Le droit français est inadapté pour les victimes des médicaments

Faciliter la reconnaissance du lien de causalité, l’administration de la preuve en permettant à la victime de s’appuyer sur un faisceau d’indices, sur une présomption et non plus sur une certitude scientifique

Gérard Bapt : "Le droit français est inadapté pour les victimes des médicaments"
Gérard Bapt souhaite permettre aux victimes de s’appuyer sur un faisceau d’indices

Distilbène, Mediator… les crises médicamenteuses s’enchaînent sans que rien ne change vraiment pour les victimes. Une fois les caméras éteintes, elles se retrouvent plongées dans de longues et coûteuses procédures à l’issue souvent incertaine. Bien seules face à des labos pharmaceutiques qui mènent, avec leurs redoutables avocats, une véritable guérilla judiciaire

Lisez les propos de Gérard Bapt recueillis par Anne-Laure Barret dans Le Journal du Dimanche du 10 mars 2013
Gérard Bapt : “Le droit français est inadapté pour les victimes des médicaments

Have your say ! Share your views