Vers le Zéro Pesticide

Téléchargez le Guide des Solutions Zero Pesticides

Téléchargez le Guide des Solutions Zéro Pesticide !

Grâce aux mesures de la loi de transition énergétique et de la loi de protection de la biodiversité, pour la première fois, la France enregistre une baisse de 14% des pesticides utilisés par les collectivités et les jardiniers amateurs.

Des nouvelles mesures annoncées par Ségolène Royal, le 14 février 2017, et le lancement de la campagne “Zéro pesticide” vont-elles permettre de poursuivre ces résultats encourageants dans la lutte contre les pesticides?

Perturbateurs endocriniens : la proposition de la Commission Européenne est très insuffisante et constitue un recul

Engager dès maintenant une réflexion globale pour la mise en place d’une classification des perturbateurs endocriniens ambitieux

La Commission européenne envisage de soumettre ce mercredi 21 décembre sa proposition de critères d’identification des perturbateurs endocriniens dans les pesticides. Cette proposition est inacceptable.

Ségolène Royal rappelle l’engagement de la France pour protéger la santé de nos concitoyens et de notre environnement ; Ségolène Royal a fait adopter la stratégie nationale sur les perturbateurs endocriniens en avril 2014. La France s’est associée à la Suède pour mettre la Commission européenne devant ses responsabilités.

Dernièrement, un appel de 100 scientifiques spécialistes du sujet a été publié dans le journal Le Monde, et repris largement par les médias, intitulé “Halte à la manipulation de la science !”, et qui rappelle que “jamais l’humanité n’a été confrontée à un fardeau aussi important de maladies en lien avec le système hormonal”.

Perturbateurs endocriniens : Ségolène Royal estime que la proposition de la Commission européenne est très insuffisante et constitue un recul, developpement-durable.gouv, France Écologie Énergie, 20 décembre 2016.

Ségolène Royal tient à rappeler les résultats de l’étude menée par l’agence nationale de santé publique, publiés au début du mois de décembre, qui montrent qu’on trouve des perturbateurs endocriniens (tels que le Bisphénol A et des pesticides) chez la totalité des femmes enceintes.

Ségolène Royal a demandé ce jour par courrier au président de la Commission européenne d’engager dès maintenant une réflexion globale pour la mise en place d’une classification des perturbateurs endocriniens ambitieux (qu’ils soient avérés, présumés ou suspectés).

Elle rappelle que l’Union européenne avait pris cet engagement dans le cadre du septième Programme d’action pour l’environnement

État de Santé : Perturbateurs endocriniens : soyons vigilants!

Les perturbateurs endocriniens, en savoir plus

Depuis le 2 avril 2014, Ségolène Royal est ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie du gouvernement Valls. La Ministre a remis au Parlement en juin 2014 un rapport relatif aux perturbateurs endocriniens et a engagé le gouvernement dans une stratégie nationale qui vise notamment à réduire l’exposition de la population aux perturbateurs endocriniens et en faire un axe essentiel de la recherche en santé environnementale.

  1. Les perturbateurs endocriniens, qu’est-ce que c’est?
  2. Les effets des perturbateurs endocriniens sur la santé : l’exemple des pesticides en Gironde.
En savoir plus

Trois décisions concrètes contre les perturbateurs endocriniens

Prévention des risques, Ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie

Réuni par Ségolène Royal le 29 avril, le Conseil national de la transition écologique a émis un avis favorable sur la stratégie nationale contre les perturbateurs endocriniens et annonçé trois décisions concrètes:

1. Éliminer le bisphénol A des tickets de caisse

logo du Ministere_DD
Trois décisions concrètes contre les perturbateurs endocriniens du Ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie.

