Zéro Phyto 100% Bio – Bande-annonce

Le documentaire des cantines bio et des villes sans pesticides !

Vidéo via Guillaume Bodin diffusée le 27 mars 2017.

Guillaume Bodin, réalisateur du film “Zéro phyto 100% bio” est en train de finaliser le film, l’affiche est prête et de nombreuses avants-premières sont prévues.

En savoir plus

SYNOPSIS

Après Insecticide mon amour, le réalisateur Guillaume Bodin présente Zéro phyto 100 % bio, son nouveau documentaire. Une enquête passionnante sur plusieurs communes françaises qui n’ont pas attendu l’entrée en vigueur le 1er janvier 2017 de la loi Labbé interdisant l’utilisation de pesticides dans les espaces publics pour changer leurs pratiques. Ce film met aussi en avant les pionniers de la restauration collective biologique et leurs partenaires : associations, entreprises, agriculteurs, ingénieurs, artisans qui ensemble contribuent à l’amélioration de la qualité des repas dans les collectivités. Les associations Générations Futures, Bio Consom’acteurs et Agir Pour l’Environnement sont à l’initiative de ce projet.

UNE PETITE RÉVOLUTION EST EN MARCHE DANS LA GESTION DES ESPACES VERTS.

À Versailles, Miramas, Grande-Synthe, Langouët et Laurenan, la présence de pesticides chimiques de synthèse dans les espaces publics est déjà de l’histoire ancienne. À budget constant, voire inférieur, ces villes et villages arrivent à maîtriser les herbes folles autrement et fleurir ou cultiver des surfaces auparavant inutilisées. Cette dynamique écologique renforce les liens sociaux, permet de préserver la santé des techniciens comme des citoyens et engendre d’autres projets, notamment culturels.

Privilégier les espèces vivaces et endémiques, aider les professionnels et les citoyens à adopter de nouveaux réflexes, inciter les entreprises à innover pour mieux répondre aux nouvelles pratiques paysagères sont autant d’actions qui participent à une gestion écologique globale des villes, tout en respectant la santé des habitants.

DU 100% LOCAL ET BIOLOGIQUE DANS LA RESTAURATION COLLECTIVE, C’EST POSSIBLE !

Le projet de loi imposant 20 % de produits issus de l’agriculture biologique dans la restauration collective n’a pas été adopté au Sénat, mais cela n’a pas empêché certaines communes de prendre les devants.

À Mouans-Sartoux, la régie agricole municipale répond à l’essentiel des besoins alimentaires de la commune. Le reste est fourni par des fermes biologiques locales.

À Langouët comme à Paris, dans les 2e et 5e arrondissements, les élus ont adopté des mesures drastiques pour améliorer la qualité des repas et collaborent étroitement avec des agriculteurs bio et des associations de leur région.

Comme le dit le maire de Barjac, « nourrir, c’est aimer », alors pourquoi « lésiner » quand il s’agit de nourrir nos enfants ? Les populations des hôpitaux, des prisons, des écoles ou des maisons de retraite n’ont-elles pas droit à une alimentation saine et de qualité ?

Conscients de leurs responsabilités en termes de santé publique et d’environnement, ces acteurs de terrain ne livrent pas de solutions toutes prêtes, mais décrivent plutôt les étapes qu’ils ont franchies pour mener à bien leurs projets. Leur expérience montre que toutes les communes, quelles que soient leur taille et leur couleur politique, peuvent changer leurs pratiques.

UN DOCUMENTAIRE D’UTILITÉ PUBLIQUE À DIFFUSER LE PLUS LARGEMENT POSSIBLE.

À PROPOS
  • Après dix ans passés à travailler dans les vignes, Guillaume Bodin a décidé de réaliser des documentaires pour parler de sujets qui lui tiennent à cœur. La Clef des Terroirs, sorti en mars 2011, dresse le portrait de vignerons qui prennent soin de leurs terres grâce à des techniques écologiques, dont la biodynamie. Dans son deuxième documentaire, Insecticide Mon Amour (sorti en 2015), il mène une recherche approfondie sur le traitement obligatoire contre la flavescence dorée dans le vignoble bourguignon et ses effets sur l’environnement et la santé. Ces deux films ont été remarqués et primés dans plusieurs festivals. Disponibles en DVD, ils sont toujours diffusés en salle en France et à l’étranger. Zéro phyto 100 % bio a fait l’objet d’un financement participatif sur Zeste par la Nef ayant rassemblé plus de 1600 donateurs.
  • En partenariat avec Biocoop, Botanic, NaturéO, Fondation Léa Nature, Bjorg, Danival, Ametis Scop, Rebelle-Santé, Un Plus Bio…
  • Musique Mar-iOn Vincent-Royol, Emily Loizeau, Saint Michel
  • Animation Ludovic Caillot
  • Voix off & Mixage Son SilRêve Studio
  • Illustration de l’affiche Isa Blangonnet
  • Graphisme de l’affiche et des flyers Bon Pied Bon Oeil

Rapports étudiants en médecine et profs avec liens d’intérêts labos pharmaceutiques non déclarés

Les étudiants en médecine sont-ils sous l’influence des labos pharmaceutiques ?

