Valproate should have a restricted licence for prescribing only by nominated prescribers and on a named patient basis

Weighing the risks of valproate in women who could become pregnant

A baby in utero looking out and seeing his/her mother taking valproate is a scenario not to be contemplated. It could be equated to someone being forced to take poison against their will. The result is almost certainly organ damage including brain damage. Beautiful healthy babies forced to ingest poison against their will and ending up with lifelong disability. In cold stark terms this is what is being discussed. A class action by such affected individuals once born and once endowed with human rights and protection, would certainly sober up the situation and rein in any distracted prescribing practices.

This graphic way of reasoning does not take into account the mother’s illness and need for safe treatment, nor the prescribing doctor’s dilemma with imperfect treatments and unpredictable risks to the mother either from epilepsy or bipolar illness. However it is outrageous that thousands of women in Europe and USA are inadvertently taking valproate without knowing what the risks are. A “named patient only” regime by designated prescribers only, may be a safer way to go.
Large court settlements have been awarded to “valproate babies” and it is a sad day for mother and child to have to come to this end, instead of what should and maybe could have been a much happier day (healthy baby and mother). Inevitably due to human error accidents will happen, but what is truly insupportable is that young women and their babies wake up to a sad situation and say “but no body told us.

Babies in utero are human beings, and at present in most jurisdictions their human rights are put on hold until they reach their majority – birth. How would anyone feel about being disabled for life because they were helplessly poisoned while awaiting their inheritance? The same could be said of foetal alcohol people who were poisoned in utero. A class action by those negligently harmed by valproate or any toxin in utero would focus medical and pharmacological opinion on what safeguards need to be in place. Valproate should have a restricted licence for prescribing only by nominated prescribers and on a named patient basis.

Eugene G Breen‘s response to : “Despite international consensus on the harmful effects of valproate during pregnancy, women should not be denied the human right to make their own decisions after fully informed discussion, say Heather Angus-Leppan and Rebecca Liu
Physician/Psychiatrist
62/63 Eccles St Dublin 7, Ireland

Parents’ Preconception Well-Being Affects Child’s Future Health

A series of three articles, published online April 16 in the Lancet, shine a light on this critical period

Medscape Medical News reviewed emerging evidence showing that preconception health of the mother- and father-to-be — especially their diet and weight — affects fertilization, embryo development, and even their child’s risk of future cardiometabolic disease.

Health and nutrition of both men and women before conception is important not only for pregnancy outcomes but also for the lifelong health of their children and even the next generation. The preconception period can be seen in three different ways: from a biological standpoint as the days and weeks before embryo development; from the individual perspective as the time of wanting to conceive; and through a population lens as any time a women is of childbearing age. This Series of three papers highlights the importance and summarises the evidence of preconception health for future health and suggests context-specific interventions. It also calls for a social movement to achieve political engagement for health in this particular phase in life.

Before the beginning : nutrition and lifestyle in the preconception period and its importance for future health

Summary

A woman who is healthy at the time of conception is more likely to have a successful pregnancy and a healthy child. We reviewed published evidence and present new data from low-income, middle-income, and high-income countries on the timing and importance of preconception health for subsequent maternal and child health. We describe the extent to which pregnancy is planned, and whether planning is linked to preconception health behaviours. Observational studies show strong links between health before pregnancy and maternal and child health outcomes, with consequences that can extend across generations, but awareness of these links is not widespread. Poor nutrition and obesity are rife among women of reproductive age, and differences between high-income and low-income countries have become less distinct, with typical diets falling far short of nutritional recommendations in both settings and especially among adolescents. Several studies show that micronutrient supplementation starting in pregnancy can correct important maternal nutrient deficiencies, but effects on child health outcomes are disappointing. Other interventions to improve diet during pregnancy have had little effect on maternal and newborn health outcomes. Comparatively few interventions have been made for preconception diet and lifestyle. Improvements in the measurement of pregnancy planning have quantified the degree of pregnancy planning and suggest that it is more common than previously recognised. Planning for pregnancy is associated with a mixed pattern of health behaviours before conception. We propose novel definitions of the preconception period relating to embryo development and actions at individual or population level. A sharper focus on intervention before conception is needed to improve maternal and child health and reduce the growing burden of non-communicable diseases. Alongside continued efforts to reduce smoking, alcohol consumption, and obesity in the population, we call for heightened awareness of preconception health, particularly regarding diet and nutrition. Importantly, health professionals should be alerted to ways of identifying women who are planning a pregnancy.