Sans attendre l’issue de cette démarche que la France va entamer au niveau européen pour demander la substitution du Bisphenol-A (BPA) dans les “tickets thermiques” (qui désignent notamment les tickets de caisse et les reçus de carte bancaire) et qui devrait déboucher à la fin 2015, Ségolène Royal souhaite que les entreprises de distribution et grande distribution ainsi que les banques puissent s’engager de façon volontaire dans la suppression du bisphénol A dans leurs tickets, à l’instar de la démarche menée par certains distributeurs précurseurs.

2. Dans les jouets, cibler les contrôles sur les phtalates et accélérer la substitution du bisphénol A

Pour renforcer la protection de la santé des enfants, proposition est faite de cibler les contrôles sur les phtalates dans les jouets, en particulier les jouets importés.
Concernant le bisphénol A, des analyses seront réalisées dans des jouets mis sur le marché français. Il est prévu que la France propose à l’Union européenne de revoir la directive jouets pour substituer totalement le BPA des jouets
Déjà l’an dernier, 7 000 contrôles documentaires ou prélèvements sur les produits chimiques en général ont été menés, dont 800 prélèvements sur des jouets, notamment des jouets importés.

3. Annonce des cinq substances qui seront expertisées en 2014

Concernant les substances qui seront expertisées dès 2014, Ségolène ROYAL a demandé à l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) de travailler sur 5 substances suspectées d’être perturbateurs endocriniens:

  • le methylparabène, présent dans des produits cosmétiques et produits d’hygiène ;
  • l’acide orthoborique, présent dans les jouets, les adhésifs et lubrifiants (plusieurs dizaines de milliers de tonnes par an sont utilisées dans l’Union européenne) ;
  • le BHA, utilisé notamment dans les produits cosmétiques et les médicaments ;
  • le DINCH et le DEHTP, substances utilisées pour fabriquer des plastiques dans des produits de consommation courante (jouets, articles de puériculture, etc.).

Sources et articles de presse

Stratégie Nationale sur les Perturbateurs Endocriniens

Vidéo publiée par le Ministère du Développement durable, Avril 2014

Réuni par Ségolène Royal le 29 avril 2014, le Conseil national de la transition écologique a émis un avis favorable sur la stratégie nationale contre les perturbateurs endocriniens

  • Ségolène Royal a accueilli et présidé le conseil national sur la transition écologique ce mardi 29 avril. La thématique environnementale à l’ordre du jour, concerne les perturbateurs endocriniens à l’origine de maladies chroniques. Une consultations publiques avait été ouverte sur le sujet. Le CNTE, conseil qui constitue un véritable dialogue environnementale, permet aujourd’hui d’aborder cette problématique et de se concerter sur les solutions envisagées : mobiliser la recherche, expertiser certaines substances, remplacer celles qui sont nocives, former des professionnels et informer les citoyens. Le rôle clé des entreprises a été souligné en matière de santé et d’environnement concernant la recherche et la mise en oeuvre de produit non toxique. Cette stratégie, véritable moteur pour l’innovation, devrait s’inscrire dans une démarche à l’échelle Européenne. Les enjeux sont tant des enjeux sanitaires qu’économiques.

Comprendre les 5 axes de la stratégie nationale sur les perturbateurs endocriniens:

  1. soutenir la recherche pour mieux connaître les perturbateurs endocriniens et leurs effets sur la santé et l’environnement, notamment en finançant des programmes de recherche et en mettant en place une plateforme public-privé qui permettra de réduire les délais des tests sur les substances chimiques ;
  2. développer l’innovation dans l’industrie, en stimulant la mise en œuvre de produits de substitution innovants et non toxiques ;
  3. renforcer l’expertise et lancer dès cette année l’analyse d’au moins huit substances chimiques par an suspectées d’être des perturbateurs endocriniens ;
  4. porter ce sujet majeur de santé publique au niveau européen et faire de la France un pays moteur de la protection de la santé et l’environnement en Europe ;
  5. améliorer l’information des citoyens, dans leur vie quotidienne comme sur les lieux de travail.

Sources: