Can a Pregnancy Drug Trigger ADHD Generations Later ? You Bet !

Aattention-Deficit/Hyperactivity Disorder Much More Common in Grandchildren of Women Who Were Prescribed the DES Drug in Pregnancy

A cohort study – Association of Exposure to Diethylstilbestrol During Pregnancy With Multigenerational Neurodevelopmental Deficits – published May 21, 2018, shows that prenatal diethylstilbestrol exposure may lead to neurodevelopmental disorders across several generations : DES grandchildren are more likely to be diagnosed with ADHD (36% to 63%).

Press Releases

More DES DiEthylStilbestrol Resources

Le flux instinctif libre : une alternative aux protections hygiéniques, serviettes et tampons

Sang tabou : comment j’ai arrêté les tampons

Pouvoir retenir ses règles natutellement, pour les évacuer librement aux toilettes, c’est le principe du flux instinctif libre.
Nina Almberg vous dit tout sur cette méthode étonnante.

  • Sang tabou, un documentaire arte RADIO, 08 mars 2018.
  • Extraits de pubs vintage et textes de :
    • Pline l’Ancien, “Histoire naturelle”, 77 après JC
    • Claude Levi-Strauss, “l’Origine des manières de table”, 1968
    • Coran, sourate II, verset 222, VIIème siècle après JC
    • Saint-Grégoire, “Homélie 29”, Vème siècle après JC
    • Tardieu, “Manuel de pathologie et de clinique médicale”, 1873
    • Séverin Icard, “la Femme pendant la période menstruelle : étude de la psychologie morbide”, 1890
    • Sigmund Freud, “Nouvelle Conférence d’introduction à la psychanalyse”, 1932.

Financer la science, récolter l’ignorance

Voyage en “agnotologie”, pays de la science et de l’ignorance (4/4)

Combien coûte l’ignorance à ceux qui la subissent et combien rapporte-t-elle à ceux qui la propagent ?

Produire de l’ignorance scientifique, est-ce un bon placement ? Qu’espèrent les philanthropes toujours plus nombreux en retour de leurs investissements toujours plus massifs dans la science d’aujourd’hui ? Quant à notre psychisme, garde-t-il toute sa raison dès qu’il est question d’argent, de pari, de gain ? Et le monde financier lui-même, ses agents, ses théoriciens, ne sont-ils pas tantôt victimes tantôt responsables d’aveuglements, de croyances, de falsification des risques, bref, d’ignorance économique ? Argent et ignorance font-ils bon ménage ?

Par Perrine Kervran , sur France Culture LSD, La série documentaire.

Le Distilbène DES, en savoir plus

Quand on préfère ne pas savoir

Voyage en “agnotologie”, pays de la science et de l’ignorance (3/4)

Explorer avec des psycho-sociologues, des chercheurs en neurosciences nos affinités envers l’ignorance : voilà le programme.

On peut comprendre aisément que des industriels du tabac, de la chimie, des mines aient intérêt à freiner, à empêcher les connaissances scientifiques de nuire à leur business… et pour cela produire de l’ignorance. Mais il est difficile de comprendre comment ils y parviennent aussi facilement avec des citoyens cultivés, érudits, informés… À moins qu’il y ait en nous une propension à douter des connaissances toujours prête à s’enclencher, un penchant pour l’ignorance.

Par Perrine Kervran , sur France Culture LSD, La série documentaire.

Le Distilbène DES, en savoir plus

Des maladies aux causes invisibles

Voyage en “agnotologie”, pays de la science et de l’ignorance (2/4)

Un peu d’ignorance en moins sur les causes des maladies fait surgir beaucoup de questions embarrassantes…

En santé publique, ce que l’on demande aux médecins c’est de soigner leurs patients, pas de rechercher les causes de ces maladies. Devant l’afflux toujours plus nombreux de patients atteints de maladies du sang, une équipe du Centre Hospitalier d’Avignon s’est quand même posée la question. Mais un peu d’ignorance en moins sur les causes fait surgir beaucoup de questions embarrassantes. De la même manière, quand un historien s’intéresse à la silicose, la maladie du mineur, il s’aperçoit que pour plein de « bonnes » raisons, syndicats, patronat, pouvoirs publics ont su « négocier » une ignorance médicale de circonstance. Une ignorance qui fait des milliers de morts, aujourd’hui encore…

Par Perrine Kervran , sur France Culture LSD, La série documentaire.

