Distilbène® 1mg

“Affections sévères de la prostate”… image credit Réseau DES France

Le Diethylstilbestrol ou DES a été commercialisé via de nombreux noms tels que le Distilbène®, Stilbetin®, Stilboestrol-Borne®, Benzestrol®, Chlorotrianisene®, Estrobene® et Estrosyn® par exemple.

Nombre de sociétés ont promu et vendu leur médicament DES sous plus de 200 noms de marque différents.

Il est toujours prescrit pour certaines affections sévères de la prostate.

Images de médicaments DES

Le Distilbène DES, en savoir plus

Dépliant Réseau DES France 2018 (page 1)

Une présentation claire du DES, néfaste pour 3 générations

Téléchargez et diffusez ce nouveau dépliant de l’association Réseau DES France autour de vous !

Le Distilbène DES, en savoir plus

Dépliant Réseau DES France 2018 (page 2)

Une présentation claire du DES, néfaste pour 3 générations

Téléchargez et diffusez ce nouveau dépliant de l’association Réseau DES France autour de vous !

Le Distilbène DES, en savoir plus

Les nouvelles grossesses

Collection questions – Presses Universitaires de France

Pr Jean-Claude PONS, 1998

Sujets :
– Grossesse à haut risque
– Procréation médicalement assistée
– Grossesse
– Techniques reproduction
– Législation médicale — France
– Bioéthique — France
– bioéthique — désir d’enfant — foetus — grossesse
– Aspect physiologique
– Aspect psychologique
– Femme enceinte
– Hygiène
– Santé

Le Distilbène DES, en savoir plus

L’impossible enfant

Don d’ovocytes, l’envers du décor

Géraldine Jumel-Lhomme relate cinq années d’odyssée dans l’univers segmenté et méconnu de l’assistance médicale à la procréation où médecine et business s’entremêlent dans un brouillage croissant de repères, de valeurs. Elle présente de l’intérieur le vécu tourmenté de son couple diagnostiqué infertile, elle-même ayant été exposée in utero au Distilbène. La rigidité de la loi française de bioéthique les a conduits à franchir les frontières afin de se soumettre à des fiv avec don d’ovocytes dans des cliniques étrangères. L’auteur décrit ces pratiques souvent lourdes et maltraitantes, décrypte certains tabous et démonte les principaux avatars de cette situation. Elle propose des pistes de réflexion, des éclairages nouveaux sur des sujets qui interpellent notre société.

Contrepoints par Marie Darrieusecq, Geneviève Delaisi de Parceval, Sylvie Epelboin, Marie-José Soubieux.

“Même ceux qui sont familiers des parcours d’enfant à tout prix seront surpris, émus par la lecture de ce livre. Encore davantage évidemment ceux qui ne connaissent de l’amp que ses succès largement déployés dans les médias.”
Geneviève Delaisi de Parseval

“Personne ne peut sortir indemne d’un parcours de maternité aussi terrifiant que celui emprunté par Géraldine Jumel-Lhomme. Personne ne peut sortir indemne de la lecture de son livre !”
Marie-José Soubieux

“Ce que raconte Géraldine Jumel-Lhomme est très personnel, mais aussi caractéristique. C’est d’ailleurs une des forces de son témoignage, que de nouer l’intime (le très intime, le fond du ventre) à l’exemplarité.”
Marie Darrieusecq

Le Distilbène DES, en savoir plus

Le bonheur d’être mère

Pr Michel Tournaire – 2005 – Editions Odile Jacob

Aujourd’hui, les femmes sont de plus en plus nombreuses à travailler et à décider de faire un enfant plus tard. Les grossesses après 35 ans sont-elles particulières ? Comment mettre toutes les chances de son côté pour vivre une grossesse réussie ? Comment éviter les risques ? Les progrès de la médecine permet-tent désormais à ces grossesses de se dérouler presque comme toutes les autres, à condition d’être bien suivie. Le professeur Michel Tournaire vous guide pas à pas, depuis votre désir de maternité jusqu’à la naissance, et vous conseille au quotidien pour une grossesse épanouie.