Reference

Origins of lifetime health around the time of conception: causes and consequences

Summary

Parental environmental factors, including diet, body composition, metabolism, and stress, affect the health and chronic disease risk of people throughout their lives, as captured in the Developmental Origins of Health and Disease concept. Research across the epidemiological, clinical, and basic science fields has identified the period around conception as being crucial for the processes mediating parental influences on the health of the next generation. During this time, from the maturation of gametes through to early embryonic development, parental lifestyle can adversely influence long-term risks of offspring cardiovascular, metabolic, immune, and neurological morbidities, often termed developmental programming. We review periconceptional induction of disease risk from four broad exposures: maternal overnutrition and obesity; maternal undernutrition; related paternal factors; and the use of assisted reproductive treatment. Studies in both humans and animal models have demonstrated the underlying biological mechanisms, including epigenetic, cellular, physiological, and metabolic processes. We also present a meta-analysis of mouse paternal and maternal protein undernutrition that suggests distinct parental periconceptional contributions to postnatal outcomes. We propose that the evidence for periconceptional effects on lifetime health is now so compelling that it calls for new guidance on parental preparation for pregnancy, beginning before conception, to protect the health of offspring.

Reference

Intervention strategies to improve nutrition and health behaviours before conception

Summary

The nutritional status of both women and men before conception has profound implications for the growth, development, and long-term health of their offspring. Evidence of the effectiveness of preconception interventions for improving outcomes for mothers and babies is scarce. However, given the large potential health return, and relatively low costs and risk of harm, research into potential interventions is warranted. We identified three promising strategies for intervention that are likely to be scalable and have positive effects on a range of health outcomes: supplementation and fortification; cash transfers and incentives; and behaviour change interventions. On the basis of these strategies, we suggest a model specifying pathways to effect. Pathways are incorporated into a life-course framework using individual motivation and receptiveness at different preconception action phases, to guide design and targeting of preconception interventions. Interventions for individuals not planning immediate pregnancy take advantage of settings and implementation platforms outside the maternal and child health arena, since this group is unlikely to be engaged with maternal health services. Interventions to improve women’s nutritional status and health behaviours at all preconception action phases should consider social and environmental determinants, to avoid exacerbating health and gender inequalities, and be underpinned by a social movement that touches the whole population. We propose a dual strategy that targets specific groups actively planning a pregnancy, while improving the health of the population more broadly. Modern marketing techniques could be used to promote a social movement based on an emotional and symbolic connection between improved preconception maternal health and nutrition, and offspring health. We suggest that speedy and scalable benefits to public health might be achieved through strategic engagement with the private sector. Political theory supports the development of an advocacy coalition of groups interested in preconception health, to harness the political will and leadership necessary to turn high-level policy into effective coordinated action.

Reference

Prevalence of migraines in adolescents with endometriosis

Cross-sectional study conducted within The Women’s Health Study: From Adolescence to Adulthood—an ongoing longitudinal cohort

Prenatal exposure to estrogenic substances (such as DES) and environmental toxins (such as bisphenols) may increase the incidence of endometriosis in female offspring

2018 Study Abstract

Objective
To determine the prevalence and experience of migraines in adolescents with surgically confirmed endometriosis compared with those without endometriosis.

Design
Cross-sectional study conducted within The Women’s Health Study: From Adolescence to Adulthood—an ongoing longitudinal cohort.

Setting
Boston Center for Endometriosis.

Patient(s)
Adolescent females enrolled November 2012 through November 2016. The case group included adolescents surgically diagnosed with endometriosis. The control group included adolescents without endometriosis, recruited from the local community and clinics.

Intervention(s)
Not available.

Main Outcome Measure(s)
An extensive online health questionnaire regarding medical history, lifestyle, medication use, anthropometrics, and symptom experience and treatments. Migraine diagnosis was self-reported. Migraine pain and noncyclic pelvic pain severity were rated using an 11-point numerical rating scale. Cyclic pelvic pain was categorized.

Result(s)
Adolescents with endometriosis were more likely to experience migraines (69.3%) than those without endometriosis (30.7%) (multivariable odds ratio = 4.77, 95% confidence interval 2.53, 9.02). For each 1-point increase in the migraine numerical rating scale, the odds of endometriosis increased by 22% (multivariable odds ratio = 1.22, 95% confidence interval 1.03, 1.44; Ptrend = .02). Among those with endometriosis, age of menarche was associated inversely with the odds of migraines. Participants with endometriosis and migraines have more dysmenorrhea than those without migraines.

