment, education and enjoyment that we have gained from preparing it.

Finally, we dedicate this book to England’s National Institute for Health Research. Without the Institute’s 16-year-long support for the James Lind Initiative, the home of the James Lind Library during that time, neither the Library nor these essays would have been possible. And we also wish to acknowledge the role the Institute plays in recognising the vital contribution of research to the delivery of health and social care that is effective and efficient, and the Institute’s leadership in ensuring that the research itself is effective, efficient and reliable, with minimal waste.

Abstract

1.3 Why treatment comparisons must be fair

Untrustworthy treatment comparisons are those in which biases, or the play of chance, or both result in misleading estimates of the effects of treatments. Fair treatment comparisons avoid biases and reduce the effects of the play of chance.

It is not only failure to test theories about treatments in practice that has caused preventable tragedies. They have also occurred because the tests used to assess the effects of treatments have been unreliable and misleading. In the 1950s, theory and poorly controlled tests yielded unreliable evidence suggesting that diethylstilboestrol (DES) helped pregnant women who had previously had miscarriages and stillbirths. Although fair tests suggested that DES was useless, theory and unreliable evidence, together with aggressive marketing, led to DES being prescribed to millions of pregnant women over the next few decades. The consequences were disastrous for the women and their children, who experienced infertility and cancers as a result. The lesson is that a treatment that has not been reliably shown to be useful should not be promoted.

Problems resulting from inadequate tests of treatments continue to occur. Again, because of unreliable evidence and aggressive marketing, millions of women were persuaded to use hormone replacement therapy (HRT). It was claimed that, not only could it reduce unpleasant menopausal symptoms, but also the chances of having heart attacks and strokes. When these claims were assessed in fair tests, the results showed that in women over 60, far from reducing the risks of heart attacks and strokes, HRT increases the risks of these life-threatening conditions, as well as having other undesirable effects.These examples of the need for fair tests of treatments are a few of many that illustrate how treatments can do more harm than good. Improved general knowledge about fair tests of treatments is needed so that –laced with a healthy dose of scepticism –we can all assess claims about the effects of treatments more critically. That way, we will all become more able to judge which treatments are likely to do more good than harm.

DES DiEthylStilbestrol Resources

Comment fonctionnent les perturbateurs endocriniens ?

Le Monde, vidéo publiée le 12 juillet 2017

Ils sont partout ! Comment perturbent-ils ?

Vidéo Le Monde, publiée le 12 juillet 2017

Le Distilbène DES, en savoir plus

DES Action Australia

DES : The wonder drug you should wonder about – In Australia

DES Action Australia formed in late 1979 and, in retrospect, it was a result of serendipity, several independent factors aligning.

Continue readingAbout DES Action Australia“.
– Watch the slideshare presentation : DES Action in Australia.
– Follow DES Action in Australia on Facebook.

DES DiEthylStilbestrol Resources

Lettre ouverte aux membres du conseil exécutif du groupe UCB Pharma

Sylvie et Loïc Le Cossec, avril 2019

Sylvie et son époux Loïc sont les parents d’un enfant lourdement handicapé, en cause, le Distilbène.

La famille Le Cossec entame un troisième procès contre le laboratoire UCB Pharma : ils veulent être reconnus comme “parents-victimes“.

Objet: Procès DES/ Parents Le Cossec:
Soyez JUSTE jusqu’au bout!

Cher Monsieur Fleurial,

En complément de notre courrier d’hier, nous souhaitions vous apporter quelques éléments supplémentaires pour votre réflexion compte-tenu du fait que vous êtes en coulisse très impliqué dans notre procès.

Nous ne reviendrons pas sur l’indemnisation de Julien que nous avons validée.
Julien va pouvoir vivre dignement malgré son handicap à vie mais après un combat judiciaire de 10 ans (pardon de ne pas vous remercier pour cette angoisse là!!!)

Mais aujourd’hui, c’est un autre combat: LE NÔTRE, celui de nos carrières abandonnées et des manques à gagner salariaux et retraite sans parler du préjudice moral pour moi et mon époux Loïc.