Sommaire

  • CE QU’IL FAUT SAVOIR AVANT VOTRE GROSSESSE
  • Une grossesse après 35 ans
  • Faites le point sur votre santé et votre mode de vie
  • Mettez toutes les chances de votre côté pour être enceinte
  • BIEN VIVRE VOTRE GROSSESSE
  • Les trois premiers mois
  • Du quatrième au sixième mois
  • Les trois derniers mois
  • La naissance et les premières semaines de votre bébé
  • QUELLES SONT LES DIFFICULTES POSSIBLES ?
  • Et si la grossesse ne vient pas ?
  • Quelles sont les complications possibles de la grossesse et de l’accouchement ?

Michel Tournaire, professeur de gynécologie et d’obstétrique, expert Distilbène DES, est chef de service de la maternité de l’hôpital Saint-Vincent-de-Paul à Paris.

Le Distilbène DES, en savoir plus

Traité de Gynécologie

Le chapitre 50 traite du DES et pathologie gynécologique

Le chapitre 50 traite du DES et pathologie gynécologique.

Pr Hervé FERNANDEZ – 2004 – Editions Flammarion – Collection “Médecines-Sciences”.

Ce traité, à la fois moderne et pratique, couvre en 60 chapitres toute la gynécologie. Après une première partie de rappels physiologiques, la seconde partie est consacrée aux explorations en gynécologie, depuis l’échographie pelvienne et l’examen des frottis, jusqu’aux dosages hormonaux, à l’hystéroscopie et à la mammographie. La troisième partie, très originale, aborde des problèmes de santé publique. Puis, l’ouvrage traite des principaux symptômes et syndromes observés en gynécologie : l’aménorrhée, les métrorragies, les dyspareunies, etc. Sont ensuite abordés les troubles de la fonction ovarienne et la stérilité conjugale. La quatrième partie du traité expose de façon détaillée toutes les autres pathologies organiques, depuis le fibrome utérin jusqu’à la pathologie vulvaire, en passant par les cancers de l’endomètre, les tumeurs ovariennes, les malformations de l’appareil génital, etc. Dans tous les cas, les auteurs traitent des symptômes, des données de l’examen clinique, des stratégies diagnostiques les mieux adaptées, des indications thérapeutiques et des orientations pronostiques. La contraception, l’IVG, les violences sexuelles, les dysfonctions sexuelles font l’objet de chapitres spécifiques. Enfin est abordée la pathologie mammaire sous tous ses aspects.

Le chapitre 50 traite du DES et pathologie gynécologique.

Le Distilbène DES, en savoir plus

 

Pour que l’enfant paraisse

Comprendre et combatre la stérilité

Dr Anne CABAU – 1991 – Editions Flammarion – Collection Santé Mode d’Emploi

Un chapitre consacré au Distilbène explique que les filles DES ont certes du mal à être enceintes et à mener des grossesses mais que ce n’est pas impossible.

“Pourtant au printemps 1992, une nouvelle grossesse se solda encore par une fausse couche. Dans ces cas-là, on n’a pas le chox : on encaisse ! “

Le Distilbène DES, en savoir plus

 

Prise en charge d’un fond d’indemnisation pour les victimes du médicament Distilbène

Isabelle Granger s’adresse à Madame la Ministre de la Santé, Agnès Buzyn

Victime du médicament Distilbène, 1er cancer à 20 ans du col de l’uterus, de nombreuses opérations, curiethérapie, radiothérapie, pour finir en totale, je n’aurai jamais d’enfant. Récidive 24 ans après, métastases du 1er cancer au péritoine et au foie. Au mois d’avril, cela fera 4 ans que je subis de la chimio en continu. Cadre, je suis maintenant malheureusement en invalidité. Je ne suis pas la seule victime. Ce médicament était prescrit aux femmes enceintes pour éviter les fausses couches. Les enfants de ces mères, naissaient soit avec une malformation de l’appareil génital, infertilité ou pire un cancer à cellules claires dit “ACC” typique du médicament Distilbène. Les petits enfants sont également touchés. Quand cela s’arrêtera-t’il ? Les laboratoires existent et exercent encore. De nombreux procès ont lieu. Certains déjà gagnés par les victimes. Voir vidéo sur YouTube Filles Distilbène.

