L’interdiction des pesticides: c’est ici et maintenant, dit Marie-Lys Bibeyran

“Nous voulons que nos enfants puissent vivre et survivre” ~Marie-Lys Bibeyran~

Ouvrière viticole en Gironde, Marie-Lys Bibeyran raconte son combat pour faire reconnaitre les maladies des ouvriers liés aux produits chimiques.

Marie-Lys Bibeyran anime un comité de bagarre contre les pesticides, le collectif Info Médoc Pesticides, depuis le drame qui a touché son frère.

Highly Hazardous Pesticides in Mexico, IPEN Report, 2018

Hundreds of Banned, Highly Hazardous Pesticides Allowed in Mexico: New Report Calls for HHP Ban and Agroecological Alternatives

IPEN Press Release

(Göteborg, Sweden) – The report “Highly Hazardous Pesticides in Mexico,” coordinated by The Pesticide Action Network in Mexico (RAPAM) is now available. In the foreword to the English edition, Hilal Elver, United Nations Special Rapporteur on the right to food, and Baskut Tuncak, United Nations Special Rapporteur on hazardous substances and wastes, say:

“This book provides an excellent overview about the peril of the wide use of highly hazardous pesticides in Mexico, many banned in other countries.

“It highlights the need for changes in the regulatory framework and the promotion of emerging agroecological alternatives from peasant communities, including organic farming. It is a very good source to convince other developing countries to phase out dangerous agro-chemicals, achieve healthy food and healthy environments, all the while protecting human rights in agrarian communities and the right to adequate food for all people.”

they add.

The report highlights the fact that in Mexico, there are 140 active ingredients of pesticides that are authorized by the Federal Commission for the Protection of Health Risks (COFEPRIS) in thousands of commercial products that are banned in other countries, such as the insecticides parathion-methyl, carbofuran, and methamidophos. In addition, 183 active ingredients classified as dangerous by various international organizations in the Pesticide Action Network Highly Hazardous Pesticide (HHP) List for their short and long-term effects are authorized, including 43 pesticides that are probable causes of cancer in humans, such as herbicide glyphosate; and 35 hormonal disruptors such as insecticide chlorpyrifos-ethyl, authorized for agricultural, domestic, urban and livestock use. The use of these pesticides benefits transnational and national companies.

“A profound change in the neoliberal regulatory policy followed by governments in the last decades by health, environment and agriculture authorities in our country is necessary,”

said Fernando Bejarano, Director of RAPAM and coordinator of the report. He also pointed out,

“it is necessary to put at the center of the policy on pesticides and pest control the human dignity of exposed workers, as well as communities and consumers, rather than the protection of the profits and merchandise of powerful companies.”

The RAPAM specialist added,

“it is necessary to develop a national program of prohibition and increasing reduction of highly hazardous pesticides and the promotion of agro-ecological alternatives, especially in crops where they are already tested, and are near vulnerable populations and sensitive ecosystems.”

Finally, he stressed,

“The report details some short and long-term recommendations that authorities of the future government should consider, taking into account the evidence of the damages already caused and applying the precautionary principle in cases of controversy.”

The English edition includes an extensive chapter that analyzes how this new normative category of highly hazardous pesticides emerges in the international arena and their situation in Mexico, written by Fernando Bejarano, Director of RAPAM.

It also contains a chapter on human rights and pesticides, written by lawyers Victoria Beltrán, consultant, and Maria Colin from Greenpeace Mexico.

“In our country, there is a terrible management of these substances. Among the main problems are the absence of a definition of Highly Hazardous Pesticides, and policies that acknowledge the severe damages these pesticides cause; they must be withdrawn from the market.”

stated Maria Colin, legal campaigner of Greenpeace Mexico. She said,

“The excessive use, deficiencies in labeling, bad business practices, excessive confidentiality, lack of transparency, poor generation of data and statistics on the matter, lack of monitoring and surveillance, together with a perverse system of subsidies that support their continued use by farmers, constitute an attack on the human rights of the Mexican population. Because of these reasons, a new legal framework is urgently needed that has as its pillars the precautionary principle, as well as ‘the polluter pays’ and the substitution principle.”

“The economic, social, cultural and environmental rights, with its strong component of commitment and solidarity with humanity, tell us that all people are worthy of dignified living conditions, and thus, give legitimacy to the efforts that we undertake so as not to live in misery, in ignorance, or in unhealthy or contaminated environments,”

said Victoria Beltran, lawyer and consultant. She added:

“We believe that we should continue with the reflection on the topic of human rights and pesticides; with the understanding that states as guarantors have the duty to monitor the performance of state agents and also to make companies adjust their activities to a rights framework .”