Et cessons de dire que les sommes versées pour le préjudice du polyhandicap de Julien couvrent ce dommage, ce qui est faux.
Pour l’Assistance par Tierce personne passée, ce sont nos soirées, nos week-ends et nos vacances consacrés à Julien qui ont été indemnisés et pour l’Assistance par Tierce Personne future, c’est la vie de Julien qui est protégée .

Mais NOUS parents victimes, dans tout ça, tout ce qui nous a été retiré: ma carrière internationale, celle de loïc: C’EST OÙ?
Et irez-vous jusqu’à continuer de dire que nous gagnons déjà bien notre vie!

Une lueur d’espoir reste dans les propos de votre propre avocat devant la presse.

Alors soyez JUSTE jusqu’au bout de ce procès!
Ne pas réparer, c’est cautionner les erreurs du passé.

Très sincèrement.

Sylvie et Loïc Le COSSEC

Référence.

Distilbène : un couple veut être reconnu comme “parents victimes”

Le Distilbène DES, en savoir plus

Des Parents Victimes du Distilbène en Procès contre UCB Pharma

JT 19/20 Pays de la Loire, 16 Avril 2019

Sylvie et son époux Loïc sont les parents d’un enfant lourdement handicapé, en cause, le Distilbène.

La famille Le Cossec entame un troisième procès contre le laboratoire UCB Pharma : ils veulent être reconnus comme “parents-victimes“.

Distilbène : un couple veut être reconnu comme “parents victimes”

Le Distilbène DES, en savoir plus

Parce que mon fils aura éternellement deux ans

Sylvie et Loïc Le Cossec, avril 2019

Sylvie et son époux Loïc sont les parents d’un enfant lourdement handicapé, en cause, le Distilbène.

La famille Le Cossec entame un troisième procès contre le laboratoire UCB Pharma : ils veulent être reconnus comme “parents-victimes“.

Le premier jour où nous avons déposé notre fils Julien dans une halte-garderie, dans la ville de Marq en Bareuil où nous habitions, il n’a fallu que trois heures pour que la responsable de la halte-garderie nous appelle pour me dire qu’il ne serait pas possible de garder Julien dans son établissement que c’était trop compliqué pour elle de le gérer. Il a fallu en urgence trouver une solution de garde pour pallier à ce problème.

Quand nous sommes arrivés à Nantes après avoir fait le tour de l’ensemble des écoles maternelles après avoir essuyé un certain nombre de refus j’ai réussi à inscrire Julien pour une durée de un an dans une petite section maternelle une durée de un an pas plus. Julien n’allait à l’école que le matin je devais m’en occuper l’après-midi.

Durant cette année j’ai été accompagné par le CAMPS pour identifier le plus justement le polyhandicaps de Julien ce qui clairement signifie que j’ai passé toutes mes après-midi avec des éducateurs des médecins Des avégistes des kinés des ergothérapeutes Des ophtalmologue Des ostéopathe Des orthophonistes (je peux continuer la liste est longue) …pour observer Julien et voir ses réels besoins.

Ensuite nous avons eu la chance de réussir à faire rentrer Julien aux hauts Thébaudières ou du personnel ultra compétent nous a accompagné cela dit les choses se sont pas fait du jour au lendemain par un claquement de doigts, les choses se sont fait petit à petit Julien a tout d’abord été sur place quelques heures ensuite une demi-journée quelques temps après une journée, mais j’étais présent au quotidien… disponible si il y avait le moindre problème en contact permanent avec les équipes qui entouraient Julien, je ne pense pas que le laboratoire et ses avocats imaginent la difficulté que l’on peut avoir en tant que parents a laisser un enfant « ultra vulnérable » dans les mains de personne Étrangère c’est compliqué ça demande du temps pour Julien mais aussi pour nous.

