Stratégie Nationale sur les Perturbateurs Endocriniens

Vidéo publiée par le Ministère du Développement durable, Avril 2014

Réuni par Ségolène Royal le 29 avril 2014, le Conseil national de la transition écologique a émis un avis favorable sur la stratégie nationale contre les perturbateurs endocriniens

  • Ségolène Royal a accueilli et présidé le conseil national sur la transition écologique ce mardi 29 avril. La thématique environnementale à l’ordre du jour, concerne les perturbateurs endocriniens à l’origine de maladies chroniques. Une consultations publiques avait été ouverte sur le sujet. Le CNTE, conseil qui constitue un véritable dialogue environnementale, permet aujourd’hui d’aborder cette problématique et de se concerter sur les solutions envisagées : mobiliser la recherche, expertiser certaines substances, remplacer celles qui sont nocives, former des professionnels et informer les citoyens. Le rôle clé des entreprises a été souligné en matière de santé et d’environnement concernant la recherche et la mise en oeuvre de produit non toxique. Cette stratégie, véritable moteur pour l’innovation, devrait s’inscrire dans une démarche à l’échelle Européenne. Les enjeux sont tant des enjeux sanitaires qu’économiques.

Comprendre les 5 axes de la stratégie nationale sur les perturbateurs endocriniens:

  1. soutenir la recherche pour mieux connaître les perturbateurs endocriniens et leurs effets sur la santé et l’environnement, notamment en finançant des programmes de recherche et en mettant en place une plateforme public-privé qui permettra de réduire les délais des tests sur les substances chimiques ;
  2. développer l’innovation dans l’industrie, en stimulant la mise en œuvre de produits de substitution innovants et non toxiques ;
  3. renforcer l’expertise et lancer dès cette année l’analyse d’au moins huit substances chimiques par an suspectées d’être des perturbateurs endocriniens ;
  4. porter ce sujet majeur de santé publique au niveau européen et faire de la France un pays moteur de la protection de la santé et l’environnement en Europe ;
  5. améliorer l’information des citoyens, dans leur vie quotidienne comme sur les lieux de travail.

Sources:

Have your say ! Share your views