Conclusion(s)
Adolescents with endometriosis are more likely to experience migraines than adolescents without endometriosis. A linear relationship exists between migraine pain severity and the odds of endometriosis, suggesting heightened pain sensitivity for adolescents with endometriosis. Due to the strong correlation, patients who present with either condition should be screened for comorbidity to maximize the benefits of care.

I only felt half a woman

Europe plays Russian roulette with hormones

I only felt half a woman

said Myriam, a DES Daughter – victim from the DES hormone disorder – for the standaard, October 2017.
Image credit © Steve Michiels.

DES DiEthylStilbestrol Resources

Enseigner la pharmacologie sociale pour une meilleure pharmacovigilance

Trois médicaments et après

Publié par Luc Perino, médecin généraliste, humeur du 15/08/2017

Dans les facultés de médecine, jusque dans les années 1970, les professeurs de pharmacologie et de thérapeutique apprenaient consciencieusement aux étudiants que les médicaments pouvaient parfois être dangereux. Nul ne retenait vraiment les risques énumérés, car les étudiants étaient d’abord fascinés par l’effet thérapeutique dont ils seraient un jour les détenteurs respectés. La pharmacovigilance était quasi-inexistante à cette époque, et chacun avait la conviction que tous les médicaments avaient plus de bénéfices que de risques.

Devant cette ignorance, une phrase revenait régulièrement dans les cours :

au-delà de trois médicaments, on ne maîtrise plus nos prescriptions et l’on ignore tout des interactions possibles.

Cette règle des trois médicaments au maximum relevait du simple bon sens et elle était plus ou moins admise par tous. Mais avec les pressions des patients et des firmes pharmaceutiques, elle était rarement respectée et l’on voyait déjà circuler des ordonnances de dix, voire quinze médicaments différents par jour.

Puis devant l’ampleur des accidents liés aux médicaments et à leurs interactions, la pharmacovigilance et l’esprit critique des médecins ont fait de timides progrès. On a découvert également « l’effet cocktail » : lorsque deux produits chimiques mis ensemble potentialisent leurs effets biologiques. Phénomène très bien étudié pour les perturbateurs endocriniens. Ainsi, au-delà des interactions médicamenteuses, les médecins d’aujourd’hui devraient considérer les interactions avec les toxiques environnementaux. Mais dans ce domaine, notre ignorance est encore plus grande.

Nous devrions alors prudemment revenir tout simplement à la règle des trois médicaments au maximum. Mais comment, dans le consumérisme d’aujourd’hui, les médecins pourraient-ils respecter une règle qu’ils n’ont pas respectée hier ?

Par ailleurs, la part de la prescription médicale se réduit. L’automédication a gagné du terrain, de puissants médicaments sont en vente libre, internet propose à foison des médicaments authentiques et frelatés, les spécialités médicales et paramédicales se multiplient, les médias annoncent quotidiennement un nouveau miracle médicamenteux. Les maisons de retraite se transforment en « piluliers » distribuant jusqu’à vingt molécules différentes par jour à leurs pensionnaires. Tandis que se multiplient des perturbateurs endocriniens qui restent toujours hors du champ de la connaissance médicale, et que les personnes en parfaite santé deviennent de gros consommateurs de médicaments.

Alors, trois ou vingt médicaments, peu importe ; la médicamentation n’est plus le fait de la médecine, elle est le fait de la société. Rien ne sert d’enseigner la pharmacocinétique ou la pharmacodynamie dans nos facultés de médecine, il faut enseigner la pharmacologie sociale.

En Savoir Plus

La ténacité des rumeurs et des conventions médicales

Soyons encore et toujours plus vigilants ; la médecine ne doit pas s’endormir sur ses lauriers

Publié par Luc Perino, médecin généraliste, humeur du 18/09/2017

… Dans le monde de la médecine, les rumeurs et les conventions sont parfois plus tenaces, car nul ne souhaite changer l’image de sa philanthropie conventionnelle.