Le Distilbène DES, en savoir plus

Quand les industriels nous enfument

Voyage en “agnotologie”, pays de la science et de l’ignorance (1/4)

Comment, à une époque où les productions scientifiques foisonnent, l’ignorance résiste-t-elle encore ?

Les industriels du tabac ont produit pendant 40 ans une contre-science qui visait à empêcher tout ce qui aurait pu entraver leur business. Une véritable fabrique de l’ignorance était à l’œuvre que des chercheurs ont mis à jour. Ces « agnotologues » (de agnotologie : la science de l’ignorance), venus de toutes les disciplines, ont démonté les rouages d’une production volontaire de l’ignorance, puis se sont intéressés à des constructions involontaires de l’ignorance comme dans le cas du distilbène. Deux cas emblématiques de mécanismes d’ignorance qui servent toujours de « boîte à outil » pour tous ceux que les connaissances scientifiques incommodent…

Par Perrine Kervran , sur France Culture LSD, La série documentaire.

Le Distilbène DES, en savoir plus

I only felt half a woman

Europe plays Russian roulette with hormones

I only felt half a woman

said Myriam, a DES Daughter – victim from the DES hormone disorder – for the standaard, October 2017.
Image credit © Steve Michiels.

DES DiEthylStilbestrol Resources

Le Roundup face à ses juges, livre de Marie-Monique Robin

Les ravages provoqués par l’herbicide

Depuis plusieurs années, l’inquiétude ne cesse de croître quant aux dangers du pesticide le plus utilisé au monde dans les champs et les jardins : le glyphosate. D’autant qu’en 2015, le Centre international de recherche sur le cancer l’a déclaré “cancérigène probable” pour l’homme, contredisant ainsi les agences de santé américaines ou européennes qui avaient assuré l’innocuité du Roundup de Monsanto, puissant herbicide dont le principe actif est le glyphosate.

Les victimes du glyphosate…

Prolongeant son enquête retentissante de 2008 sur les dangers des produits toxiques de la firme américaine (Le Monde selon Monsanto, livre et film), Marie-Monique Robin montre dans ce livre (et le film associé) que la dangerosité du glyphosate est plus grande encore qu’on le craignait. Dans le monde entier, il rend malades ou tue sols, plantes, animaux et humains, car l’herbicide est partout : eau, air, pluie, sols et aliments. Le produit, cancérigène, est aussi un perturbateur endocrinien, un puissant antibiotique et un chélateur de métaux. D’où autant d’effets délétères documentés ici par des entretiens très forts avec des victimes aux États-Unis, en Argentine, en France et au Sri Lanka, ainsi qu’avec de nombreux scientifiques.

Ce livre choc révèle l’un des plus grands scandales sanitaires et environnementaux de l’histoire moderne. Il montre que, face à l’impuissance ou l’absence de volonté des agences et des gouvernements pour y mettre fin, la société civile mondiale se mobilise : en octobre 2016, s’est tenu à La Haye le Tribunal international Monsanto, où juges et victimes ont instruit le procès du Roundup, en l’absence de Monsanto, qui a refusé d’y participer. Donnant son fil conducteur au livre, ce procès a conduit à un avis juridique très argumenté, qui pourrait faire reconnaître le crime d’”écocide“, ce qui permettrait de poursuivre pénalement les dirigeants des firmes responsables.

En savoir plus

Les moissons du futur, livre de Marie-Monique Robin

Comment l’agroécologie peut nourrir le monde

Après Le monde selon Monsanto et Notre poison quotidien, Marie-Monique Robin présente le dernier volet de sa trilogie sur l’agro-écologie. Une enquête optimiste sur les solutions à la crise alimentaire qui touche la planète, pour peu que l’on change de paradigme agricole et que l’on repense l’organisation et la gestion de la chaîne alimentaire.