Pendant ses études, un futur médecin croise des enseignants, des professeurs émérites et des labos pharmaceutiques sans toujours s’en rendre compte.

Le cas échéant, les profs informent-ils leurs étudiants de leurs liens d’intérêts avec les laboratoires?

“Je considère que nos étudiants, ils n’y comprendront rien, ils ont 18 ou 19 ans, je ne vois vraiment pas comment ils pourraient avoir accès à une information éclairée.”

déclare le Pr Gilles Freyer, Vice-Président de la Faculté de Médecine de Lyon Sud.

  • Regardez la vidéo édifiante de l’oeil du 20h, 16 mars 2017.
  • Lisez Les étudiants en médecine sont-ils sous l’influence des labos pharmaceutiques?, blog france tv info, 16 mars 2017.

Sur le même sujet

10 ans en moyenne pour retirer des mauvais médicaments, parfois mortels, du marché

Plusieurs centaines de médicaments ont été retirés du marché pour effets indésirables au cours des 60 dernières années

Extrait

Une équipe a publié une analyse des retraits de médicaments du marché ayant eu lieu entre 1953 et 2013, dans le monde, en raison d’effets indésirables jugés disproportionnés.

462 médicaments ont été retirés du marché pour effets indésirables. Les retraits du marché ont eu lieu en raison d’effets indésirables mortels (25 %), d’hépatotoxicité (18 %), de réactions auto-immunes (17 %), de neurotoxicité (16 %), de cardiotoxicité (14 %), d’hématotoxicité (11 %), d’abus et dépendances (11 %) et 13 % en raison d’autres motifs.

Le délai médian du retrait était d’environ 10 ans après la mise sur le marché d’un nouveau médicament.

En savoir plus
  • Retraits de médicaments du marché pour effets indésirables : souvent tardifs, prescrire, 1er avril 2017.
  • Médicaments dangereux : il faut 10 ans pour les retirer du marché !, lepoint, 03/04/2017.

Comment garder son indépendance face à l’industrie pharmaceutique?

Téléchargez le livret du collectif d’étudiants en médecine de La Troupe du Rire

Téléchargez le livret du collectif d’étudiants en médecine de La Troupe du Rire.

Les liens d’intérêts et l’influence de l’industrie pharmaceutique constituent un risque sanitaire non négligeable.

  • Où se cache cette influence dans notre parcours de soignant ?
  • Comment se manifeste-t-elle ?
  • Pour quelles conséquences ?

C’est à ces interrogations que ce petit livret tente de répondre..

En savoir plus

Comment protéger nos bébés des perturbateurs endocriniens?

Où se cachent les perturbateurs endocriniens et comment limiter ce risque émergent?

Vidéo publiée le 30 mars 2017 par La Maison des Maternelles.

Partout autour de nous, des molécules sont capables d’interférer avec notre système hormonal, on les appelle “perturbateurs endocriniens”. Ces produits chimiques peuvent nous rendre malade ou créer des malformations chez le foetus.

Les perturbateurs endocriniens sont présents dans notre alimentation, dans les cosmétiques, dans les produits ménager et vêtements mais aussi dans les jouets. Cette menace invisible entraine des malformations génitales, de l’infertilité, une puberté précoce, mais peut aussi entrainer des cas de cancer et d’autisme.

Sur le même sujet

Le Distilbène, Perturbateur Endocrinien

Depakine : un silence coupable

Envoyé Spécial 16 mars 2017 : Enquête sur le Scandale de la Dépakine

Cet anti-épileptique est accusé d’avoir provoqué de graves malformations sur les enfants exposés in utero. Retour sur un scandale sanitaire et sur l’inertie des autorités de santé.

En savoir plus
  • Envoyé Spécial, émission du 16/03/2017 – Dépakine, le silence des médecins – Enquête sur le scandale de la Dépakine, un anti-épileptique pointé du doigt pour ses effets secondaires : chez la femme enceinte, il peut entraîner des malformations et des troubles neurologiques chez le nouveau-né. Vidéo publiée le 17 mars 2017 par la chaine APESAC.
  • Regardez cette liste de vidéos sur les médias et médicaments sur notre chaine YouTube.

Médiator : comment l’enquête judiciaire a été manipulée

Le Figaro révèle le récit d’une enquête judiciaire tronquée

Le Figaro dévoile comment l’enquête judiciaire ouverte en décembre 2010 sur l’affaire du Mediator – cet antidiabétique qui a fait entre 500 et 2000 morts – a ciblé le laboratoire Servier en excluant sciemment les autorités sanitaires dans le but de les dédouaner. Les scellés dévoilent comment la justice a tout fait pour minimiser les responsabilités de l’État. Les perquisitions de l’agence du médicament ont ainsi eu lieu 14 mois après le début de l’enquête, les salariés ont été prévenus de la visite des enquêteurs et ces derniers ont fait des saisies a minima.

Lisez Mediator : récit d’une enquête judiciaire tronquée sur Le Figaro, 09/03/2017. Image credit Marie Burnier.

Comment évaluer les perturbateurs endocriniens et faire face à ce risque émergent ?

Par Véronique Le Tilly, Docteur en Biologie et Maître de conférences à l’ Universités Bretagne Sud

Vidéo publiée le 09/02/2017 par Université Bretagne Sud.

Merci à Véronique Le Tilly de mentionner le DES, Distilbene – 22:10 à 24:35 – et ses effets multiples sur plusieurs générations.

Les perturbateurs endocriniens sont au cœur d’une polémique qui fait rage entre industriels et consommateurs, comme souvent quand une question de santé publique est posée : en décembre 2015 la Cour de justice européenne condamne la Commission européenne pour ne pas avoir cadré réglementairement cette classe de polluants ; en octobre 2016, un sénateur morbihannais interpelle la Ministre de la Santé sur le scandale des muesli aux fruits non bio.

Les perturbateurs endocriniens sont partout. Présents dans nos aliments, nos produits cosmétiques, nos emballages, nos eaux de surface et le volant de notre voiture, ils sont partout ! Pour mieux comprendre la nature de ce risque biologique, nous parlerons dose, mécanismes et voies d’exposition, effets cocktail et bien sûr moyens d’évaluation.
Notre laboratoire a mis au point un test d’évaluation de ce risque. Peut-il aider à une évolution des pratiques et à la prise en compte progressive de ce risque ?

Sur le même sujet

Le Distilbène, Perturbateur Endocrinien

Perturbateurs endocriniens : tous intoxiqués?

Les nouveaux poisons de notre quotidien

Enquête de santé, Allo Docteurs France 5, 01/02/2017.

Un documentaire / débat diffusé le 31 janvier 2017 sur France 5.

Documentaire

Débat

Les perturbateurs endocriniens, substances chimiques, sont présentes dans de nombreux objets de consommation courante : plastiques, résidus de pesticides sur les fruits et légumes, OGM, cosmétiques, lunettes, semelles de chaussures… Ils interagissent avec le système hormonal et seraient responsables de l’augmentation de certains cancers, selon des associations impliquées dans les problèmes de santé liés à l’environnement.

Sur le même sujet

Le Distilbène, Perturbateur Endocrinien

Des perturbateurs endocriniens dans certaines marques de préservatifs

Sortez “couverts”, mais sainement – des marques plus éthiques existent…

En France, les cosmétiques et les aliments ont l’obligation d’afficher leurs ingrédients, mais ce n’est pas le cas pour les préservatifs…

Le Lanceurun site consacré au journalisme d’enquête, aux lanceurs d’alerte et aux lanceurs d’idées – a fait analyser le préservatif le plus vendu en France.

“Ces résultats sont incontestablement préoccupants. Ils sont a priori placés dans le lubrifiant et donc très absorbables par les muqueuses du garçon et de la fille. Certes, on peut dire qu’il s’agit de quantités infinitésimales mais, avec les perturbateurs endocriniens, la dose ne fait pas le poison. Le problème aussi est que ces faibles doses s’accumulent dans le corps au fur et à mesure qu’on utilise des préservatifs. Et enfin, quid de l’effet cocktail entre ces différentes molécules ?”

dit Charles Sultan, professeur en endocrinologie pédiatrique au CHU de Montpellier.

Lisez Des perturbateurs endocriniens dans les préservatifs, le lanceur, 9 janvier 2017.