Comment évaluer les perturbateurs endocriniens et faire face à ce risque émergent ?

Par Véronique Le Tilly, Docteur en Biologie et Maître de conférences à l’ Universités Bretagne Sud

Vidéo publiée le 09/02/2017 par Université Bretagne Sud.

Merci à Véronique Le Tilly de mentionner le DES, Distilbene – 22:10 à 24:35 – et ses effets multiples sur plusieurs générations.

Les perturbateurs endocriniens sont au cœur d’une polémique qui fait rage entre industriels et consommateurs, comme souvent quand une question de santé publique est posée : en décembre 2015 la Cour de justice européenne condamne la Commission européenne pour ne pas avoir cadré réglementairement cette classe de polluants ; en octobre 2016, un sénateur morbihannais interpelle la Ministre de la Santé sur le scandale des muesli aux fruits non bio.

Les perturbateurs endocriniens sont partout. Présents dans nos aliments, nos produits cosmétiques, nos emballages, nos eaux de surface et le volant de notre voiture, ils sont partout ! Pour mieux comprendre la nature de ce risque biologique, nous parlerons dose, mécanismes et voies d’exposition, effets cocktail et bien sûr moyens d’évaluation.
Notre laboratoire a mis au point un test d’évaluation de ce risque. Peut-il aider à une évolution des pratiques et à la prise en compte progressive de ce risque ?

Sur le même sujet

Le Distilbène, Perturbateur Endocrinien

Perturbateurs endocriniens : tous intoxiqués?

Les nouveaux poisons de notre quotidien

Enquête de santé, Allo Docteurs France 5, 01/02/2017.

Un documentaire / débat diffusé le 31 janvier 2017 sur France 5.

Documentaire

Débat

Les perturbateurs endocriniens, substances chimiques, sont présentes dans de nombreux objets de consommation courante : plastiques, résidus de pesticides sur les fruits et légumes, OGM, cosmétiques, lunettes, semelles de chaussures… Ils interagissent avec le système hormonal et seraient responsables de l’augmentation de certains cancers, selon des associations impliquées dans les problèmes de santé liés à l’environnement.

Sur le même sujet

Le Distilbène, Perturbateur Endocrinien

Des perturbateurs endocriniens dans certaines marques de préservatifs

Sortez “couverts”, mais sainement – des marques plus éthiques existent…

En France, les cosmétiques et les aliments ont l’obligation d’afficher leurs ingrédients, mais ce n’est pas le cas pour les préservatifs…

Le Lanceurun site consacré au journalisme d’enquête, aux lanceurs d’alerte et aux lanceurs d’idées – a fait analyser le préservatif le plus vendu en France.

“Ces résultats sont incontestablement préoccupants. Ils sont a priori placés dans le lubrifiant et donc très absorbables par les muqueuses du garçon et de la fille. Certes, on peut dire qu’il s’agit de quantités infinitésimales mais, avec les perturbateurs endocriniens, la dose ne fait pas le poison. Le problème aussi est que ces faibles doses s’accumulent dans le corps au fur et à mesure qu’on utilise des préservatifs. Et enfin, quid de l’effet cocktail entre ces différentes molécules ?”

dit Charles Sultan, professeur en endocrinologie pédiatrique au CHU de Montpellier.

Lisez Des perturbateurs endocriniens dans les préservatifs, le lanceur, 9 janvier 2017.

14 Filles Distilbène, telles qu’elles sont…

3’35 pour “parler” autrement du DES…

Vidéo publiée le 13 janvier 2017 par la chaine Association Réseau DES FRANCE DISTILBENE.

Une série de portraits de femmes touchées, traversées, abîmées par le Distilbène DES.

“Je veux que chaque femme touchée par le DES dans le monde puisse s’y retrouver : française, américaine, australienne, hollandaise, africaine, allemande… Je veux que ce témoignage muet soit entendu dans toutes les langues par toutes les cultures. Je souhaite qu’il permette aux femmes qui y participeront de déposer quelque chose derrière la caméra et de repartir plus légères et fières du courage qu’elles ont eu à le faire. Je veux que la gravité et la beauté de ces visages sans mots résonnent puissamment aux oreilles des lobby, dans les couloirs de la commission européenne, dans l’antichambre des tribunaux où se rejoue David contre Goliath à chaque procès de ‘fille DES’ “

Laetitia Dormoy, créatrice du projet.
Sources : la chronique de Marie Darrieussecq.