Les sept années où je me suis arrêté on était entièrement dédié à l’équilibre de la famille dans ce contexte complexe ou rien n’était écrit ou tout était à faire à découvrir, jusqu’à passer des semaines à tester des méthodes qui n’ont rien donné ..Mais bon on essayait, on rêvait à des jours meilleurs pour notre fils Julien. On pensait qu’on pouvait réussir à le libérer de ses anathèmes.

Un élément dont on a jamais parlé,
j’ai essayé à la fin de ses sept ans de reprendre mon activité professionnelle de vendeur de cuisine. L’expérience a duré un mois grâce à directeur de magasin compréhensif qui m’a « donner ma chance». La famille a perdu complètement son équilibre et c’est avec une souffrance que vous n’imaginez même pas j’ai arrêté cette expérience professionnelle qui me tenait à cœur, il a fallu du temps pour réussir à trouver une activité qui me permette de «m’épanouir » non pas financièrement je n’ai pas gagné ma vie mais j’avais une activité intellectuelle je voyais du monde. Et ce n’est pas parce que je suis stupide et que je ne sais pas m’organiser mais essayer de gérer une carrière quand vous avez toutes les contraintes que n’imposait le handicap de Julien, à gérer en parallèle .

Alors oui peut-être que j’ai réussi à avoir une entreprise, à générer un chiffre d’affaires aussi petit soit-il …mais ce que l’on ne voit pas sur les chiffres.. C’est que les dessins et les devis je les faisais bien souvent dans les salles d’attentes des cabinets médicaux, dans les hôpitaux, dans la voiture en attendant Julien, et que je pourrais en faire des pages mais que ce n’ est n’est pas facile d’essayer de faire bien son travail dans ces conditions, toute sa vie mon fils aura deux ans… toute ma vie je m’occuperai d’un enfant de deux ans quand il aura 50 ans je m’occuperai d’un enfant de deux ans, si les personnes du laboratoire avocat ou cadres ne savent pas ce que ça veut dire qu’il demande à leur femme qui s’est occupé de leurs enfants …mon fils aura éternellement deux ans…

Avec beaucoup d’arrogance le laboratoire UCB PHARMA dit nous a déjà réglé des sommes aujourd’hui …

On parle du préjudice financier de Monsieur et Madame Le Cossec tout ce qui a été jugé et indemnisé n’a rien à voir avec le préjudice financier de Monsieur Madame Le Cossec que ce soit bien clair… ils ont avec beaucoup de perfidie fais en sorte de bien séparer les choses au moment du premier procès aujourd’hui nous voulons que le laboratoire UCB PHARMA prenne conscience… Des conséquences financières sur un couple qui se bat au quotidien, pour essayer de sortir la tête de l’eau professionnellement et personnellement, alors oui peut-être qu’on y arrive un petit peu mieux que certains… Mais c’est très dur et ça demande beaucoup d’énergie.

Pour conclure je tenais à te dire que cette partie me tient énormément à cœur.. et que je le lâcherai rien j’ai mis ma vie en parenthèse à cause de la cupidité d’un pseudo groupe pharmaceutique.
Je ne serai jamais en paix jusqu’à la fin de ma vie parce que mon fils aura éternellement deux ans, qu’il se fera pipi dessus la nuit que je lui essuierais le filet de salive tout les matins quand j’irai me promener sur le marché avec lui, pour qu’il soit beau et fier.
Que je lui essuierais les fesses avec 10000 lingettes tous les jours que je partage avec lui, parce que j’aurais trop peur qu’il soit sale et pas bien, parce que si c’est le cas si il est sale il ne me le dira pas et que je ne supporte pas ça…

Je ne sais pas dans quelle langue ils veulent que je leur dise tout ça mais oui ça à bouleversé notre vie à tous les deux .On ne peut pas être Monsieur Madame tout le monde, alors on a peut-être réussi aux yeux de certains mais on aurait fait :
Beaucoup mieux
si Julien n’ avait pas eu son polyhandicape….
Et clairement c’est ça qu’on leur demande de comprendre aujourd’hui comprendre mais aussi d’indemniser le préjudice financier de tous les parents qui comme nous accompagnent les victimes du DISTILBÈNE au quotidien.