 

Le Distilbène DES, en savoir plus

Un fonds pour toutes les victimes de médicaments

Les victimes de médicaments sont plus ou moins reconnues selon la couverture médiatique

Les médicaments Mediator® (benfluorex) et Dépakine® (acide valproïque) sont associés à des désastres de santé publique, avec des procès en série, une intense couverture médiatique et des réactions politiques spectaculaires.

Des victimes plus ou moins entendues

Dans ces deux désastres, très différents, des victimes ont trouvé l’accès aux médias, et donc aux politiques, et ont été reconnues. Elles ont pu obtenir la promesse d’une indemnisation spécifique, plus rapide que ne leur aurait permis l’aboutissement d’un procès au civil contre la firme ou d’une procédure devant les CCI (Commissions de conciliation et d’indemnisation des accidents médicaux, des affections iatrogènes et des infections nosocomiales).

  • Décret n° 2011-932 du 1er août 2011 relatif à l’indemnisation des victimes du benfluorex, legifrance.
  • Spécialités pharmaceutiques comprenant de l’acide valproïque (Dépakine® et dérivés), Marisol Touraine annonce la mise en place d’un dispositif d’indemnisation pour les familles, solidarites-sante.gouv.
  • Victimes d’effets indésirables graves de médicaments, État des lieux & Recommandations – version 1.0, leciss.

Mais des victimes d’effets indésirables d’autres médicaments ont du mal à ce que des procès se mettent en place, à avoir accès aux médias, à attirer l’attention des politiques.

Ainsi, les victimes du véralipride (ex-Agréal®) retiré du marché en 2007 ont déposé les premières plaintes en 2010 en raison de troubles extrapyramidaux et psychiques, causés par ce neuroleptique proposé sans efficacité démontrée au-delà d’un effet placebo dans les bouffées de chaleur de la ménopause. La date d’une première audience n’est toujours pas connue fin 2016.

  • Ménopause : retrait du marché d’Agréal® (véralipride), enfin !, prescrire.
  • Catastrophe sanitaire de l’Agréal®, aaavam.

Autre exemple, les victimes du DES (diéthylstilbestrol – Distilbène®) continuent de se battre une par une. Les procédures judiciaires traînent en longueur et demandent un engagement financier et psychologique considérable des victimes.

Et il y a aussi les victimes atteintes en moins grand nombre, comme par exemple les victimes du gravissime syndrome de Lyell.

Dans tous les cas, les victimes ou leur famille sont confrontées à des souffrances, puis à des difficultés insurmontables pour être reconnues, aidées, indemnisées.

  • Victimes d’effets indésirables des médicaments : peu de progrès, prescrire.

Stop au déni

Plutôt que de multiplier des fonds d’indemnisation en fonction du bruit médiatique, pourquoi ne pas admettre une fois pour toutes la réalité des milliers de victimes annuelles de médicaments et mettre en place un fonds unique pour toutes les victimes ? Un fonds abondé par les firmes ou leurs assureurs, comme le fonds pour les victimes d’accidents de la route abondé par les assureurs automobiles suite à la loi Badinter de 1985, afin d’inciter les firmes à éviter ces accidents.

  • Loi n° 85-677 du 5 juillet 1985 tendant à l’amélioration de la situation des victimes d’accidents de la circulation et à l’accélération des procédures d’indemnisation, Version consolidée au 20 février 2018, legifrance.

Il manque encore une volonté politique d’aider toutes les victimes et de reconnaître que les accidents médicamenteux sont quotidiens, et non exceptionnels comme leur médiatisation spectaculaire pourrait le faire croire.

PDF, accès libre, Prescrire, janvier 2017. Image credit noak-therapie.