Le Distilbène DES, en savoir plus

Indépendance des facultés de médecine à l’égard de l’industrie pharmaceutique

Classement Formindep des facultés de médecine indépendantes des labos pharma

Interview de Paul Scheffer diffusée sur France Info le 10 janvier 2017 suite à la publication d’une étude sur la question de l’indépendance des facultés de médecine française à l’égard de l’industrie.

Sur le même sujet

Are Medical Faculty Students protected from Pharma Industry Influence during their Training?

Conflict of Interest Policies at French Medical Schools

January 2017 Study Abstract

Background
Medical faculties have a role in ensuring that their students are protected from undue commercial influence during their training, and are educated about professional-industry interactions. In North America, many medical faculties have introduced more stringent conflict of interest (COI) policies during the last decade. We asked whether similar steps had been taken in France. We hypothesized that such policies may have been introduced following a 2009–2010 drug safety scandal (benfluorex, Mediator) in which COIs in medicine received prominent press attention.

Methods
We searched the websites of all 37 French Faculties of Medicine in May 2015 for COI policies and curriculum, using standardized keyword searches. We also surveyed all deans of medicine on institutional COI policies and curriculum, based on criteria developed in similar US and Canadian surveys. Personal contacts were also consulted. We calculated a summary score per faculty based on 13 criteria. [range 0–26; higher scores denoting stronger policies]

Conflict of Interest Policies at French Medical Schools: Starting from the Bottom, PLOS one, dx.doi.org/10.1371/journal.pone.0168258, January 9, 2017.

Medical image credit thomashawk.

Results
In total, we found that 9/37 (24%) of French medical schools had either introduced related curriculum or implemented a COI-related policy. Of these, only 1 (2.5%) had restrictive policies for any category. No official COI policies were found at any of the schools. However, at 2 (5%), informal policies were reported. The maximum score per faculty was 5/26, with 28 (76%) scoring 0.

Conclusion
This is the first survey in France to examine COI policies at medical faculties. We found little evidence that protection of medical students from undue commercial influence is a priority, either through institutional policies or education. This is despite national transparency legislation on industry financing of health professionals and limits on gifts. The French National Medical Students Association (ANEMF) has called for more attention to COI in medical education; our results strongly support such a call.

In conclusion, the AAMC and others organizations have called for a profound cultural change in the medical profession that must begin with medical education. This is all the more important in that students who have the most contacts with industry are also those who tend to have the most positive attitudes to these relations and to believe themselves to be invulnerable to influence. Policies that restrict interactions contributing to conflict of interest have been shown to reduce industry influence on practice. Medical faculties in France have a responsibility to protect and educate their students and to support the best possible care, in the interests of patient and public health.

Analyse comparative de familles victimes du Distilbène et d’agriculteurs victimes des pesticides

Coline Salaris, Science politique. Université de Bordeaux, 2015

Résumé

Se présenter comme victime et se mobiliser en tant que telle dans l’espace public ne va pas de soi, même pour les membres d’une association de victimes. Il s’agit d’un long processus d’intériorisation et de reformulation identitaires consistant à donner du sens à une expérience de souffrance ; une pathologie ou un deuil. Pour les membres d’un collectif de victimes se mobilisant dans le cadre d’un problème de santé publique, il s’agit aussi d’un processus d’ordre collectif consistant à construire un groupe suffisamment cohérent pour imposer des griefs a priori personnels, comme problème public de santé.

Mobilisations en souffrance : analyse comparative de la construction de deux problèmes de santé publique : (familles victimes du Distilbène et agriculteurs victimes des pesticides), Coline SALARIS, THÈSE PRÉSENTÉE POUR OBTENIR LE GRADE DE DOCTEUR DE L’UNIVERSITÉ DE BORDEAUX, 3 décembre 2015.

Hal-SHS Archives Ouvertes, halshs-tel-01278157, 2015.

C’est de ces multiples processus, à la fois individuels et collectifs, entre intime et public que se propose d’analyser cette thèse. En nous appuyant sur une enquête comparative entre l’affaire du Distilbène et la mobilisation de travailleurs agricoles victimes des pesticides – qui croise 77 entretiens semi-directifs et une quinzaine d’observations ethnographiques des temps qui articulent ces mobilisations -, nous nous sommes demandée comment des individus dispersés et blessés parviennent progressivement et collectivement à s’imposer comme des acteurs d’action publique, et plus précisément des acteurs de la santé publique.

Coline SALARIS, halshs-01278157
Science politique. Université de Bordeaux, 2015.