En menant l’enquête sur quatre continents, s’appuyant sur les témoignages d’experts mais aussi de nombreux agriculteurs, M.-M. Robin dresse le bilan du modèle agro-industriel qui, après un demi siècle, n’est pas parvenu à nourrir le monde, tandis qu’il participait largement au désastre écologique, poussant vers les bidonvilles des millions de paysans. Son enquête le montre : oui, on peut ” faire autrement ” pour résoudre la question alimentaire.

” Si on supprime les pesticides, la production agricole chutera de 40 % et on ne pourra pas nourrir le monde. “

Prononcée par le patron de l’industrie agroalimentaire française, cette affirmation est répétée à l’envi par les promoteurs de l’agriculture industrielle. De son côté, Olivier de Schutter, le rapporteur spécial pour le droit à l’alimentation des Nations unies, affirme qu’il faut

” changer de paradigme “, car ” l’agriculture est en train de créer les conditions de sa propre perte “. Pour lui, ” seule l’agroécologie peut relever le défi de la faim et répondre aux besoins d’une population croissante “.

D’après la FAO, il faudra augmenter la production agricole de 70 % pour nourrir 9 milliards de Terriens en 2050. Comment y parvenir ?
C’est à cette question que répond ici Marie-Monique Robin, en menant l’enquête sur quatre continents. S’appuyant sur les témoignages d’experts mais aussi de nombreux agriculteurs, elle dresse le bilan du modèle agro-industriel : non seulement il n’est pas parvenu à nourrir le monde, mais il participe largement au réchauffement climatique, épuise les sols, les ressources en eau et la biodiversité, et pousse vers les bidonvilles des millions de paysans. Et elle explique que, pratiquée sur des exploitations à hauteur d’homme, l’agroécologie peut être hautement efficace et qu’elle représente un modèle d’avenir productif et durable.

Du Mexique au Japon, en passant par le Malawi, le Kénya, le Sénégal, les États-Unis ou l’Allemagne, son enquête étonnante montre que l’on peut ” faire autrement ” pour résoudre la question alimentaire en respectant l’environnement et les ressources naturelles, à condition de revoir drastiquement le système de distribution des aliments et de redonner aux paysans un rôle clé dans cette évolution.

En savoir plus

Le monde selon Monsanto, livre de Marie-Monique Robin

Pollution, corruption et contrôle de l’approvisionnement alimentaire mondial

Fruit d’une enquête exceptionnelle de trois ans sur trois continents, ce livre reconstitue la genèse d’un empire industriel, qui, à grand renfort de rapports mensongers, de collusion avec l’administration nord-américaine, de pressions et tentatives de corruption, est devenu l’un des premiers semenciers de la planète.

Le livre et le film “Le Monde selon Monsanto” ont été traduits dans de plus de 16 langues.

Implantée dans quarante-six pays, Monsanto est devenue le leader mondial des OGM, mais aussi l’une des entreprises les plus controversées de l’histoire industrielle. Depuis sa création en 1901, la firme a accumulé les procès en raison de la toxicité de ses produits (PCB, ” agent orange ” ou hormones de croissance bovine et laitière), mais elle se présente aujourd’hui comme une entreprise des ” sciences de la vie “, convertie aux vertus du développement durable. Grâce à la commercialisation de semences transgéniques, elle prétend vouloir faire reculer les limites des écosystèmes pour le bien de l’humanité. Qu’en est-il exactement ?

S’appuyant sur des documents inédits, des témoignages de victimes, de scientifiques ou d’hommes politiques, ce livre reconstitue la genèse d’un empire industriel, qui, à grand renfort de rapports mensongers, de collusion avec l’administration nord-américaine, de pressions et tentatives de corruption, est devenu le premier semencier du monde. Et il révèle notamment le rôle joué par Monsanto dans le formidable tour de passe-passe qui a permis l’extension planétaire des cultures OGM sans aucun contrôle sérieux de leurs effets sur la nature et la santé humaine.

En savoir plus