The English edition also includes the translation of a chapter on insecticides and bees, written by a specialist, Remy Vandame, PhD in Ecology, from the Colegio de la Frontera Sur, Chiapas. In Mexico, there have been 82 authorized active ingredients of insecticides present in hundreds of commercial products that can cause the death of bees, including the neonicotinoid insecticides outdoor banned in Europe, such as imidacloprid, thiamethoxam, and clothianidin.

The English edition, with the prologue of the United Nations rapporteurs, as well as the complete edition in Spanish, can be downloaded free of charge.

Reference.

Evidence that organic farming can enhance pest control

Meta-analysis : organic agriculture promotes biological pest control and reduces pathogen and insect infestation compared to conventional farming using synthetic pesticides

You always wanted to know if organic farming promotes biological control and experiences higher levels of pest infestations (pathogens, animal pests and weeds) ? Check out Adrien Rusch, Muneret lucile, Verena Seufert new study via NatureSustainability – FREE full access here.

Organic farms have more weeds than conventional farms, but less disease and similar levels of insect pests, despite using no synthetic pesticides.

> So why do we need pesticides?
> Can we close the yield gap without them?

says Lynn Dicks, Research Fellow at University of East Anglia, 17 Jul 2018.

2018 Meta-Analysis Abstract

Ecological intensification of agro-ecosystems, based on the optimization of ecological functions such as biological pest control, to replace agrochemical inputs is a promising route to reduce the ecological footprint of agriculture while maintaining commodity production. However, the performance of organic farming, often considered as a prototype of ecological intensification, in terms of pest control remains largely unknown.

Here, using two distinct meta-analyses, we demonstrate that, compared to conventional cropping systems,

  1. organic farming promotes overall biological pest control potential,
  2. organic farming has higher levels of overall pest infestations
  3. but that this effect strongly depends on the pest type.

Our study, Evidence that organic farming promotes pest control, shows that there are lower levels of pathogen infestation, similar levels of animal pest infestation and much higher levels of weed infestation in organic than in conventional systems.

This study provides evidence that organic farming can enhance pest control and suggests that organic farming offers a way to reduce the use of synthetic pesticide for the management of animal pests and pathogens without increasing their levels of infestation.

Le parcours d’un homme, “Fils Distilbene”

Rich, membre de DES Action USA, exposé en 1949, partage son parcours

Comment avez-vous appris votre exposition au DES et comment avez-vous vécu cette révélation?

C’était au cours de la 3ème année de mon mariage, en 1978. Nous essayions en vain d’avoir une grossesse, sans succès. J’ai de suite pensé que c’était de ma faute, car je n’arrivais pas à tenir une érection en raison de la petite taille de ma verge, ou qu’il y avait un lien testiculaire, suite aux oreillons contractés étant bébé et dont mon frère aîné m’avait parlé. Ma mère, qui était infirmière, m’en avait parlé sans avoir expliqué la gravité de la maladie et le stress que mon corps avait subi.
Lorsque j’ai dit à ma mère que nous avions des difficultés pour une grossesse, elle m’a informé qu’elle avait pris du DES pendant sa grossesse. Elle avait ensuite suivi toute la recherche sans en avoir jamais parlé avec moi. Elle a dit : « Je ne t’ai rien dit parce que je pensais que tu ne te marierais pas. Jusqu’à la fin de ma vie je porterai le poids d’avoir pris du DES pendant ma grossesse pour éviter une fausse couche. Cela me hantera toute ma vie ». Ce n’est pas peu dire que j’étais stupéfait et que ma femme était furieuse. Je ressentais aussi la colère d’avoir été trahi.

De quelle façon avez-vous été affecté pour votre exposition au DES ?

