Distilbene : pas encore de provision d’indemnisation pour préjudice professionnel

JT 19/20 Pays de la Loire, 28 mai 2019

Mi-avril 2019, la famille Le Cossec a entamé un troisième procès contre le laboratoire UCB Pharma ; ils veulent être reconnus comme “parents-victimes”. Fin mai 2019, le Tribunal de Grande Instance de Nanterre a refusé, de leur accorder une provision d’indemnisation pour préjudice professionnel.

28/5: Décision sanction pour la reconnaissance de notre préjudice de parents victimes du Distilbène

La juge de la mise en état du TGI de Nanterre a refusé de nous accorder une provision d’indemnisation pour préjudice professionnel. Elle indique que les questions soulevées dans cette procédure sont “un débat de fond qui devra être tranché par le tribunal et qu’il n’appartient pas au juge de la mise en état d’apprécier”.

Attendre, toujours attendre.
Nous sommes abattus face à cette décision qui après 12 ans de combat va nous contraindre à nouveau à souffrir.

20 ans qu’on se bat pour que Julien vive correctement. On s’est construits tout seuls, on n’a pas attendu le laboratoire UCB Pharma. C’est une évidence qu’il faut continuer de travailler même lorsqu’un tel bouleversement arrive dans notre vie.

On a essayé de rester debout. On nous reproche aujourd’hui d’avoir gagné nos vies au detriement de notre couple, de notre vie de famille.
On ne s’est jamais plaints, on s’est toujours battus, c’est aujourd’hui pour nous une prime de sanction.
Nous avons gardé la tête haute jusqu’en 2019 pour préserver notre couple et nos enfants mais cette décision nous effondre plus que tout notre combat au seul motif d’avoir des revenus corrects!
C’est à se demander s’il ne faut pas mieux sombrer dans la dépression pour pouvoir être reconnus comme victimes.

Mais nous ne lâcherons pas, nous irons jusqu’au bout avec les médias dont on a besoin dans ce combat tellement injuste et inéquitable de David contre Goliath.
Nous ferons appel pour que justice soit faite lors d’une nouvelle audience fixée le 15 octobre 2019.
Il est scandaleux que le laboratoire pharmaceutique UCB Pharma n’assume pas ses erreurs passées et toutes leurs conséquences. UCB cherche encore à nous asphixier avec ce sordide jeu de la montre.

On vous remercie Tous de nous avoir soutenus dans ce combat, on va encore avoir plus besoin de vous pour porter notre voix et en finir au plus vite avec UCB Pharma.

Chaleureusement.

Sylvie et Loic
Référence. Vidéo originale. Reportage Allodocteurs.

Distilbène : un couple veut être reconnu comme “parents victimes”

Le Distilbène DES, en savoir plus

La psychiatrie conserve une place importante dans les parcours de transition des personnes transgenres

Transidentité: la difficile question de la psychiatrie dans les parcours de transition

Pour débuter une thérapie hormonale, un examen psychiatrique est presque systématique en milieu hospitalier.
S’ensuit un passage devant une commission pluridisciplinaire, composée d’un psychiatre, d’un endocrinologue, ou encore d’un chirurgien.

La communauté scientifique spécialisée “s’accorde bien heureusement pour affirmer” que la “variance de genre” n’est pas une pathologie.

Produits cosmétiques sans perturbateurs endocriniens : pourquoi et comment

Sans, c’est mieux ! Heureusement des alternatives (bio) existent !

Vidéo via @phyts_bio et @ReseauES, mai 2019

Cancer, stérilité, autisme… Le Professeur Sultan témoigne sur les impacts santé des perturbateurs endocriniens. Or, certains cosmétiques “classiques” en contiennent !

  • Référence (vidéo) Phyt’s, mai 2019, facebook.
  • Sources scientifiques #sanscestmieux sur facebook.
Le Distilbène DES, perturbateur endocrinien, en savoir plus

Comment fonctionnent les perturbateurs endocriniens ?

Le Monde, vidéo publiée le 12 juillet 2017

Ils sont partout ! Comment perturbent-ils ?