C’est peut-être pas très bien écrit il y a peut-être beaucoup de fautes d’orthographe mais bon voilà c’est un cri du cœur..
Soyez en certain nous ne lâcheront rien…

Référence.

Distilbène : un couple veut être reconnu comme “parents victimes”

Le Distilbène DES, en savoir plus

Petits conseils au laboratoire UCB Pharma

Sylvie et Loïc Le Cossec, avril 2019

Sylvie et son époux Loïc sont les parents d’un enfant lourdement handicapé, en cause, le Distilbène.

La famille Le Cossec entame un troisième procès contre le laboratoire UCB Pharma : ils veulent être reconnus comme “parents-victimes“.

Il y a des moments clés, dans la vie des parents d’enfants polyhandicapés.
Celui-ci à été particulièrement difficile à passer pour moi.

Ça faisait déjà deux ans que les médecins nous conseillaient de nous faire aider pendant les vacances et d’essayer de trouver une place dans un centre de vacances adaptés au handicap, et particulièrement à la mal-voyance Les Hauts Thébaudières nous avait proposé de prendre contact avec le centre Grillons Et Cigale, sans tarder, j’avais demandé un dossier que j’avais rempli méticuleusement.

Mais deux ans de suite je n’ai pas été capable de poster l’inscription dans la boîte aux lettres pour inscrire Julien.

Une année pourtant j’ai accepté de sauter le pas… avec la peur au bide j’ai posté cette lettre. Julien allait avoir 16 ans et nous allions passer les premières vacances sans lui…Bon une semaine c’est vrai, mais c’est quand même beaucoup… Vous pouvez imaginer …les seules semaines de répit que nous avions eu c’était le moment que Julien passait chez sa mamie dans la Sarthe… Alors laisser notre garçon à des étrangers c’est comme sauté de la tour Eiffel en n’étant pas certain d’avoir pris un parachute…

Quelques jour plus tard j’ai été contacté par une dame charmante qui me demandait si Julien partirais en train de Paris accompagné par des éducateurs ou si je préférais le déposer directement au Col Du Pilon à Ronno… je viens sur place bien sûr …je viens et si je peux dormir faites-moi une place….

jour J la mort dans l’âme je m’apprête à abandonner mon fils..
Le centre ouvrait à 8h30 j’étais le premier devant les portes, Julien, Arthur et moi avions dormi à l’hôtel la veille au soir.

– Bonjour nous venons accompagner notre fils Julien pour le séjour d’une semaine.

– Parfait enchanté je suis le directeur du centre c’est Charles qui s’occupera de Julien il ne devrait pas tarder maintenant.

Charles ouffff au fond de moi-même j’imagine déjà un petit jeune homme ainé d’une famille catho de 7 enfants « bonne éducation »pas de débordements… je suis soulagé..

– Et bien voilà Charles me dit le directeur.

A ma grande Stupeur mon chef scout, « petit castor malin », fit son apparition… un gaillard d’ 1,80m surmonté d’une coiffure digne des plus grands rastafari, les deux bras tatoué de haut en bas…

– Ça va bien se passer ça va bien se passer…

Et ça s’est très bien passé parce que ce mec-là était en or il s’occupera de Julien comme je m’en serais occupé, Bon certes il est revenu avec la dégaine de Johnny Depp affublé d’une casquette « Fuck down », mais heureux ultra heureux.

Alors messieurs les cadres du laboratoire pharmaceutique UCB PHARMA, prenez exemple sur ses hommes et ces femmes qui s’investissent corps et âme pour s’occuper de nos adultes et nos enfants handicapés. Et aidez les, c’est sans trop besoin d’argent pour accueillir nos enfants et nos adultes handicapés…

Aidez les se sera plus intelligent que d’essayer de nous faire souffrir….

Référence.

Distilbène : un couple veut être reconnu comme “parents victimes”

Le Distilbène DES, en savoir plus