J’ai toujours su que j’étais différent parce que mes organes génitaux étaient petits (notamment plus petits que ceux de mon frère). Cela me gênait de prendre la douche après le cours d’éducation physique.
Je me rappelle aussi que je n’avais pas la même excitation hormonale que les autres adolescents qui étaient attirés par les filles. Cela m’a rendu extrêmement timide et réservé vis-à-vis de mes copains qui ressentaient ces envies. J’avais même pensé à des tendances homosexuelles.
Une fois que ma mère m’a informé sur le DES, je suis allé consulter un endocrinologue pour être diagnostiqué. Une infirmière m’a demandé pourquoi j’avais fait faire une vasectomie, puisqu’il n’y avait pas de sperme dans mon échantillon. Evidemment, je n’avais jamais eu cette intervention. Le médecin a fait un examen par toucher et m’a informé que ma prostate était sous-développée et donc que mon sperme serait clair. Il a testé mon taux de testostérone et a suggéré une injection. Mais plus tard il pensait que ce n’était pas la peine de continuer, les examens médicaux ne montrant aucun résultat.
Apprendre mon exposition au DES au début de mon mariage a eu un effet psychologique intense sur mon comportement sexuel. Je pensais : « Je ne pourrai pas avoir des enfants, alors pourquoi avoir des relations sexuelles ? » Les relations sexuelles pour le plaisir déclinaient : la masturbation mutuelle a augmenté pour ensuite diminuer également. Nous avons suivi des thérapies de comportement sexuel, d’hypnose et des séances de conseil conjugal pour comprendre ce qui se passait dans notre intimité : rien ne semblait avoir de résultats.

Comment avez-vous découvert DES Action USA et qu’est-ce qui vous a fait adhérer ?

Par internet. J’ai étudié les recherches DES et je voulais avant tout savoir s’il y avait des recherches concernant les “fils DES“.
Je trouvais des tonnes d’informations concernant les filles. L’association DES Action USA présentait les recherches en cours concernant les “fils DES“.

Pouvez-vous décrire ce que ressent un “fils DES“ lorsque tant de recherches se focalisent sur les conséquences pour les “filles DES“ ?

J’étais totalement frustré ! Comment pourrait-il y avoir si peu ou pas de recherches concernant les “fils DES“ ? Nous avons tout autant le droit de savoir les conséquences physiques de ce médicament sur nous. Je sais maintenant que le DES est un perturbateur endocrinien. Peut-être que cela pourrait expliquer mon manque de désir sexuel tout au long de ma vie ? Il pourrait y avoir une explication chimique à mon comportement ! Cela aurait été préférable de connaître cette réalité plus tôt ! Je sais que mon exposition au DES est une réalité. Ce que je veux savoir, c’est comment ce perturbateur endocrinien a pu m’affecter in utero. J’ai besoin de savoir !

Si vous pouviez apporter une amélioration à DES Action USA, quelle serait-elle ?

Comme l’a dit Tom, un autre “fils DES“ dans une newsletter précédente, j’aimerais trouver plus d’informations pour les “fils DES“ et qu’il y ait sur internet un groupe de soutien qui nous soit destiné. Maintenant que je suis membre, j’espère être tenu au courant de l’avancée des connaissances. DES Action USA doit continuer à donner ces informations et rester en relation avec les équipes de recherche.

Traduit par Réseau DES France et publié avec l’aimable autorisation de DES Action USA.

Le Distilbène DES, en savoir plus

Laurent, Fils Distilbene, sort du silence

L’heure n’est plus à la “dérobade” ou à la honte, bien au contraire

“Il est plus que temps de crier à l’injustice, à l’instar de toutes nos consoeurs qui ont entamé le combat depuis longtemps déjà.”

dit Laurent, lorsque Réseau DES France lui a demandé s’il accepterait que nous publiions le message accompagnant son adhésion.

” Bonjour,

Je viens de rejoindre votre réseau très récemment, après avoir hésité pendant des années, me contentant de m’informer quelque peu avant de le faire.

Je suis né en 1961 ; ma mère a eu une grossesse difficile et je suis un “fils distilbène“.

Je n’en ai pris conscience que très tard dans ma vie, car il s’agissait d’un sujet tabou sans doute : ma mère ne l’évoquait pas.

C’est suite à mes questions que je me suis “rendu compte” que ma mère avait subi les prescriptions des médecins parisiens de l’époque.
Les conséquences pour moi ont été très nombreuses durant toute ma vie et aussi très diverses :

  • je suis né prématuré, descente tardive des testicules, tétons apparus à la puberté,
  • taille du pénis en dessous de la normale et surtout stérilité.
  • rotules trop hautes ayant nécessité plusieurs interventions chirurgicales (plus de cartilage aujourd’hui donc handicap),
  • oesophage trop court, donc reflux toute ma vie, avec de nombreux ulcères oesophagiens (opération et traitement à vie) ;
  • fragilité articulaire générale.

Je ne parle pas des nombreuses moqueries dont j’ai été l’objet à cause de mes “faiblesses physiques” et “maladies“ de la part de mon entourage qui avait plutôt tendance à me traiter de “gonzesse” lors de l’évocation de mes “soucis”…

Voila pour résumer les énormes problèmes auxquels j’ai eu à faire face toute ma vie durant, à cause de cette “saloperie“.