  • La saignée a tué des milliers de patients qui auraient guéri sans soins.
  • On a longtemps langé les nourrissons avant de s’apercevoir que cela leur luxait les hanches, on les a longtemps couchés sur le ventre avant de dénombrer les morts dus à cette position.
  • Les médecins ont extrait des millions d’amygdales, de végétations, de verrues, d’appendices, de thyroïdes, d’utérus et d’ovaires sans aucune autre raison que la force de l’habitude.
  • On continue à prescrire des antibiotiques dans les angines banales parce que la croyance en des complications rhumatismales révolues persiste envers et contre tout.
  • On continue à prescrire du fer aux femmes enceintes, car on est toujours convaincu qu’elles en ont besoin.
  • On continue à se persuader que la pilule n’est pas un perturbateur endocrinien.
  • On refuse le stérilet aux nullipares, car l’anecdote du risque infectieux fait le tour des tables de médecins.
  • Les médicaments dont les risques sont supérieurs aux bénéfices continuent à se vendre par tonnes.
  • On continue à penser que les déclenchements facilitent les accouchements sans voir qu’ils en sont l’une des sources de complications.

Et tant d’autres exemples auxquels des médecins continueront longtemps à réagir, parfois violemment, car de tels propos bousculent les conventions.

Loin de dénigrer la médecine, je pense qu’elle mérite tous ses lauriers, mais il ne faut pas la laisser s’endormir dessus, tout particulièrement en notre époque où l’information n’a jamais été aussi puissamment biaisée. Il serait dommageable de la laisser insinuer son infaillibilité au seul prétexte qu’elle ne veut que notre bien. Soyons encore et toujours plus vigilants et sachons dépister les rumeurs de caste avant que les carottes et les huîtres ne soient trop cuites.

En Savoir Plus

L’effervescence de préventions et de prédictions médicales, à tort et à travers

La santé nous submerge

Publié par Luc Perino, médecin généraliste, humeur du 07/09/2017

Les plus fréquents thèmes de conversations impromptues de rue et de comptoir sont la météo et la santé, cette dernière a résolument pris le dessus, donnant aux thèmes médicaux une dimension sociale envahissante.

Un jour, le journal de 20h révèle le traitement qui éradiquera le cancer, et le lendemain, il annonce l’épidémie qui exterminera les survivants. Les hormones de jouvence se succèdent à un rythme impressionnant et l’échec de la précédente ne diminue jamais l’enthousiasme pour la suivante. Les étiquettes des produits alimentaires sont devenues de véritables manuels de diététique. Les joggeurs de rue et les cyclistes d’appartement sont bardés de capteurs à l’affût de leur physiologie. Les autotests de diagnostic sont vendus à côté du rayon de l’électro-ménager et votre smartphone vous indique la distance qui vous sépare du plus proche cas d’Ebola, ou votre probabilité de mourir d’un accident vasculaire. Tout est devenu médical, depuis les premières tétées de bébé jusqu’aux dernières érections de papy.

Parallèlement à cette effervescence de préventions et de prédictions, on s’étonne de voir que les médecins sont aussi négligents ou nonchalants. Tout article parlant d’une quelconque maladie commence par affirmer qu’elle est sous-diagnostiquée. En résumé : si les médecins faisaient vraiment bien leur travail, il y aurait beaucoup plus de cancers du sein ou du colon, encore plus d’hyperactivité, bien plus de dépression, d’hypertension, de migraines, de maladie d’Alzheimer ou d’impuissance.

C’est pour cela que les mêmes médias sont alimentés par de nombreux spots publicitaires incitant aux donations pour la recherche médicale. Certes, les généreux donateurs mourront d’une maladie que leur médecin aura diagnostiquée trop tard ; mais on peut espérer que leurs descendants auront la chance de pouvoir bénéficier de diagnostics beaucoup plus précoces. Car à force de martelage, chacun a profondément intégré que plus un diagnostic est précoce, plus le traitement est efficace. Nous pouvons ainsi espérer, grâce à nos généreux dons, que nos enfants, dont la future maladie mortelle (vasculaire, tumorale ou neurodégénérative) sera diagnostiquée dès la naissance, auront enfin des traitements qui leur permettront de survivre plus de 80 ans après le diagnostic de leur terrible maladie…

Mes confrères parviennent à sourire de tout cela lorsqu’ils dominent la grossièreté de cette machinerie mercatique. Ils en souffrent lorsqu’ils n’arrivent plus à gérer les paradoxes de cette surmédicalisation qui les blâme et les nourrit à la fois. Ils en pleurent parfois lorsqu’ils apprennent, par exemple, que 80% des personnes se déclarent prêtes à subir un dépistage, même pour des maladies pour lesquelles n’existe aucun traitement, voire aucune connaissance physiopathologique.

