Unbiased information on medicines : Why is it needed?

Pharmaceutical promotion practices HAI webinar, Oct 2018

Dr Barbara Mintzes (University of Sydney) joins Health Action International for an expert webinar on pharmaceutical promotion practices.

Les dangers de l’obligation vaccinale chez les nourrissons

Certains vaccins sont complètement inutiles, dit Serge Rader

Interview de décembre 2017, publié par Magazine Nexus.

Serge Rader, pharmacien spécialiste des vaccins, pousse un cri de colère pour qu’un véritable débat scientifique puisse avoir lieu, sans la mainmise des laboratoires pharmaceutiques.

  • Auteur des livres “Vaccins : oui ou non ?” et “Le racket des laboratoires pharmaceutiques : et comment s’en sortir” Serge Rader, pharmacien durant de très nombreuses années et depuis peu lanceur d’alertes, explique, au travers de cas concrets, les dangers de l’obligation vaccinale chez les nourrissons.

Les lobbys plus forts que la démocratie ?

Ces lobbies qui influencent et manipulent notre vie quotidienne

Vidéo publiée le 19 octobre 2018 par C à dire.

Journaliste d’investigation et collaboratrice du journal Le Monde, Stéphane Horel enquête depuis plus de dix ans sur le lobbying et les conflits d’intérêts secouant la classe politique.

Stéphane Horel publie une enquête dont le titre fait froid dans le dos : “Lobbytomie” aux éditions La Découverte. Au fil de 400 pages, elle décrit comment les lobbys sont devenus des acteurs incontournables de la vie démocratique en dépit d’une quelconque légitimité électorale.

Ces lobbies qui influencent et manipulent notre vie quotidienne

Stéphane Horel, décortique les stratégies perverses des lobbies qui mettent en péril notre démocratie

Qu’il s’agisse de notre santé ou d’alimentation, les lobbies maintiennent parfois sur le marché des produits nocifs pour nous et profitable pour leur porte-monnaie.

Stéphane Horel publie une enquête dont le titre fait froid dans le dos : “Lobbytomie” aux éditions La Découverte. Au fil de 400 pages, elle décrit comment les lobbys sont devenus des acteurs incontournables de la vie démocratique en dépit d’une quelconque légitimité électorale.

Comment distinguer un lobby de ce qui n’en est pas ?

Il ne faut pas amalgamer lobbies et ONG !

Les lobbies ont pris trop de place dans les cercles du pouvoir…

Référence.

L’effondrement de la spermatogénèse et la manipulation des normes

À la recherche des contrées spermatiques

Publié par Luc Perino, médecin généraliste, humeur du 22/05/2018

Parfois les chiffres s’expriment d’eux-mêmes sans qu’il soit nécessaire de les faire parler. En 1940, la quantité de spermatozoïdes par ml de sperme était de 113 millions. Cinquante ans plus tard, en 1990, elle était de 66 millions. Pendant la même période, le volume de l’éjaculat est passé de 3.40 ml à 2.75 ml.

Alors qu’un degré de réchauffement climatique fait l’objet d’un catastrophisme rabâché sur tous les médias, cet effondrement de la spermatogénèse se déroule dans le plus grand silence. Ce déficit de vulgarisation de la biologie et de la médecine, comparées à toutes les autres sciences dures ou molles, est un problème chronique qui provient essentiellement de la manipulation des normes.

Ainsi, devant cette catastrophe spermatique, l’OMS a tout simplement modifié les normes de l’hypospermie (limite à partir de laquelle on considère le sperme comme insuffisant). Surprenante manipulation. Pour l’éjaculat, cette norme était 3ml en 1940, 2ml en 1999 et 1,5 ml en 2010. Pour le taux de spermatozoïdes par ml, on a vite oublié les 66 millions de 1990, pour tomber rapidement à 20 millions en 1999 et à 15 en 2010 ! On a même décrété que la fertilité pouvait subsister jusqu’à 5 millions, sans considérer qu’un spermatozoïde victorieux qui pénètre un ovule du XXI° siècle a combattu vingt fois moins d’adversaires qu’en 1940.

Nous savons depuis longtemps que les multiples perturbateurs endocriniens de l’agro-alimentaire et de la pétrochimie sont à l’origine de cette dégénérescence spermatique, et nous savons depuis peu que les marques épigénétiques de ce processus sont héritables.

On peut expliquer le silence autour de ces faits de deux façons, l’une réfléchie, l’autre primesautière.

  1. La première résulte d’un lobbysme bien compris pour ménager le système productif qui structure toute notre société.
  2. La seconde est un mélange confus de sentiments inavouables et contradictoires : avec 7 milliards d’habitants, faisons fi des problèmes de fécondité, espérons que l’hypofertilité épargnera notre pays ou notre communauté socio-culturelle, on inventera de nouvelles procréations médicalement assistées, etc. Lorsque l’autruche met sa tête dans le sable, c’est peut-être parce qu’elle a honte.

Les spermatozoïdes deviennent encore plus rares et plus fragiles que les abeilles et le dogme de la croissance du PIB est intouchable. Après avoir sauvé plusieurs industries en abaissant les normes de la spermatogenèse, la docile OMS a également favorisé l’industrie pharmaceutique en abaissant les normes de la glycémie et de la tension artérielle.

Devant l’impossible vulgarisation des sciences biomédicales, il ne nous reste plus qu’à espérer qu’il subsistera des contrées spermatiques où nos filles pourront aller se faire féconder…

En Savoir Plus

L’Intrusion des Lobbies à l’Assemblée Nationale

Glyphosate : le lobby Bayer-Monsanto connaît les amendements avant les députés !

Preuve ultra flagrante de la collusion entre lobbys de l’industrie chimique et l’état !

Assemblée Nationale, 22.05.2018 : L’intervention de la députée Delphine Batho sur le fait que son amendement “CD 182” se soit retrouvé dans les mains de Bayer-Monsanto (leur permettant de préparer leur argumentaires) près de quatre jours avant d’être porté à la connaissance des parlementaires.

Financer la science, récolter l’ignorance

Voyage en “agnotologie”, pays de la science et de l’ignorance (4/4)

Combien coûte l’ignorance à ceux qui la subissent et combien rapporte-t-elle à ceux qui la propagent ?

Produire de l’ignorance scientifique, est-ce un bon placement ? Qu’espèrent les philanthropes toujours plus nombreux en retour de leurs investissements toujours plus massifs dans la science d’aujourd’hui ? Quant à notre psychisme, garde-t-il toute sa raison dès qu’il est question d’argent, de pari, de gain ? Et le monde financier lui-même, ses agents, ses théoriciens, ne sont-ils pas tantôt victimes tantôt responsables d’aveuglements, de croyances, de falsification des risques, bref, d’ignorance économique ? Argent et ignorance font-ils bon ménage ?

Par Perrine Kervran , sur France Culture LSD, La série documentaire.

Le Distilbène DES, en savoir plus