J’ai accepté les choses ainsi, car, dans les années 60, 70 et au delà, il n’était pas dans la nature de la société française d’être procédurière, et encore moins au sein de ma famille.

Je souhaite aujourd’hui sortir du silence et me battre afin d’obtenir une reconnaissance de mes problèmes et obtenir réparation de tous ces préjudices. Merci pour votre combat et merci d’exister.

Laurent

P.S. : Ma mère vient hélas de nous quitter, des suites d’une cirrhose du foie, elle qui ne buvait pas… Je ne sais pas s’il s’agit d’une conséquence directe ou si cela n’a aucun rapport, mais je voulais le signaler. ‘

Le Distilbène DES, en savoir plus

Near-complete ban on the use of neonicotinoid insecticides across the EU

Government representatives approved on Friday a European Commission proposal to impose a near-total ban on three neonicotinoid pesticides that have been linked to drastic falls in populations of bees

Brussels, 27th April – Today, Member States have backed the proposal from the European Commission to ban all outdoor uses of 3 bee-killing neonicotinoids. By the end of the year, imidacloprid, clothianidin and thiamethoxam insecticides will finally disappear from our environment for the sake of our bees. PAN Europe warmly welcomes the European Commission’s steadiness in resisting to several Member States and the agroindustry that favour unsustainable practices in conventional farming.

A quarter of a century after being approved, neonicotinoids will be banned within a few months. EU Member States were requested to vote today on the proposal from the European Commission to ban all outdoor uses of 3 bee-killing neonicotinoids.

Since their approval at EU-level in the 90’s, neonicotinoids have been largely proven to harm honey bees, other pollinators and the environment as a whole. Several studies also indicate toxicity on human health.

After years of battle from beekeepers and environmentalists, the European Commission restricted the use of 3 highly bee-toxic neonicotinoids in 2013. Imidacloprid, clothianidin and thiamethoxam were then banned on bee-attractive crops.

Since then, evidence showed that even application of neonicotinoids on non-bee-attractive crops led to exposure of bees as these substances are highly persistent in the environment. In the meantime, the European Food Safety Authority (EFSA) published a series of reports highlighting that there is no safe use for bees for these 3 insecticides. Based on EFSA’s conclusions, DG Sante sent to the Member States a proposal to ban all outdoor uses for these 3 substances in March 2017. Another EFSA report from February 2018 has permitted DG Sante to speed up the process and to ask Member States to vote on its proposal today.

Martin Dermine, PAN Europe’s Health and Environment Policy Officer said:

‘Authorising neonicotinoids during a quarter of a century was a mistake and led to an environmental disaster. Today’s vote is historic. A majority of Member States gave a clear signal that our agriculture needs transition. Using bee-killing pesticides cannot be allowed anymore and only sustainable practices should be used to produce our food’.

PAN Europe is a member of the Save the Bees Coalition, a coalition gathering more than 100 EU NGOs that acted at EU and national levels to obtain today’s ban.  Reference.

On Twitter

 

Réparation du Préjudice subi par Petits-Enfants Distilbène DES

Questions parlementaires, Solidarités et santé, M. Jean-Pierre Sueur

Réparation du préjudice subi par les filles et petits-enfants des femmes auxquelles le Distilbène a été prescrit

31 mars 2018 – M. Jean-Pierre Sueur souhaite rappeler l’attention de Mme la ministre des solidarités et de la santé sur la réparation du préjudice subi par les filles et les petits-enfants des femmes auxquelles le Distilbène a été prescrit durant leur grossesse, après avoir pris connaissance de sa réponse publiée dans le Journal officiel du Sénat du 1er mars 2018 (p. 976) à sa question écrite n° 1042 parue dans le Journal officiel du Sénat du 24 août 2017 (p. 2709).

  • Il lui fait observer que celles-ci ne peuvent entreprendre aucune démarche auprès des commissions de conciliation et d’indemnisation (CCI), l’exposition in utero à l’origine des préjudices subis étant largement antérieure à la loi n° 2002-303 du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé ayant créé les CCI.
  • Il lui fait, en outre, observer que les indemnisations des préjudices, obtenus par certaines victimes ayant engagé la responsabilité des laboratoires exploitant le produit incriminé, ne l’ont été que dans un nombre de cas limité, au terme de procédures longues, éprouvantes et coûteuses.
  • Il l’interroge à nouveau, en conséquence, sur les initiatives spécifiques qu’elle compte prendre pour que l’ensemble des filles et petits-enfants victimes de conséquences de la prescription de Distilbène à leur mère ou grand-mère puissent bénéficier dans des délais rapprochés de la réparation légitimement demandée.