En Savoir Plus

La logique marchande des labos de toujours vanter une action (bénéfique) future (restant à prouver)

Les spécialistes de la prévalence

Publié par Luc Perino, médecin généraliste, humeur du 23/11/2017

Une hypothèse concerne l’avenir, un fait concerne le passé. Entre les deux il y a l’expérimentation.

Si je dis que telle mesure va faire diminuer la prévalence d’une maladie, c’est une hypothèse. Si j’expérimente cette mesure et que la prévalence baisse, il faut alors introduire une nouvelle distinction entre corrélation et causalité. La maladie peut avoir baissé parce que l’hypothèse était juste, mais elle peut avoir baissé pour plusieurs autres raisons parmi lesquelles se trouvait ou non mon hypothèse.

En bref, mon hypothèse était fausse ou irréaliste si la maladie persiste et mon hypothèse était peut-être juste si la maladie a disparu ou diminué.

Ainsi, la médecine peut prétendre qu’elle a joué un rôle dans la disparition de la peste et de la variole, car les maladies ont disparu, mais il lui est difficile de prétendre qu’elle a joué un rôle dans le diabète de type 2 ou dans la grippe, car elles sont en augmentation ou en stagnation. Une étude plus détaillée montre que la médecine n’a joué aucun rôle dans la disparition de la peste, mais qu’elle a joué un rôle majeur dans la disparition de la variole grâce au vaccin.

Dans une société où la mercatique domine largement la science, le raisonnement fonctionne à contre-courant : les constats présents et les spéculations sur l’avenir sont bien plus nombreux que l’analyse des faits passés. Une logique marchande n’utilise pas les données pour confirmer ou infirmer une hypothèse passée, mais toujours pour vanter une action future. Au lieu de dire, c’est parce que la variole a disparu que j’ai été efficace ou parce que la grippe persiste que j’ai été inefficace, on dit, c’est parce que l’hypertension augmente que je vais être efficace.

On peut connaître avec assez de précision la part de mercatique et la part de science dans un article en comparant le nombre de ligne consacrées à relater la gravité du problème à celui des lignes consacrées à l’analyse des actions passées. Dire que la grippe ou le cancer sont des fléaux ne suffit pas à justifier les réflexions et hypothèses qui vont suivre. Dire que telle chirurgie a fait baisser la mortalité, que telle vaccination a eu peu d’impact ou que tel dépistage est ininterprétable ont plus de pertinence pour induire de nouvelles hypothèses et actions.

Lorsque les diabétologues vantent leur importance en disant que la prévalence du diabète de type 2 sera de 35% en 2050, ils peuvent être considérés comme des spécialistes de la prévalence, mais difficilement comme des experts du diabète. C’est un peu comme si un marchand d’avion disait qu’il faut acheter son avion parce qu’il a réellement pris conscience que les crashs sont trop nombreux.

En Savoir Plus

En médecine, la longue temporalité est cliniquement et scientifiquement très difficile à prouver

Enthousiasme à court et long terme

Publié par Luc Perino, médecin généraliste, humeur du 28/03/2018

Les plus grands succès de la médecine se sont établis dans le court-terme. La chirurgie de guerre a stoppé la gangrène et les hémorragies. Les césariennes ont sauvé des millions de femmes et de nouveau-nés. L’héparine a empêché la mort immédiate par embolie. La vitamine C a guéri le scorbut en quelques jours. Les antibiotiques ont rayé de la carte en quelques mois les morts par syphilis, pneumonie, choléra, méningite ou septicémie. L’insuline a empêché les diabétiques de type 1 de mourir avant l’âge de 20 ans. Les neuroleptiques ont calmé les délires en quelques minutes. La morphine a neutralisé les agonies terminales. Dans cette liste incomplète des triomphes du XX° siècle, la seule exception concerne les vaccins qui ont donné l’audace du long-terme.

Alors, la médecine, forte de tous ces incontestables succès, a osé aborder plus résolument le long-terme. Elle a opté pour les maladies tumorales, neurodégénératives ou cardio-vasculaires, celles qui nous tuent inévitablement un jour.

Mais, en médecine, la longue temporalité est cliniquement et scientifiquement ingrate, car la preuve y est très difficile. Comment prouver, (hors les règles immuables d’hygiène de vie), que ce que nous faisons aujourd’hui sera bénéfique dans 20, 30 ou 40 ans ? Pour ces maladies multifactorielles de la sénescence, la méthode consiste à mettre en lumière un facteur et à en montrer la variation par action médicale. Ce réductionnisme scientifique est peu satisfaisant, mais l’opinion publique, éblouie par les succès médicaux passés, ne voit pas la forêt de facteurs qui se cache derrière le facteur unique ainsi mis en lumière. En évinçant la science, cet enthousiasme populaire ouvre la porte aux excès.