Le Distilbène DES, en savoir plus

Les contrats entre médecins et industries seront rendus publics pour plus de transparence

Marisol Touraine renforce à nouveau la transparence des liens entre les acteurs du système de santé et les industriels

Communiqué de presse social-sante.gouv.fr , 30.12.16.

Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé, annonce la publication ce jour d’un décret – n° 2016-1939 du 28 décembre 2016 relatif à la déclaration publique d’intérêts prévue à l’article L. 1451-1 du code de la santé publique et à la transparence des avantages accordés par les entreprises produisant ou commercialisant des produits à finalité sanitaire et cosmétique destinés à l’homme  renforçant la transparence des liens entre les acteurs du système de santé et les industriels du secteur. Prévues par la loi de modernisation de notre système de santé du 26 janvier 2016, ces dispositions viennent compléter les mesures déjà engagées pour préserver la nécessaire confiance entre les citoyens, les usagers et les acteurs du système de santé.

En juin 2014, Marisol Touraine a lancé la base de données publique Transparence-Santé, accessible sur un site Internet unique : www.transparence.sante.gouv.fr, qui répertorie l’ensemble des liens d’intérêts entre les entreprises qui commercialisent des produits de santé ou cosmétiques et les professionnels de santé.

Le décret relatif aux déclarations publiques d’intérêts et à la transparence des avantages accordés par les entreprises produisant ou commercialisant des produits à finalité sanitaire et cosmétique destinés à l’homme :

  • étend le champ des informations relatives aux liens d’intérêts entre les industries de santé et les différents acteurs, publiées sur le site Internet www.transparence.sante.gouv.fr : les montants des conventions signées entre les acteurs du système de santé et les industriels devront être publiés ; une rubrique dédiée permettra d’accéder plus facilement aux rémunérations perçues dans le cadre de ces conventions.
  • permet de rendre public le montant des rémunérations et participations financières des personnes soumises à l’obligation de remplir une déclaration publique d’intérêts.

“La loi de modernisation de notre système de santé a permis de nouvelles avancées pour la transparence des liens d’intérêts dans le secteur de la santé. Après la possibilité offerte par la loi d’extraire les données issues de la base, le public pourra accéder dès le 1er avril 2017 à de nouvelles informations sur le site transparence.sante.gouv.fr. S’il faut distinguer liens d’intérêts et conflits d’intérêts, il revient à chaque internaute, chaque citoyen, de connaître en toute objectivité la nature des relations qui lient les industries de santé aux autres parties prenantes du secteur”

a déclaré Marisol Touraine.

Des médicaments sur la liste noire

Il y a nombre de médicaments à proscrire

Sur le même sujet

Perturbateurs endocriniens : la proposition de la Commission Européenne est très insuffisante et constitue un recul

Engager dès maintenant une réflexion globale pour la mise en place d’une classification des perturbateurs endocriniens ambitieux

La Commission européenne envisage de soumettre ce mercredi 21 décembre sa proposition de critères d’identification des perturbateurs endocriniens dans les pesticides. Cette proposition est inacceptable.

Ségolène Royal rappelle l’engagement de la France pour protéger la santé de nos concitoyens et de notre environnement ; Ségolène Royal a fait adopter la stratégie nationale sur les perturbateurs endocriniens en avril 2014. La France s’est associée à la Suède pour mettre la Commission européenne devant ses responsabilités.

Dernièrement, un appel de 100 scientifiques spécialistes du sujet a été publié dans le journal Le Monde, et repris largement par les médias, intitulé “Halte à la manipulation de la science !”, et qui rappelle que “jamais l’humanité n’a été confrontée à un fardeau aussi important de maladies en lien avec le système hormonal”.

Perturbateurs endocriniens : Ségolène Royal estime que la proposition de la Commission européenne est très insuffisante et constitue un recul, developpement-durable.gouv, France Écologie Énergie, 20 décembre 2016.

Ségolène Royal tient à rappeler les résultats de l’étude menée par l’agence nationale de santé publique, publiés au début du mois de décembre, qui montrent qu’on trouve des perturbateurs endocriniens (tels que le Bisphénol A et des pesticides) chez la totalité des femmes enceintes.

Ségolène Royal a demandé ce jour par courrier au président de la Commission européenne d’engager dès maintenant une réflexion globale pour la mise en place d’une classification des perturbateurs endocriniens ambitieux (qu’ils soient avérés, présumés ou suspectés).

Elle rappelle que l’Union européenne avait pris cet engagement dans le cadre du septième Programme d’action pour l’environnement