En attente de réponse du Ministère des solidarités et de la santé – référence.

Conséquences de la prescription du distilbène

24 août 2017 − M. Jean-Pierre Sueur appelle l’attention de Mme la ministre des solidarités et de la santé sur la situation des femmes dont la mère s’est vu prescrire le distilbène. Si des dispositions spécifiques ont pu être prises pour prendre en compte les difficultés susceptibles d’affecter la grossesse de celles-ci, des publications scientifiques récentes montrent que les conséquences de leur exposition au distilbène évoluent. Que ces femmes aient été enceintes ou non, elles encourent toujours des risques particuliers tels que la survenue d’adénocarcinomes à cellules claires (cancers ACC) du col utérin ou du vagin ou des risques accrus de cancers du sein ou de dysplasies. La prévention liée à ces risques spécifiques nécessite une consultation médicale avec frottis tous les ans. L’association « réseau DES (diéthylstilboestrol) France» demande que ces consultations puissent bénéficier, eu égard aux conditions dans lesquelles le distilbène a été prescrit en France et aux conséquences induites, d’un remboursement à 100 %. Il lui demande quelle suite, qu’il espère favorable, elle pourra réserver à cette proposition.

Reconnaissance et réparation du préjudice subi par les victimes de médicaments

24 août 2017 − M. Jean-Pierre Sueur appelle l’attention de Mme la ministre des solidarités et de la santé sur la reconnaissance et la réparation du préjudice subi par les victimes de médicaments. Depuis plusieurs années, les associations de victimes de médicaments appellent de leurs vœux un dispositif global qui répondrait aux risques médicamenteux. Jusque ici ces drames ne sont traités qu’au cas par cas, comme en témoigne encore l’annonce faite alors par la secrétaire d’État chargée des personnes handicapées et de la lutte contre l’exclusion de la volonté du Gouvernement de créer un dispositif d’indemnisation spécial pour les victimes de médicaments à base de valproate. Les initiatives qui ont été prises sont incontestablement positives. Il apparaît toutefois nécessaire de pouvoir également répondre aux attentes de victimes d’autres médicaments. On peut notamment penser au Distilbène, prescrit à des femmes durant leur grossesse et dont on constate aujourd’hui qu’outre elles-mêmes, leurs enfants et petits-enfants subissent les conséquences. Il lui demande quelles sont les actions qu’elle envisage mettre en œuvre pour apporter une réponse globale à ce problème de santé publique et si elle prévoit, en particulier, de mettre en place un fonds d’indemnisation global pour toutes les victimes de médicaments.

Le Distilbène DES, en savoir plus

Pesticide Action Week 2018 Poster

Call for a pesticide-free Spring! Join us!

The Pesticide Action Week is an annual and international event, open to everyone, with the aim to promote alternatives to pesticides. The campaign takes place during the first ten days of every spring (20th-30th of march) when usually the spreading of pesticides resumes.

Call for a pesticide-free Spring!
Pesticide Action Week,
20th-30th of march.

The public is invited to get better informed about the sanitary and environmental challenges caused by pesticides and learn more about possible alternatives to pesticides by taking part in one of the hundreds of organised activities: conferences, panel discussions, film showings, workshops, open days at organic farms, information stands, exhibitions, shows…

The goals of this event are:

  • Raising awareness on the health and environment risks of synthetic pesticides
  • Highlighting and promoting alternative solutions
  • Building a global grassroots movement for a pesticide-free world

More Information

RDD2018 : Research is Key !

Feb 28 is Rare Disease Day ! Official video 2018

Research brings hope to the millions of people living with a rare disease across the world and their families. About RDD2018 theme.

The main objective of Rare Disease Day (RDD) is to raise awareness among the general public and decision-makers about rare diseases and their impact on patients’ lives.

OrphaNet, portal for rare diseases and orphan drugs, includes the Diethylstilbestrol DES syndrome as rare disease ORPHA:1916.

MORE INFORMATION

How much do you know about DES?

Rare Disease Day 2018 Poster

Rare Disease Day is open to everyone ; so get involved!

The main objective of Rare Disease Day is to raise awareness among the general public and decision-makers about rare diseases and their impact on patients’ lives.

OrphaNet, portal for rare diseases and orphan drugs, includes the Diethylstilbestrol DES syndrome as rare disease ORPHA:1916.

More information

How much do you know about DES?