Dans le même temps, les objectifs à court-terme de la médecine ont changé de nature. La pilule répond à une exigence immédiate, mais elle laisse les femmes atteindre dangereusement l’âge de l’infécondité. Les césariennes et déclenchements d’accouchement atteignent un nombre qui outrepasse les nécessités de court-terme et induisent de multiples pathologies à long terme pour la mère et l’enfant. La réussite d’une FIV est un succès immédiat qui néglige les pathologies qui en découlent. Les succès à court-terme sur les très grandes prématurités sont pourvoyeurs de pathologies à long terme. La pharmacologie préventive apparaît souvent plus nuisible qu’utile à long terme, sans compter ses risques à court-terme. Le dépistage généralisé fait difficilement la preuve de son efficacité à long terme, tout en induisant une morbidité vécue à court terme. La liste est longue de ces nouvelles actions médicales où la preuve à court-terme, souvent illusoire, perturbe l’analyse des preuves à long terme.

Nous pouvons encore espérer que la médecine améliore un peu notre quantité-qualité de vie, mais pour la sérénité que la preuve exige, il faudrait pouvoir contenir l’enthousiasme naïf des patients pour le long terme et l’obsession structurelle des médecins pour le court-terme.

En Savoir Plus

Le harcèlement insidieux des femmes par un marché pharmaceutique habilement banalisé

Lointaines origines des humeurs féminines

Publié par Luc Perino, médecin généraliste, humeur du 04/12/2018

Le “disease mongering” désigne le procédé mercatique consistant à inventer des maladies dans le but de vendre des médicaments aux personnes saines. Activité très lucrative en raison de la supériorité numérique des bien-portants.

Beaucoup de ces maladies sorties de l’imaginaire marchand concernent les femmes.

  • La ménopause a été le premier grand succès de ces fantasmagories pathologiques. Hélas, son traitement a tant multiplié les cancers du sein qu’il a fallu recourir à des sous-catégories pour ne pas laisser échapper ce gros marché.
    • La première a été l’ostéoporose post-ménopausique où s’est révélée l’inutilité de tous les traitements préventifs et curatifs, hors la marche régulière.
    • La seconde est la baisse de libido post-ménopausique, dont la proposition thérapeutique est la testostérone : rien de moins ! Pas besoin d’être devin pour savoir que cette hormone mâle prescrite à des femmes provoquera des catastrophes sanitaires aux côtés desquelles la barbe et la moustache ne seront qu’inesthétiques broutilles.
  • La ménopause et ses avatars se révélant décidément rétifs, le marché a investi le cycle hormonal régulier des femmes, dont la plus repérable des ponctuations est le saignement régulier qui se produit tous les 28 jours.
  • D’autres ponctuations sont plus discrètes, comme l’attractivité, la réceptivité sexuelle et le désir qui sont plus importants lors de l’ovulation. Trois traits qui ont permis d’assurer la perpétuation de notre espèce. Ces trois traits sont inversés dans la période prémenstruelle entièrement dédiée à préparer le réceptacle d’un éventuel embryon. Le changement d’humeur qui accompagne ces variations physiologiques est parfois repérable par le conjoint. De là est venue l’idée de traiter ces changements d’humeur comme une pathologie et de lui donner un nom : “trouble dysphorique prémenstruel“. Lequel est désormais classé comme un trouble dépressif dans le DSM5 (manuel de psychiatrie), et certains vont jusqu’à lui chercher une origine génétique. Trouver une origine génétique à la reproduction serait alors, sans humour, un argumentaire capable de justifier des traitements antidépresseurs et hormonaux !

En notre époque où le harcèlement des femmes est devenu un sujet majeur de société, comment pouvons-nous rester aussi aveugles à leur harcèlement itératif et insidieux par un marché habilement banalisé ?

Les femmes assurent depuis toujours l’essentiel du coût de la reproduction et des soins parentaux. Leurs humeurs cycliques sont une rémanence bien discrète du long processus évolutif qui nous a permis d’être là. Comment peut-on être dégénéré, cupide ou prétentieux au point de vouloir les infléchir ?

En Savoir Plus