Vidéo Le Monde, publiée le 12 juillet 2017

Le Distilbène DES, en savoir plus

The Primodos Issue ; debated by Lord Alton of Liverpool

UK Parliament, House of Lords Hansard, 28 February 2019

“They have faced the implacable determination of regulatory bodies spending huge amounts of public money on ad hoc scientific reviews to cast doubt on the work of highly reputable scientists. Those who have suffered so grievously deserve much better than this.”

Safety of Medicines and Medical Devices, House of Lords Hansard Debate, 28 February 2019.

More information

Primodos, Sodium Valproate, Surgical Mesh : Baroness Cumberlege Talks

UK Parliament, House of Lords Hansard, 28 February 2019

“For the families involved, it is life-changing and extremely distressing. For those women who took Primodos and sodium valproate, there is an intense feeling of guilt. They took the medication and they blame themselves. However hard one tries to persuade them that it was not their fault, the guilt remains.”

“That tells me something is seriously wrong; the system is not working as it should. People who have been harmed should not have to fight to be heard or to access the care they need.”

More information

Lords debate Safety of Medicines and Medical Devices

UK Parliament, House of Lords Hansard, 28 February 2019

Lords debates medicinal safety in ref to the public health scandals involving the hormone-based pregnancy test drug Primodos, the use of vaginal mesh implants and the anti-epilepsy drug sodium valproate.

  • Interventions from Lord O’Shaughnessy, Lord Hunt of Kings Heath, Baroness Walmsley, Baroness Masham of Ilton, Baroness Cumberlege 36:28 , Lord Brennan, Lord Carrington, Lord Bethell, Baroness Bryan of Partick, Lord Alton of Liverpool 1:17:29 , Lord Suri, Baroness Finlay of Llandaff, The Earl of Dundee, Baroness Jolly, Baroness Thornton, The Parliamentary Under-Secretary of State, Department of Health and Social Care (Baroness Blackwood of North Oxford).
  • Read the Lords Hansard transcript.
  • Parliamentary news, research briefing.
  • Parliament news, press release.
  • Video source, Parliament Tv.

More information

EWG Primodos review criticised for ‘not assessing risks properly’

Sky News’ Exclusive, 4 Apr 2019

“Somebody, somewhere, has performed a meta-analysis.
At some point, there was a decision not to include that in the EWG report.”

Oxford University professor Carl Heneghan has told Sky News the evidence against the pregnancy drug Primodos suggests a significant link between it and birth deformities (see below).

On 23 April 2019, during the Westminster Hall debate on the Expert Working Group report on hormone pregnancy tests, some MPs also questioned the methodology used and asked why not use meta-analysis to assess primodos evidence ? Some others clarified the difference between correlation vs causation (in ref to primodos link to births defects), or said : with pharma funding the MHRA, can the EWG report be fully independent ?

More information

  • 2018 Studies :
    • Oral hormone pregnancy tests and the risks of congenital malformations: a systematic review and meta-analysis, F1000Research, 31 Oct 2018, 7:1725, DOI:10.12688/f1000research.16758.1.
    • The Primodos components Norethisterone acetate and Ethinyl estradiol induce developmental abnormalities in zebrafsh embryos, Nature, 13 Feb 2018, DOI:10.1038/s41598-018-21318-9.
  • Westminster Hall debate pack : CDP-2019/0095, 18 April 2019.

With Pharma funding the MHRA, can the EWG Report be Fully Independent ?

Westminster Hall debate, 23 April 2019

” Yes we had a (Primodos) review, but I’m not sure we can call that ‘independant’ “

Yasmin Qureshi MP calls into question the independence of the MHRA in its central role on the expert working group (EWG), for their report on the use of hormone pregnancy tests (HPTs) and adverse effects relating to pregnancy including possible birth defects.

Westminster Hall debate, 23 April 2019. Video reference.

More information

Fichage Généralisé Organisé par Monsanto et une Société de Lobbying

Révélations, Le 20Heures France2, 9 May 2019

“Elus, hauts fonctionnaires, journalistes… Ils auraient été fichés et notés en fonction de leur degré de soutien à loMonsanto. Même Ségolène Royal, alors ministre de l’Environnement. Elle est dite “à marginaliser” Référence.

Une fuite de documents confidentiels, qui portent la signature d’une agence de communication travaillant pour Monsanto, a permis aux journalistes de l’Œil du 20 heures de mettre la main sur des documents inédits.

Des pratiques vraisemblablement illégales. Des plaintes ont été déposées.